De la joie des penny-stocks

Rédigé le 20 novembre 2007 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Tout ce qui brille n’est pas d’or Dans l’avalanche de spams financiers que je reçois des deux rives de l’Atlantique, la plupart sont des suggestions d’acquérir telle ou telle action obscure de l’OTC (Over-the-Counter) soit l’équivalent de notre « hors-cote « . Les escrocs qui m’envoient ça — comme sans doute à beaucoup d’entre vous également — m’assurent que telle pépite méconnue va dans les jours à venir grimper de 10, 20, 50%… Comme preuve, sont citées d’autres actions sur lesquelles leur « super-tactique  » a marché récemment. Effectivement, lors des séances qui suivent, l’action en question monte bien. Tout est de savoir sauter du train au bon moment, sans se casser la figure…

Attention aux manipulations de trades sur les penny stocks ! Les plus anciens et expérimentés d’entre vous ont bien sûr reconnu la bonne vieille technique de la « bouilloire « , dans sa mouture plus sexy et moderne, aidée en cela par l’Internet. Des aigrefins attirent l’attention du public sur une action peu liquide, la font monter à des niveaux déraisonnables, puis vendent tout vers la fin du rallye qu’ils ont eux-mêmes provoqué. Le fameux précepte naïf, d’acheter bas et de vendre haut, ils le font. Mais en manipulant les marchés… ce qui est illégal !

Ce que généralement de tels messages mettent en avant, c’est le dynamisme des penny-stocks. Qu’appelle-t-on exactement une penny-stock ? Il s’agit, stricto sensu, de titres valant moins de 1 dollar. La particularité du marché américain est qu’une telle action, si elle reste sous 1 dollar plus d’un certain nombre de séances, se fait « délister « , autrement dit, elle sort du marché réglementé pour intégrer le « hors-cote « , la jungle où tous les coups bas sont possibles. Cette règle a évidemment généré l’apparition d’un seuil psychologique important, et même en Europe on parle aujourd’hui fréquemment de penny-stocks, alors qu’en France par exemple aucune règle de ce type n’existe. Disons que par extension, on appelle ainsi tous les titres cotés sous 2 à 3 euros.

Leur dynamisme est mécanique : si un intervenant veut passer devant tout le monde dans le carnet d’ordres, il passe son ordre 1 « tick  » au-dessus ou au-dessous des autres. Or, un tick pour une penny-stock représente évidemment une proportion bien plus importante de son prix (pour l’action de la Société Générale, même 10 centimes de variation ne sont pas grand-chose… Pour Avenir Telecom, c’est déjà 5% de sa valeur !). Les variations sont attirantes et la volatilité importante. L’ennui, c’est que les stops sont difficilement applicables sur de tels titres et le trader ne peut assurer une protection correcte de ses trades, qui deviennent parfois de la roulette russe, avec les mêmes risques.

Quelle est votre priorité quand vous investissez ? La Bourse n’est pas là pour vous donner des frissons (sinon, préférez le casino qui vous dépouillera de manière plus amusante), mais pour vous permettre de fructifier votre capital en optimisant le couple rentabilité/risque. Ayez bien cela en tête quand vous engagez une position spéculative.

C’est ce que je ne cesse de répéter à mes lecteurs quand nous intervenons sur des Turbos. En intervenant sur des produits dont la volatilité est très forte (surtout les produits dérivés tels que les Turbos), il convient de ne jamais risquer une part trop importante de son patrimoine (pour compenser l’effet de levier parfois énorme). Ne consacrez pas plus de 5% de votre capital à des produits dérivés ! Certes, les gains importants que vous allez pouvoir faire très rapidement vont vous donner le « grand frisson « … mais attention aux périodes moins fastes ! Si vous ne vous maitrisez pas, vous pourrez y laisser votre chemise.

Trouvez le bon système et maîtrisez-vous ! On peut avoir un système à espérance très positive, mais si la volatilité des résultats est trop importante, et l’effet de levier trop massacrant, la sanction peut être immédiate.

En revanche, les traders qui ont bien intégré cet aspect et qui ont trouvé un bon système de trading, peuvent démultiplier leurs gains de manière spectaculaire, et regarder avec un certain flegme leurs positions évoluer dans le rouge de temps à autre (et même assez souvent, tels sont les marchés!). Tout est donc, une fois de plus, dans la maîtrise des risques… et la maîtrise de soi. Et là, vous êtes le seul à pouvoir vous aider.

Le rôle de l’analyste (et le mien en l’occurrence !), est de continuer à vous donner sa vision du marché et de vous faire profiter de ses conseils et signaux pour gagner en Bourse. C’est ce que je m’efforce de faire dans le cadre de mes conseils sur Turbos… tout en rappelant à mes abonnés les règles de prudence !

Mots clé :

Laissez un commentaire