Immobilier chinois : catalyseur d’une baisse annoncée ?

Rédigé le 13 septembre 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Par Mathieu Lebrun analyste et responsable d’un service de trading sur CFD

Depuis quelques mois, les indices chinois surperforment nettement l’ensemble des indices boursiers mondiaux.

Pour autant, alors que la question de la surchauffe de l’économie — notamment liée à la spéculation dans l’immobilier — se maintient comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête des investisseurs…

Il me semble donc intéressant de revenir aujourd’hui sur la configuration graphique des indices chinois et, particulièrement le SSE Composite et l’indice « B » de la Bourse de Shanghai qui, contrairement au « A », est ouvert aux investisseurs étrangers.

Indice de Shanghai « B » : rupture à la baisse en mai dernier…
En Chine, la hausse ininterrompue des prix dans l’immobilier continue de semer le doute dans l’esprit des investisseurs. Le risque d’une nouvelle intervention du gouvernement chinois pour enrayer la surchauffe de l’économie pèse toujours. Pour preuve, en fin de semaine dernière, la société de courtage en immobilier Jones Lang LaSalle — numéro deux mondial du secteur tout de même — indiquait que, pour freiner la spéculation, les autorités chinoises pourraient bien poursuivre encore les restrictions de crédit.

Techniquement les principaux indices chinois arrivent désormais à proximité d’importantes résistances. Commençons tout d’abord par analyser la situation de l’indice de Shanghai « B ».  En premier lieu, je vous propose une rapide rétrospective sur mes précédentes analyses. Regardons donc le graphique ci-dessous. Je l’avais envoyé début mai à mes abonnés Agora CFD. Que nous dit-il ?

Graphique de Technicolor
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

En mai dernier donc, l’indice « B » de la Bourse de Shanghai venait tout juste de sortir par le bas de la zone de trading range horizontale (en pointillé sur le graphique). Dès lors, la rupture des 230 points nous donnait en cible de Fibonacci le niveau des 200 points  — l’objectif a été atteint quelques semaines après…

… et des signes manifestes d’essoufflement
Depuis mai, la Bourse de Shanghai a amorcé un net redressement depuis ce support et se rapproche de ses plus hauts annuels — ils correspondent d’ailleurs à la borne haute de l’ancien canal. A mes yeux, cela augmente le risque de prises de bénéfices. La raison est simple, et elle tient en plusieurs arguments.

D’une part, les indicateurs techniques commencent à montrer des signes évidents d’essoufflement. Regardons le graphique ci-dessous.

Graphique de Technicolor
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Nous pouvons remarquer que l’oscillateur RSI a croisé à la baisse sa ligne de signal. Dès lors, il pourrait donc rapidement se trouver en situation de divergence baissière — si l’indice venait à faire un nouveau plus haut au cours des prochains jours.

Le MACD, pour sa part, s’aplatit depuis plusieurs jours et se superpose sur sa ligne de signal. Plus explicitement : la tendance faiblit. Enfin, à moyen terme, le niveau des 275 points sous lequel se situe l’indice correspond à l’important retracement de Fibonacci de 61,8% de la baisse enregistrée entre octobre 2007 et octobre 2008. Autant dire donc, un point crucial.

La configuration du  SSE Composite incite à la vigilance
Sur l’indice plus large, le SSE Composite, la situation n’est guère plus encourageante. En effet, si l’indice reste soutenu par une ligne de tendance ascendante de court terme (en pointillé sur le graphique ci-dessous), la proximité d’une résistance horizontale intermédiaire — que l’on retrouve également en retracement de Fibonacci — incite tout de même à la vigilance.

Graphique de Technicolor
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Dans ce contexte l’incertitude règne. En effet, la question des dettes souveraines semble loin d’être terminée en Europe et l’économie américaine montre des signes de ralentissement — l’analyse du Beige Book de la Fed livrée mercredi dernier va d’ailleurs bien dans ce sens.

En conséquence, si l’indice élargi américain, le S&P500, ne parvient pas non plus à franchir sa résistance des 1 130 points, le risque de rechute sera alors bien réel sur les indices chinois !

Mots clé : - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire