SII, vous connaissez ?

Rédigé le 28 juin 2011 par | Mid et Small Caps Imprimer

C’est toujours avec beaucoup de nostalgie que je me rends à la Bourse de Paris.

La semaine dernière, je déjeunais à la Bourse de Paris dans un restaurant qui était jadis une institution… Le maître d’hôtel est toujours en smoking — mais c’est la seule marque héritée du passé. Pendant des années, jeune étudiant des années 80, chaque midi, j’arpentais les allées au Palais Brongniart. La cotation était alors à la criée et l’on pouvait encore discuter aussi bien avec les agents de change qu’avec les fondés de pouvoir ou quelques chefs d’entreprise venus assister à la cotation de leur société. Il est loin le temps de L’Argent de Zola ! Cette époque est révolue…

Mais écrasons vite cette petite larme nostalgique ; j’ai du nouveau pour vous. Et qui est justement à mille lieux de cette époque puisque j’ai déjeuné avec l’état-major de SII (FR0000074122 – SII), une société spécialisée dans la Recherche & Développement (R&D) externalisée.

Pour l’histoire, la société accompagne les grands projets technologiques de ses clients avec notamment de l’ingénierie technique, scientifique et industrielle ou encore de l’assistance technique.

Parmi ses principaux concurrents, vous trouvez notamment des groupes connus comme ALTEN (FR0000071946 – ATE) ou encore ALTRAN (FR0000034639 – ALT). Mais c’est AUSY (FR0000072621 – OSI) qui, en termes de taille notamment, ressemble le plus à SII.

La société a des clients dans de nombreux secteurs, très différents les uns des autres : « Nous couvrons de nombreux secteurs d’activité avec par exemple 32% dans les télécoms médias, 19% dans l’aéronautique ou encore 9% dans la banque assurance » m’explique Eric Matteucci, le président du directoire. Il est accompagné lors de notre déjeuner par Patrice Demay, membre du directoire, et par Bernard Huvé, le fondateur du groupe qui est encore actionnaire principal avec quasiment 55% du capital.

L’homme qui a créé SII en 1979 n’est plus aux commandes du groupe depuis trois ans : « J’habite aux Etats-Unis, proche de mes enfants. J’aime la vie en Floride et je ne reviens que deux fois par an », précise-t-il. J’ai connu Bernard Huvé il y a environ cinq ans quand j’essayais de démarcher de nouveaux clients pour Euroland Finance. (Pour ceux qui me lisent pour la première fois, je précise que je m’occupais des introductions en Bourse). A l’époque, Bernard Huvé ne voulait pas faire d’opération de croissance externe*, au point que certains ne manquaient pas de le critiquer sur la non-utilisation de sa trésorerie.

Depuis, la situation a bien changé : « Notre chiffre d’affaires a été multiplié par quinze en trois ans à 40,6 millions d’euros et l’international représente maintenant 18% de notre CA » me précise Eric Matteucci, assez satisfait d’avoir insufflé une nouvelle dynamique au groupe. Et je le comprends : l’international vient de connaître son cinquième exercice de croissance consécutif.

D’ailleurs, au vu des regards des uns et des autres et des sourires, j’ai vraiment l’impression que le fondateur suit quand même de près la stratégie du groupe et demeure en parfaite adéquation avec celle-ci.

L’activité internationale de SII est donc en pleine croissance, et notamment externe : le groupe vient d’acheter Uniway, une société belge spécialisée dans la conception et la réalisation d’applications métiers basés sur les technologies Internet.

« Notre rentabilité opérationnelle est supérieure à l’international. Sur l’exercice 2010-11, SII a dégagé une marge opérationnelle de 9,28% avec des envolées de chiffre d’affaires en République tchèque à +111%, ou encore en Pologne avec +80% ! » m’indique le nouvel homme fort du groupe.

SII, après un exercice 2009-10 assez difficile (comme pour l’ensemble des acteurs du secteur), a connu un beau rattrapage sur 2010-11 (clos fin mars). Son chiffre d’affaires n’a progressé que de 17% à 222,1 mero (millions d’euros), mais comme j’ai coutume de vous le dire, il n’y a pas que ce chiffre à regarder : sa rentabilité a explosé.

Jugez plutôt : son résultat opérationnel a progressé de 85% à 13 mero, permettant à la marge opérationnelle de faire un bond de 3,8% à 6,1%. Que dire également de son résultat net, en hausse de 93% à 8,7 mero… La marge nette atteint ainsi 3,9% contre 2,4% auparavant.

Lorsqu’on regarde les grandeurs plus spécifiques au secteur informatique, on constate que le taux d’inter-contrat moyen a fortement baissé pour atteindre 5% sur l’exercice 2010-11 contre 7,3% en 2009-10. Une sacrée amélioration…. SII est donc un bon élève dans la classe R&D externalisée.

Certes, on est encore loin des 10% de marge opérationnelle d’ALTEN mais ne boudons pas notre plaisir, d’autant que les perspectives restent très bonnes sur l’exercice actuel. Tout en dégustant un excellent assortiment de fromages, l’état-major du groupe en vient aux perspectives : « Nous visons un chiffre d’affaires supérieur à 250 mero avec une progression du résultat opérationnel supérieur à 15% soit un niveau de résultat supérieur à 15,5 mero ».

SII veut évidemment poursuivre un développement rentable : d’abord en complétant son maillage territorial en France, et du coup en combinant les clients locaux et les services offshore pour les plates-formes internationales. Vaste programme. Mais la stratégie du groupe semble assez claire quand on la dissèque. Etre un grand acteur national et international en somme !

SII a d’ailleurs les moyens de se développer : sa structure financière est des plus solides… Ses capitaux propres atteignent 62,1 mero, et sa trésorerie nette de dettes atteint 18,9 mero. De quoi pouvoir faire des emplettes à l’étranger sans être obligé de lancer une augmentation de capital…

La Bourse salue cette bonne gestion et s’enthousiasme pour ses perspectives : le titre a pris 27,7% depuis le début de l’année, ce qui nous donne une capitalisation boursière de 120 mero. Il y a selon moi encore de la marge avant d’être survalorisé.

En effet, si l’on part sur un chiffre d’affaires de 255 mero sur l’exercice actuel avec un maintien des marges, on obtient un bénéfice net de l’ordre de 10,2 mero, soit un PER de 11,7.

Si l’on prend maintenant comme ratio la VE/REX (soit la valeur d’entreprise rapportée au résultat d’exploitation), on obtient un ratio de 6,5.

J’ai vraiment le sentiment que l’action a encore un potentiel de 20%. Sur un mois, la valeur est stable alors que le CAC 40 a perdu 3,6%… elle résiste, avant de décoller !

 

* Décryptage : croissance externe

On parle de croissance externe lorsqu’une entreprise achète une entreprise concurrente d’une taille plus modeste, ce qui lui apporte un certain volume de ventes et donc un chiffre d’affaires supplémentaire.

Mots clé : - - - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

4 commentaires pour “SII, vous connaissez ?”

  1. […] parution dans Small Caps Confidentiel le 28/06/2011. AKPC_IDS += […]

  2. […] mois et se retrouve à son plus bas niveau de l’année. Lorsque j’avais fait une analyse de la société en juin dernier, la capitalisation de SII était de 120 M€. Elle n’est plus que de 85 M€alors que rien […]

  3. […] reviens sur le dossier SII, que je vous avais présenté en juin dernier. A cette époque, la capitalisation du groupe était de 120 millions d’euros. Elle est depuis […]

  4. […] SSII, que je vous ai présenté il y a quasiment un an, a connu un exercice 2011-2012 de qualité avec notamment une hausse de 14,3% de son chiffre d […]

Laissez un commentaire