S&P500 : première baisse là où je l’attendais et 3 gains d’affilée !

Rédigé le 6 février 2018 par | A la une, Cac 40, Indices, sociétés et marchés, US Imprimer

En début de semaine dernière, j’attirais votre attention sur le fait que « quand les marchés corrigeront, cela risque d’aller vite ». Eh bien… cela n’a pas manqué ! Sur le S&P500, notamment…

Quand les catalyseurs de baisse s’enchaînent

Vendredi, Wall Street a connu sa plus forte baisse journalière depuis 2 ans. Hier, la séance semblait contenue sur les marchés US jusqu’à la dernière heure de cotation : la chute a accéléré et le DJIA a perdu -4,60%, le Nasdaq -3,91% et le S&P500 -4,10%… Oui, ça fait mal.

Alors pourquoi sommes-nous passés d’une hausse somnambulique à un retournement violent ? Eh bien… le marché a eu peur du retour des pressions inflationnistes après les chiffres de l’emploi US de janvier.

On savait déjà que certains facteurs « exogènes » (comme la remontée du baril) allaient contribuer à une hausse des anticipations d’inflation. Eh bien vendredi, les NFP de janvier sont venues apporter une nouvelle pierre à l’édifice, avec une hausse des salaires plus marquée que prévue : +2,9% sur 1 an en janvier, soit son rythme le plus soutenu depuis juin 2009. Avec, en outre, un chiffre de décembre révisé à la hausse, à +2,7% (contre +2,5% initialement annoncé).

Or, qui dit hausse des anticipations d’inflation, dit crainte d’une poursuite du resserrement monétaire de la Fed… plus rapide que prévu. Du coup, la remontée des taux longs s’est accélérée, et le rendement du 10 ans US a grimpé vers les 2,85%, au plus haut depuis 4 ans !

A peine une semaine après ma mise en garde, l’ambiance euphorique de janvier semble déjà loin. A l’image de la météo glaciale du moment, cette frilosité des intervenants va-t-elle durer ?

Difficile à affirmer. Maintenant, force est de constater que le ciel s’assombrit dangereusement.

En Europe tout d’abord, le CAC40 teste dangereusement son support oblique autour des 5 250/5 300 points. Dessous, pas grand-chose à se mettre sous la dent avant les 5 000/5 100 points…

Mais, plus intéressant : jetons un oeil au VIX. Le VIX est le baromètre de la peur du marché. Donc, quand les marchés montent et sont sereins, le VIX baisse… mais quand les marchés chutent, le VIX s’envole, indiquant l’aversion au risque qui augmente. Le 30 janvier, je relevais dans mon article que VIX et S&P500 évoluaient dans le même sens… à la hausse, ce qui n’était pas du tout logique : l’un ou l’autre devait céder.

Aujourd’hui, nous avons la réponse : c’est le S&P500 qui a cédé ! Le VIX avait raison de prendre de la hauteur.

Voyons ce que l’indicateur de peur nous dit à présent :

VIX indice cours graphique graph

Et si un rebond technique est possible… certaines GAFA ont subi des prises de bénéfices après leurs trimestriels, et certains autres poids lourds (Netflix ou surtout Facebook et Amazon) sont encore très très haut… Alors malgré la baisse de vendredi et d’hier, je pense que la baisse amorcée ces derniers jours n’est que le premier temps d’un mouvement correctif plus ample. Elle n’est donc à mon avis pas terminée !

Comment j’ai profité de la baisse de ces dernières séances ?

Cette volatilité ne m’a pas surpris. Au contraire même : nous en avons tiré profit car nous nous étions parfaitement positionnés sur quelques trades bien sentis. Et couplé à un bon produit à levier du genre turbo ou warrant… nous avons réalisé des gains rapides, en quelques heures. Regardez.

J’ai pris un short Eramet tout d’abord. Toujours grâce cette même stratégie, nous avons pu nous positionner pour jouer un retournement sur Eramet : nous avons pris des gains de 20% et de 38% en pariant sur la baisse du titre en deux séances.

ERAMET cours bourse action graphe 2018

Puis, le 30 janvier, j’ai décidé de jouer la baisse du S&P500. J’ai recommandé un turbo put adapté, et ici aussi, après une prise de bénéfices rapide, nous avons vendu le solde de la position hier sur un gain de 60% après l’accélération directe de l’indice en sortie de canal.

S&P500 indice cours bourse graphe 2018 chute gains

Enfin, autre pari baissier : vendredi, j’ai décidé de prendre un pari baissier en tenant la position sur le week-end sur le Nasdaq100. Nouveau turbo put… que nous avons débouclé ce matin sur un gain de 75%.

Encore une fois, je joue toujours ce même principe « d’accélération » en rupture de supports ou de résistance. Ici, le Nasdaq100 a cassé le seuil horizontal des 6 900 points et la chute a accéléré sous les 6 500 points.

mini NASDAQ100 future gain chute marchés wall street krach cours bourse graphique analyse

Enfin ! Ça bouge et je dois dire que… ça fait du bien ! Trois séances, trois gains : +38%… +60%… et +75% ! Facile !

La stratégie intraday que j’ai mise en place avec effets de levier est parfaitement adaptée à ce marché qui accélère. Rejoignez-nous vite pour profiter des prochaines opportunités, d’autant que pour plus de réactivité, nous mettons en place cette semaine l’alerte par SMS !! C’est par ici…

Mots clé : - - - - - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire