Les petites et moyennes valeurs font de la résistance

Rédigé le 14 novembre 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Par Pierre Havez

Comme Eric Lewin, je défends les small et mid caps en raison de leur ancrage avec l’économie réelle et de leur déconnexion avec les mouvements des marchés tenus par des ordinateurs qui font la pluie et le beau temps ; en plus, bien souvent, les small et mid caps sont sur des niches de croissance et sont relativement indépendantes de leur secteur ou « de la croissance nationale » en général.

Ces dernières semaines ont apporté un bémol à cette analyse. Les valeurs moyennes ne sont pas totalement insensibles à la mauvaise santé des économies française et européenne. Pas d’inquiétudes cependant, les chiffres du 1er semestre 2012 révèlent surtout la capacité de résistance des sociétés composant l’indice CAC Mid&Small. L’analyse de ces résultats à mi-chemin de l’exercice annuel apporte son lot d’enseignements. Trois conclusions se dégagent principalement.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

En ce moment même se déroule un phénomène qui pourrait tout changer pour notre mode de vie… notre manière de consommer… et pour vos investissements.

Ce phénomène, c’est l’effet des « Cinq dernières minutes ».

Notre spécialiste vous l’explique en détail dans une vidéo exclusive. Il vous dira tout sur ses conséquences bien concrètes – mais aussi sur les moyens qui vous permettront d’en profiter au lieu d’en être la victime.

N’attendez pas pour tout savoir sur un événement qui touche aux éléments les plus fondamentaux de nos pays développés !

Pas de coup de frein de l’activité

Tout d’abord, rassurez-vous, le coup de frein que nous pouvions craindre sur l’activité des valeurs moyennes au deuxième trimestre 2012 n’a pas eu lieu. Au contraire. Sur un panel de plus de 200 valeurs, le chiffre d’affaires agrégé du trimestre affiche une progression de 7,8% par rapport à la même période de 2011. La croissance est donc dans la lignée de celle des trois précédents trimestres.

Cette surperformance est portée par les valeurs du CAC Mid 60 depuis le début de l’année et en particulier au deuxième trimestre avec une progression de 8,8% tandis que celles du CAC Small grimpaient de 4,9%.

Attention tout de même, l’analyse plus poussée de ces données traduit quelques signes de ralentissement en particulier dans l’univers des small caps : le nombre de sociétés en décroissance sur le trimestre ainsi atteint 45%, un niveau jamais atteint depuis le 1er trimestre 2010 ! Certes, l’effet « jours ouvrés » a été défavorable pour les sociétés de services qui représentent l’essentiel du CAC Small ; mais il n’explique pas tout.

ERAMET masque la résistance du reste du secteur

En effet, sur les petites et moyennes valeurs, les résultats cumulés depuis le début de l’année indiquent cette fois un repli. Un repli, ai-je dit, pas un effondrement. Or, en creusant, j’y vois une excellente nouvelle. Je vous explique pourquoi.

D’abord, notez que la baisse est limitée : le résultat opérationnel agrégé des petites et moyennes valeurs ne recule que de 7,4% en moyenne par rapport au premier semestre 2011. Et encore, il faut noter que la base de comparaison représentait alors un record. Mais il ne faut surtout pas s’arrêter à ce chiffre.

En effet dans le détail, il révèle principalement la dégradation d’une seule valeur cyclique, le groupe minier et métallurgique français ERAMET (FR0000131757).

Derrière, on s’aperçoit en outre que la dégradation des résultats tient essentiellement à des éléments non courants : dépréciations ou coûts de restructuration.

Conclusion : cette diminution ne vient pas fondamentalement sanctionner une baisse d’activité ni de performance. Pour preuve, sur la période, le résultat opérationnel courant du secteur des petites valeurs reste stable, de même que celui des valeurs moyennes, à l’exception encore une fois d’ERAMET dont le résultat opérationnel courant a tout de même chuté de 366 à 81 millions d’euros…

Les multiples de valorisations restent bas

Alors peut-être existe-t-il un risque de révision à la baisse des prévisions ? Les publications de ces jours-ci nous le diront.

En attendant, je constate que les multiples de valorisation 2012 restent inférieurs de plus de 15% au niveau moyen de la période 2008-2011. De quoi inciter à l’achat les investisseurs.

Toutefois, soyons honnête : mes prévisions annuelles intègrent encore une croissance de 5% des résultats de 2012 par rapport à 2011. Compte tenu des résultats du 1er semestre, une révision à la baisse de ces estimations est donc possible, je ne vous le cache pas. Je n’irai donc pas jusqu’à anticiper une remontée de 15% de l’indice CAC Mid&Small mais ce qui est certain, c’est que les niveaux de valorisation actuels devraient limiter une éventuelle baisse sur les cours.

______________________SPECIAL SALON ACTIONARIA______________________

Les 23 et 24 novembre, venez écouter, rencontrer et discuter avec nos rédacteurs et analystes !

Les Publications Agora seront présentes sur le Salon Actionaria, stand A05, au Palais des Congrès à Paris.

Nos experts vous proposeront des mini-interventions sur leurs sujets favoris, et seront à votre disposition pour poursuivre les débats.

Voici le programme sur notre stand.

Et pour télécharger votre invitation gratuite, enregistrez-vous ici dès aujourd’hui.

______________________

Laissez un commentaire