Devenez une cash machine à la manière de Warren Buffett

Rédigé le 5 février 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Meilleur investisseur de la planète, Warren Buffett a une manière toute personnelle d’accumuler des titres ou de faire de l’argent à moindre risque. Il est de notoriété publique que cet investisseur d’exception — tout comme les meilleurs traders d’ailleurs — utilise les options et les stratégies sur options afin de dégager des revenus importants provenant des marchés financiers.

Warren Buffett

Règle n°1 : ne pas écouter les banquiers

Vous avez très certainement déjà entendu la sempiternelle ritournelle martelée par les banquiers à ce sujet : « Surtout ne traitez pas les options ! Ces instruments financiers sont dangereux et vous mèneront à la ruine… » Si tel est vraiment le cas, il est tout à fait naturel de se demander pourquoi le meilleur investisseur au monde les affectionne tant ? Et ce, au point même d’en garnir une énorme partie de son portefeuille…

Les options sont en effet des produits dérivés dont la valeur provient de leur sous-jacent. Souvenez-vous de ce qu’est une option. C’est un contrat qui permet d’acheter ou de vendre un produit financier spécifique, et qui s’échange sur un marché boursier. L’option est similaire à un warrant, à ceci près que l’on ne peut pas vendre un warrant à découvert (vous ne pouvez qu’acheter un put) alors qu’on peut le faire sur une option. Les options possèdent de nombreux avantages, rappelez-vous je vous les avais déjà présentés.

Et quelle est la stratégie option de l’homme le plus riche du monde ? Il vend des put !

Oui, oui, vous avez bien lu : il VEND des PUT. Cela vous paraît compliqué ? En fait, ça ne l’est pas tant que ça.

Règle n°2 : familiarisez-vous avec l’ennemi des banquiers

Un petit rappel sur les contrats options s’impose. Lorsque vous achetez un call, vous achetez le droit de vous porter acquéreur d’un sous-jacent à un prix et à une date fixés à l’avance. Lorsque vous achetez un put, vous achetez le droit de vendre ce sous-jacent, toujours à un prix et à une date fixés à l’avance.

Si vous avez achetez un call ou un put, c’est forcément parce que quelqu’un vous a vendu ce même call ou put, n’est-ce pas ?! Par conséquent, lorsque vous vendez un call, vous êtes dans l’obligation de vendre le sous-jacent à celui qui vous a acheté le droit d’acquérir ce sous-jacent à un prix et à une date fixés à l’avance. Lorsque vous vendez un put, vous êtes dans l’obligation d’acheter le sous-jacent à celui qui vous a acheté le droit de vendre ce sous-jacent à un prix et à une date fixés à l’avance.

Vous me suivez là ? Relisez et assimilez bien ce paragraphe car c’est important ! C’est comme ça que les plus grands s’enrichissent.

Règle n°3 : appliquez la méthode du vénérable Warren Buffett

Voici ce qu’a fait Warren Buffett. Il a tout simplement vendu des put sur indices à long terme, y compris sur le S&P500. Vous pouvez évidemment faire de même et appliquer cette méthode. En effet, en utilisant ce type de stratégie, il engrange beaucoup d’argent pour investir sur d’autres actions, indices ou options. Oui, vous avez bien lu.

Warren Buffett s’oblige à acheter les sous-jacents au prix qu’il désire et il est payé pour ça car les acheteurs des put qu’il a vendus lui versent une prime !

Si le meilleur investisseur de la planète vend des options, chaque investisseur voulant réussir en Bourse devrait également s’intéresser aux marchés options. Surtout si vous souhaitez engranger des bénéfices en fait. Bien sûr les options comportent des risques qui peuvent être très importants. Mais si vous apprenez à les utiliser comme Warren Buffett — ce qui signifie que vous avez mis l’argent de côté sur votre compte pour acheter le sous-jacent –, elles ne comportent pas plus de risques que de posséder effectivement le sous-jacent. C’est aussi pour cette raison que certains traders utilisent de manière efficace la vente de put afin d’obtenir les actions qu’ils veulent avoir en portefeuille tout en gardant le crédit qu’ils prennent de cette vente.

Règle n°4 : pensez différemment !

Une autre façon de penser à la vente d’options, et certainement la façon dont Warren Buffett l’emploie : la vente de polices d’assurance.

En effet les acheteurs de put sont souvent comparés à des acheteurs de polices d’assurance. Le marché des options vous permet de rentrer dans les affaires des ventes d’assurance. Sur les indices, les primes d’options sont généralement très élevées et les ventes à découvert de put sont utilisées comme stratégies qui tirent partie du coût élevé des primes d’assurance pour se protéger. J’avais expliqué ce mécanisme dans un récent article.

Un simple regard sur les cotations du titre américain InterMune (ITMN) montre bien à quel point on peut payer cher pour se protéger.

InterMune

Comme on peut le voir dans l’encadré bleu, si quelqu’un possède des titres InterMune dans son portefeuille et veut les protéger — donc prendre une police d’assurance contre une chute des cours — afin de les revendre à 17,50$ jusqu’en mars par exemple, il doit acheter un put pour 4,80$. Vous avez bien vu le prix de l’assurance pour moins de deux mois sur ce titre ? 4,80$ de prime d’assurance pour deux mois alors que le titre vaut 17,62$ soit une prime de près de 30% ! Grosso modo, c’est comme si vous aviez une voiture de 30 000 euros et que votre assureur vous demandait de payer 9 000 euros pour assurer votre véhicule pendant deux mois…

Un exemple à suivre…

Vous savez que je me rends régulièrement aux Etats-Unis pour traiter sur pitt du CBOE. Je suis donc bien au courant de ce qui s’y passe (d’ailleurs, pour ceux que cela intéresse, je crois que je vais organiser un petit voyage diplômant d’ici l’été… mais je vous en reparlerai).

Toujours leader en matière d’innovation, le CBOE, (Chicago Board Options Exchange) a créé un indice appelé CBOE S&P500 Put Write Index (symbole : PUT). Ce dernier reflète une vente de put automatique tous les mois sur l’indice large de la Bourse américaine S&P500.

CBOE S&P500 Put Write Index

Cet indice put surpasse tous les autres indices de la Bourse et a eu une plus faible volatilité depuis 1986 — y compris lors des krachs de 1987 et de 2008…

A vous de juger en regardant le graphique ci-dessus qui compare les différents indices de référence existants. Les chiffres parlent d’eux-mêmes… Je vous ai donné les clés, maintenant à vous de jouer !

[NDLR : A défaut d’avoir un marché d’options très adapté aux investisseurs particuliers en France, vous avez les Turbos pour pouvoir jouer sur la volatilité des marchés avec un effet de levier. Pas de couverture ni d’assurance avec les turbos, mais des gains rapides, des stratégies agressives, et de très forts rendements. Pour en savoir plus, continuez votre lecture.]

Mots clé : - - -

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

3 commentaires pour “Devenez une cash machine à la manière de Warren Buffett”

  1. […] de l'investisseur américain Warren Buffett. Egalement, je vous en ai déjà brièvement parlé dans un article récent, il encaisse de l'argent "sans […]

  2. […] le monde le sait, Warren Buffett, est l'investisseur le plus riche du monde. Si on regarde les 40 dernières années, sa performance […]

  3. […] le dit Warren Buffett : "soyez craintif quand les autres sont avides. Soyez avide quand les autres sont craintifs." Il […]

Laissez un commentaire