Spirale baissière sur le CAC40 : et maintenant, on fait quoi ?

Rédigé le 13 octobre 2014 par | Cac 40 Imprimer

Vous aurez remarqué qu’habituellement, une certaine dose d’anticipation fait partie de tout plan de trade. Aujourd’hui, ce ne sera exceptionnellement pas le cas : les événements qui ont secoué le CAC ces derniers jours ont une dimension tout à fait… exceptionnelle.

Le CAC a en effet décroché extrêmement violemment pour clôturer vendredi dernier sur sa plus forte baisse hebdomadaire (pratiquement -5%) depuis 2 ans. En quelques jours seulement il se retrouve sur ses niveaux de fin 2013. Brutal.

Je vous ai souvent proposé des analyses du CAC40 dernièrement. Il y a eu du bon et du mauvais.

Le mauvais ? J’attendais un rebond sur la zone des 4.240 points, sur le support du canal (bleu). C’était il y a une semaine. Le rebond devait impérativement se concrétiser dans la journée, et le CAC réintégrer les 4.300 points ce qu’il a pourtant fait ! Mais ce fut tellement bref que le mouvement n’a pas pu être exploité et le signal de retournement du Stochastique validant le rebond potentiel n’est jamais apparu. Raté !

Le bon ? C’est que dès mi-Septembre, nous pouvions sentir que quelque chose ne tournait pas rond sur les indices. Même si ceux-ci étaient toujours haussiers. D’où ma recommandation de l’époque :

Si je devais résumer ma stratégie actuelle, je dirais « casque lourd bien enfoncé sur les oreilles ; ne pas bouger et rester planqué dans les tranchées ». Dit de façon plus orthodoxe, avec un tel niveau d’incertitudes, j’ai choisi de couvrir le risque de mon portefeuille actions grâce à l’utilisation d’un anesthésiant en libre service chez tous les bons brokers : le BX4 qui est un tracker inversé sur le CAC 40 et qui permet de se prémunir contre une baisse de l’indice.

 Donc, cette stratégie nous a quand même (et surtout !) permis de ne pas prendre de plein fouet le violent mouvement auquel nous avons assisté (-8% en ligne droite depuis les 4.410 points) et de préserver quelques gains en couvrant notre portefeuille. Et c’était bien l’objectif de cette stratégie.

Tenez, d’ailleurs : si j’ai choisi non seulement de ne pas suivre la hausse mais de couvrir mon portefeuille par un BX4, ce n’est pas uniquement à cause de l’analyse technique. C’est aussi parce que le consensus du marché était ultra-haussier. Tellement haussier que les niveaux de confiance enregistrés auprès des gérants et institutionnels de part et d’autre de l’Atlantique avaient atteint des niveaux record. 

Et qu’est-ce que cela veut dire quand tout le monde est haussier ? Et bien cela veut dire que tout le monde est DÉJÀ  investi en positions haussières. Donc, il y a une grosse probabilité pour que les flux acheteurs se tarissent puisque le marché est DÉJÀ surinvesti.

Donc le moindre grain de sable venant gripper ce scénario idyllique a occasionné les  premières ventes… qui sont venues toucher les premiers ordres stops… qui se transforment donc eux aussi en ordre de vente… et alimentent une petite baisse (au début)… jusqu’à cet effet boule de neige qui se répète et s’amplifie.  Vous obtenez donc rapidement un marché où les supers Bulls d’hier se trouvent pris à contre-pied et cherchent à du marché en mode panique. Et là, c’est la débâcle. 

C’est dans doute le scénario qui s’est joué la semaine dernière. 

L’aspect psychologique et stratégique qui en découle a son importance et va nous servir de lien avec l’analyse que je vous propose ci-dessous. 

Résumons : Mi-Septembre, une dynamique baissière semble s’instiller : le CAC40 est à 4410 points, nous couvrons notre portefeuille. Nous avons alors deux objectifs :

chute CAC40

Vous vous en doutez, nous sommes toujours inscrits un mouvement très fort de baisse, limite en mode panique.

Les supports / objectifs sont atteints (rectangle vert + support canal violet). Il faut donc à présent impérativement attendre que le CAC40 donne un signal de temporisation de sa chute et nous montre l’apparition d’un point d’équilibre. 

Pour l’instant, il n’y a pas de tel signe. Nous voyons toujours un tsunami vendeur donc règle numéro 1 : ne nagez pas à contre-courant.

Ensuite, vu la vitesse et la magnitude du mouvement, vous gardez précieusement vos positions de couvertures de portefeuilles.

Quand le point d’équilibre ou de stabilisation apparaitra, nous ferons à nouveau le point et verrons quoi faire de notre trackers bear. Mais pour l’instant, je garde le casque lourd enfoncé jusqu’aux oreilles et regarde tranquillement cette partie de poker se dérouler.

 

Mots clé :

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Un commentaire pour “Spirale baissière sur le CAC40 : et maintenant, on fait quoi ?”

  1. […] […]

Laissez un commentaire