Le pire consensus que je connusse

Rédigé le 6 août 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Marc Mayor est expert en investissements éliminant le risque de marché. Il vient de lancer La Lettre de Marc Mayor portant sur ses plus grandes idées d’investissement : des idées contrariennes qui font son succès grâce à sa connaissance des mouvements des insiders de marché.

C’est à nouveau la fête à Wall Street. Les résultats du deuxième trimestre se révèlent systématiquement supérieurs aux attentes du marché. Bien entendu, tout le monde fait semblant d’être surpris. Les cours montent c’est tout ce qui compte. Voilà comment les initiés de la Bourse fabriquent encore une fois un rebond boursier à partir de rien.

Treize centimes de bénéfice par action (BPA) pour Alcoa au deuxième trimestre — c’est deux centimes de mieux que les prévisions des analystes. Une bonne surprise, donc. Pour Intel, le BPA atteint 51 centimes, alors que le consensus en attendait 43, encore une bonne surprise. Le lendemain de l’annonce, les titres d’Alcoa comme d’Intel progressent de 3%. Alléluia: c’est la reprise ! Quoique…

Un jeu de dupe qui ne trompe que les profanes

Pour qu’une action progresse en Bourse, il suffit que la société en question publie des résultats supérieurs aux attentes du marché. Wall Street sait depuis longtemps comment provoquer ces bonnes surprises : en affichant des attentes basses, qui seront quasi systématiquement dépassées par les résultats réels. Quels grands enfants, ces financiers. La Bourse fonctionne autour de ce jeu de dupes qui ne trompent que les profanes. Il s’agit d’abord de rassurer ceux qui ne comprennent rien à rien. Que voulez-vous de mieux ?

Voici comment ça marche. Grosso modo les sociétés cotées font semblant d’être sérieuses et sous-évaluent systématiquement les objectifs de chiffre d’affaires et de bénéfices qu’elles communiquent à intervalles réguliers. Les analystes font semblant d’y croire et, quand ils transmettent leur pronostic, dévoilent des chiffres similaires à ceux des entreprises — surtout, des chiffres qui seront « dans le consensus », comme ils disent.

Ah, le fameux consensus des analystes ! Une vraie histoire à dormir debout qui maintient un marché épuisé éveillé. Les sociétés cotées n’ont pas intérêt à se montrer trop précises ou trop optimistes dans leurs prévisions de résultat. En effet, un chiffre d’affaires ou un bénéfice inférieur au fameux consensus sera systématiquement puni par le marché.

De leur côté, les analystes ont tout intérêt à ne pas remettre en cause les estimations des entreprises, puisque tout le monde les accepte. A quoi bon prendre le risque de se ridiculiser en étant la seule tête qui dépasse de la foule, et en ramant à contre-courant de l’opinion générale ? Dans la finance, l’important est de ne pas se retrouver isolé. Vous pouvez avoir raison contre tout le monde et être puni. Vous pouvez avoir tort avec tout le monde et ne pas être puni.

Monsieur le Marché dicte l’évolution des actions Dans le jargon de Wall Street, cette danse sans queue ni tête entre les sociétés et les analystes porte un nom : « toiletter », comme pour Mirza et Rex. Et en ce moment, ça toilette sec. Vous savez comment les indices boursiers ont retrouvé des sommets depuis un mois ? Le toilettage bien sûr. Au premier trimestre de cette année, 73% des sociétés présentes dans l’indice S&P500 ont battu les attentes du marché, l’un des niveaux de « surprise » les plus élevés depuis dix ans. Le niveau des soi-disant surprises est resté stable autour des 70% récemment.

Dans un monde parfait — ou au moins un minimum lucide –, les actions montent ou baissent selon les résultats des entreprises. Dans le marché d’aujourd’hui, le consensus introduit un biais considérable. Ce ne sont plus les chiffres réels qui comptent, mais leur rapport avec ceux du consensus. Le sentiment du marché dicte l’évolution des actions, pas les performances réelles des entreprises.

Et si ce sentiment du marché est faux ou déconnecté de la réalité de la conjoncture… peu importe. Le consensus fait la loi, point final. Face à cela, les pronostics hippiques passeraient presque pour de la science irréfutable.

Croissance annuelle des surfaces immobilières vendues en Chine

Conclusion

La mauvaise nouvelle dans tout ceci ? Ce rebond artificiel de plus constituera probablement la seule période de hausse des actions cette année. Sur l’indice S&P500, le consensus s’attend à ce que les bénéfices du deuxième trimestre dépassent de 34% ceux de la même période l’an dernier.

Mais au cours des trimestres à venir, une telle progression sera de plus en plus difficile à obtenir. Ce qui explique que le consensus prévoit une hausse de 34% des bénéfices sur l’année. Notamment parce que les entreprises ont augmenté leur productivité depuis la crise. Elles font peu avec moins — moins d’employés en particulier.

Cette politique commencera bientôt à plafonner. Peu importe la force avec laquelle on presse un citron, il finira bien par arrêter de donner du jus. A nous d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

Pour ma part, je choisis scrupuleusement les valeurs sur lesquelles j’investis, et cela me réussit plutôt pas mal jusqu’à présent

Mots clé : - - - -

Marc Mayor
Marc Mayor

Marc Mayor est le fondateur et président d’Inside ALPHA, une entreprise helvétique spécialiste des approches financières éliminant le risque de marché (investissements dits « ‘neutres au marché »). Depuis plus de 10 ans, Marc analyse avec humour et sagacité le comportement des initiés de la Bourse, notamment dans les colonnes de sa rubrique hebdomadaire « Le Coin des Insiders », qui paraît chaque vendredi dans le quotidien financier L’Agefi (Suisse).

Auteur à succès, il préside aussi un cycle régulier de conférences réunissant des investisseurs, tant professionnels que privés, notamment sur le thème des métaux (de base ou précieux) et de l’énergie (fossile, nucléaire ou renouvelable).

4 commentaires pour “Le pire consensus que je connusse”

  1. le contrarien sourit du consensus 🙂 en effet dans consensus, il y a « sensus » ?! 🙂

  2. […] Mayor vous l'expliquait dans un récent billet, "les résultats du deuxième trimestre se révèlent systématiquement supérieurs aux attentes du […]

  3. […] qui leur importe, c'est la manière dont les résultats semestriels seront accueillis par le marché. Si le marché retient les 79% de hausse du bénéfice ou le fait que la marge opérationnelle est […]

  4. […] Nul ne cherche plus à se forger sa propre opinion concernant les résultats d'une entreprise, il s'agit de deviner la façon dont le marché accueillera ces résultats. Pour sauter dans le train et se laisser porter par le […]

Laissez un commentaire