SOLUCOM tente de résister

Rédigé le 7 juin 2012 par | Mid et Small Caps Imprimer

« Vous voulez comprendre notre métier. Alors il faut par exemple savoir que nous avons une mission pour la Poste. Nous devons réduire de 30% les coûts des fonctions corporate, finances et relations humaines de la Poste en pilotant sa transformation. » Voici comment Pascal Imbert, P-DG de SOLUCOM (FR0004036036), présente le cabinet de conseil en management et systèmes d’information qu’il a créé en 1990. Côté Bourse, celle-ci a d’abord été inscrite sur le Marché Libre avant son transfert en 2001 sur le Nouveau Marché.

Le groupe est dans le top 5 des cabinets indépendants en France et brigue la première place d’ici à 2015. A cette échéance, SOLUCOM veut sortir de ses frontières tout en pesant entre 170 et 200 millions d’euros de chiffre d’affaires (CA)… Un sacré challenge pour un groupe qui a réalisé un CA de 108 millions d’euros sur l’exercice 2011-2012…

Un groupe très dépendant des grands comptes

C’est d’ailleurs à l’occasion de ses résultats annuels que le groupe a convié quelques financiers pour faire un point précis sur son activité. « L’exercice 2011-2012 n’a pas été très bon mais nous avons beaucoup investi sur la période. De plus, nous avons enregistré un taux d’activité de 83% contre 85% pour l’exercice 2010-2011 en raison de l’attentisme des grands donneurs d’ordres. » Il est vrai que SOLUCOM, de par son positionnement stratégique, est très dépendant des grandes entreprises, souvent frileuses avant des échéances électorales telles que les présidentielles ou législatives.

Parmi ses principaux clients, on retrouve de grands noms comme EDF (11%), GDF-Suez (11%) ou encore La Poste (10%) et le Crédit Agricole (8%) – des sociétés avec lesquelles les marges de négociation ne sont pas des plus faciles. « Mais nous avons quand même réussi à augmenter nos prix de vente de 713 euros à 720 euros, ce qui représente 1% de progression » souligne Pascal Imbert, guère prolixe tout de même quand il faut parler négociations. Comme on le comprend…

Des résultats et des objectifs mesurés

Bon alors que dire de ces résultats…

Ils ne sont tout de même pas si catastrophiques, loin s’en faut, avec un léger recul du résultat opérationnel, conduisant à une marge opérationnelle de 10,8% contre 11,7%. La marge nette se permet même de passer d’un an sur l’autre de 6,4% à 6,5% mais il faut relativiser cette progression dans la mesure où le groupe a vu ses frais financiers et sa charge d’impôt baisser… Pas évident de trouver dans le secteur informatique de telles marges et même aucune chance si on est dans la pure SSII ou la business intelligence.

« Evidemment pour atteindre les 170 à 200 millions d’euros, nous opterons pour un mixte entre croissance externe et croissance organique » explique Pascal Imbert. Pas de problème dans l’immédiat dans la mesure où la trésorerie nette atteint 12 millions d’euros. De quoi donner au groupe des marges de manoeuvre avec des capitaux propres de 45,2 millions d’euros. La direction de SOLUCOM ne veut absolument pas se mouiller sur l’ensemble de l’exercice et prévoit une marge opérationnelle courante supérieure à 10%.

Mais, franchement, dans la conjoncture actuelle, si vous affichez des objectifs trop hauts, vous passez pour un rigolo et on se demande si vous n’êtes pas plus un joueur de poker qu’un chef d’entreprise… On est donc prudent chez SOLUCOM ou l’on prévoit également une croissance organique légèrement positive. Comme je vous l’ai expliqué, c’est une bonne stratégie que de ne pas s’avancer sur des résultats.

Mon avis sur le dossier

Détenue à 53% par son management, l’action SOLUCOM (FR0004036036) ne risque pas une OPA hostile. Elle réalise un parcours boursier assez médiocre avec, par exemple, une baisse de 28,7% en un an et de 10,4% depuis le 1er janvier. Ses ratios ne sont pas très chers avec par exemple un PER de 11,3 ou encore une VE/ROC de 5,8…

Dans une conjoncture boursière normale, je vous dirais : « N’hésitez pas, achetez le titre ». Aujourd’hui, je vous dis: « Gardez le titre dans votre viseur et attendez de savoir comment se passent les premiers mois d’activité ». L’incertitude est encore trop importante…

______________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Venez rencontrer nos spécialistes le 22 juin 2012 à l’occasion de la journée de l’Appel à la Résistance patrimoniale !

Posez vos questions aux nombreux intervenants de renom qui vous parleront du contexte économique et surtout des solutions dont vous disposez en tant qu’épargnant et investisseur particulier.

Découvrez le programme dans le message qui suit… et n’attendez pas pour réserver votre place.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

3 commentaires pour “SOLUCOM tente de résister”

  1. […] Parmi les plus belles hausses citons par exemple  Solucom (FR0004036036) (+7%), que je vous ai présentée lors de ses résultats annuels.   […]

  2. […] groupe très dépendant des grands comptes que je vous ai présenté le 7 juin dernier a connu une année assez médiocre avec notamment un  tassement de sa […]

  3. […] avec une marge opérationnelle à deux chiffres. Vous pouvez retrouver mon analyse sur la valeur dans une eletter datée du 7 juin. dernier. AKPC_IDS += […]

Laissez un commentaire