Et SNAP ! Votre investissement perd 25% en quelques centièmes de secondes !

Rédigé le 11 mai 2017 par | Big caps Imprimer

Eh oui, SNAP a perdu 25% mercredi soir (entre 23$ et 17,30$) lors de la publication de ses résultats du 1er trimestre 2017. Le chiffre d’affaires rate de 6% le consensus (à 149,6 M$ contre 160 attendus) tandis que les « pertes » (je mets délibérément des guillemets) s’élève à 2,21 Mds$.

Attendez, ne vous enfuyez pas si vite !

Car ce n’est pas cela qui indispose Wall Street. Sur 2,21 Mds$, il y a 2 Mds$ consacrés à la rémunération des dirigeants en actions (dont 750 Mns$ pour le fondateur Evan Spiegel +1,25 Md$ pour les autres principaux dirigeants). Donc rien d’abominable, c’est du classique : une introduction en Bourse génère toujours son lot de millionnaires ou de milliardaires, rien de mal à cela.

En revanche, Wall Street n’aime pas voir ses attentes déçues. Or, avec 166 millions d’utilisateurs actifs quotidiens, la croissance n’est que de +5% par rapport au 4ème trimestre 2017, malgré le surcroît de notoriété lié à l’introduction en Bourse (à 17 $… nous y revoilà).

Enfin, et c’est peut être le pire : SNAPCHAT ne peut pas revendiquer une situation de monopole sur sa propre niche d’activité puisque les Stories d’Instagram (un véritable copier/coller des fonctionnalités de Snapchat, ou inversement) a déjà séduit 200 millions d’utilisateurs.

SNAP essaye de rassurer les annonceurs en arguant que chaque utilisateur de SNAPCHAT génère 90 cents de revenu, soit 15% de plus que fin 2016… Mais est-ce que l’entreprise a les moyens de résister longtemps à Facebook sur les photos partagées ?

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire