Les SSII du SBF120 subissent leur pire mois boursier depuis 2002 | La Bourse au Quotidien


Les SSII du SBF120 subissent leur pire mois boursier depuis 2002

Rédigé le 27 juillet 2018 par | Actions, Analyses indices, Indices, sociétés et marchés, Mid et Small Caps Imprimer

Sopra Steria (FR0000050809 SOP) a plongé de 20% vers 138,6€, dès les premiers échanges ce vendredi matin, effaçant tous ses gains de l’année 2018, ainsi que ceux accumulés depuis le 11 août 2017 (voir graphique à gauche).

Le secteur des SSII se transforme en véritable champ de mines avec des désintégrations de cours surprises, largement amplifiés par l’absence de liquidité : les « algos », programmés comme de véritables clones, achetant et vendant les mêmes titres au même moment, à la vitesse de la lumière et avec encore plus d’agressivité quand les supports se dérobent.

graph cours SOPRA STERIA

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

Aveuglement algorithmique

Lundi, c’était son concurrent Atos (ATO – FR0000051732) qui plongeait en quelques minutes de 127 vers 112,5€… et ce n’était pas une « première » puisque le 13 juillet, c’était Altran (ALT – FR0000034639) qui se désintégrait de -30% (suite au gonflement artificiel du chiffre d’affaire dans une filiale américaine rachetée en début d’année).

Chacun de ses titres a plongé pour des motifs qui lui sont propres : Sopra Steria subit une érosion de sa marge de 7,5 vers 6,6%, c’est une déception certes, mais de là à subir sa plus lourde chute depuis l’éclatement de la bulle des « dot.com » en 2002, c’est la preuve de l’aveuglement algorithmique (ventes-stop avec effet « domino »), et plus profondément, d’un marché sans épaisseur où la contrepartie se volatilise systématiquement dès qu’un « directionnel » émerge.

C’est la négation même d’un marché : dans ces conditions, les gains n’existent que virtuellement et tant que tant que personne n’éprouve le besoin de les matérialiser.

Les réactions boursières étranges se multiplient…

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire