Shanghai SE Composite : comme un air de Nikkei 225

Rédigé le 7 mai 2010 par | Autres indices Imprimer

En 2008, la Chine accueillait en grande pompe les Jeux olympiques d’été. La même année, le marché chinois a cependant suivi la tendance mondiale générale, avec même une nette accélération spéculative, à la mesure des envolées démentes des années précédentes. Ainsi, l’indice chinois Shanghai SE Composite a perdu plus de 65% sur l’ensemble de l’année.

Certes, en 2009 il y a eu une nette reprise, comme sur l’ensemble des places mondiales, mais qu’en sera-t-il en 2010, alors que la ville de Shanghai vient tout juste d’ouvrir sa grandiose exposition universelle ?

Une similarité graphique qui incite à la prudence

Pour l’heure, les perspectives ne sont pas vraiment florissantes. En dépit d’un puissant rebond de +77% en 2009, le Shanghai SE Composite se situe encore à 50% de son plus haut historique — atteint suite au paroxysme évident de la pure spéculation, sans lien avec la situation économique véritable.

La configuration graphique de moyen terme invite pour le moins à la prudence. La reprise débutée fin 2008 a en effet ramené les cours au contact d’un sérieux obstacle à 3 500 points, correspondant à 38,2% du mouvement baissier.

Une situation assez similaire en fait à celle connue par le marché boursier japonais en 1991, avant qu’il ne reperde 50% suite à la sortie par le bas de sa consolidation, comme le montre le graphique ci-dessous.

Graphiques hebdomadaires du SSE et du Nikkei

Certes, les situations macro-économiques des pays et le contexte sont assez différents, mais cette similitude graphique doit néanmoins rappeler tout investisseur sur le marché chinois à la prudence, qu’il soit positionné sur des trackers nationaux ou régionaux, ou sur les blue-chips chinoises maintenant mondialement connues telles que PetroChina, ICBC, Sinopec, Bank of China ou China Life.

Ce n’est pas le moment de se positionner à l’achat sur l’indice chinois

En observant le comportement des cours sur les deux dernières années (cf. graphique ci-dessous, en données hebdomadaires et en chandeliers japonais), on distingue assez nettement une consolidation au sein d’un triangle, qui a duré près d’un an.

La récente ouverture d’un gap baissier a été suivie d’un décrochage de l’indice, et une nette sortie de la figure, présageant d’une poursuite de la correction. La cible de cette formation se situe à 2 400 points, soit un potentiel de recul supplémentaire de 17%. Si cet important support est atteint, permettra-t-il de relancer la dynamique acheteuse, ou assisterons-nous à un retour sur les plus bas de 2008, voire en-deçà ?

Graphique du Shangai SE Composite

A ce jour le Shanghai SE Composite recule déjà de 13% depuis le début de l’année, alors que le S&P 500 progresse, quant à lui, de plus de 6% sur le même intervalle. Que se passera-t-il si le principal indice boursier américain perd du terrain au cours des prochaines semaines ? Ne risque-t-on pas de voir la chute des marchés mondiaux dans son sillage, et avant tout celle d’un marché volatil et nerveux comme l’est la Bourse chinoise ?

L’avenir nous le dira… mais dans tous les cas de figure, il n’est certainement pas le moment de se placer à l’achat avant que cette hypothèque ne soit définitivement levée. Vingt années plus tard, le marché japonais n’a toujours pas retrouvé ses plus hauts historiques ; il est hélas fort probable que le marché chinois mette même plusieurs années à retrouver les niveaux atteints peu avant le début de la crise dite des subprime.

NB : Jérôme Vinerier est analyste technique. Depuis 7 ans, il a développé son système de trend following, qui permet de se positionner sur des valeurs sur le point d’amorcer une tendance, et d’en profiter jusqu’à essoufflement. Bientôt, Jérôme vous proposera d’accéder à son système, alors… restez à l’écoute !

Mots clé : - - - -

Jerome Vinerier
Jerome Vinerier

Jérôme Vinerier est analyste technique CFTe (diplôme délivré par la fédération internationale des analystes techniques IFTA). Il a exercé cette profession avec passion pendant plusieurs années au sein d’un cabinet réputé au niveau européen, délivrant quotidiennement le fruit de sa recherche auprès d’investisseurs institutionnels sur une vaste classe d’actifs financiers (actions, devises, indices, matières premières). Animé par la recherche de la performance, il s’établit comme stratégiste indépendant en 2008. – See more at: http://quotidienne-agora.fr/redacteurs/#sthash.0s0xSg5B.dpuf

Un commentaire pour “Shanghai SE Composite : comme un air de Nikkei 225”

  1. L’indice chinois se prete tout particulièremet bien à une analyse Elliotiste, ceci s’apparente au début d’une vague C.
    Un retour sur les plus bas de 2005 ne me surprendrait pas.
    Cet indice est d’ailleurs un bon indicateur avancé de la tendance globale

Laissez un commentaire