Les tops et les flops de l’année 2012 (2/2)

Rédigé le 21 décembre 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Hier, je vous ai présenté trois entreprises qui ont connu une très belle année boursière… Passons maintenant aux flops de l’année qui représentent trois énormes déceptions qui ont marqué l’année de façon assez négative… La liste aurait pu être plus exhaustive mais, comme pour les tops, nous nous limiterons à trois sociétés.

CYBERGUN: -81,67% depuis le 1er janvier

Le cas CYBERGUN (FR0004031839) est, pour moi, une grande déception. L’année 2012 tranche totalement avec 2011 qui avait été marquée par des résultats record et une augmentation de capital intéressante. Aujourd’hui, le groupe doit faire face à une situation financière des plus délicates…

Comment en est-il arrivé là ? Eh bien, CYBERGUN paye sa tentative de diversification dans les jeux vidéo. Mais qu’a donc été faire le leader mondial des armes factices sur ce créneau ? Pas grand-chose si l’on se réfère aux très mauvais résultats enregistrés depuis par le groupe. Perte de 22 millions d’euros sur l’exercice 2011-2012, perte nette encore de 5,3 millions d’euros sur le premier semestre 2012-2013… D’énormes dépréciations dans les jeux et, surtout, une situation financière catastrophique avec un gearing dépassant les 500% ! Cela veut dire tout simplement que les dettes sont cinq fois supérieures aux capitaux propres…

Vous le savez, je connais bien Jérôme Marsac, le P-DG du groupe et je vous avoue que j’ai un petit pincement au coeur quand je vois le marasme actuel. Que penser de l’action ? Pour résumer le fond de ma pensée, j’ai envie de citer un film d’Yves Robert de 1979 : Courage fuyons. Ne touchez surtout pas au dossier.

OVERLAP: -60% depuis le 1er janvier

OVERLAP (FR0010759530) est une société informatique positionnée sur l’une des branches sectorielles les moins rentables : l’intégration et la gestion d’infrastructures informatiques. Jugez plutôt : au premier semestre, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 58 millions d’euros avec un taux de marge brute de 27% et une perte nette de 3,6 millions d’euros. Les dettes représentent plus de deux fois les capitaux propres… Une situation qui fait que le groupe ne pèse plus que 4 millions d’euros en Bourse.

Très franchement, autant je pense que les petites SSII à forte valeur ajoutée vont remonter dès l’an prochain, autant je pense qu’OVERLAP n’a pas un avenir boursier radieux… Franchement, je n’y touche pas, même aux cours actuels (plus-bas depuis cinq ans).

ECA: -50,7% depuis le 1er janvier

ECA (FR0010099515) est également l’une des plus grandes déceptions de l’année… On n’attendait pas le spécialiste des équipements et des systèmes robotisés dédiés aux milieux hostiles et contraints à pareille déveine…

Dans le détail, il y a eu cette année un procès perdu contre British Aerospace, entraînant une indemnité de 6,2 millions d’euros pour contrefaçon d’un brevet, un chiffre d’affaires sur neuf mois en recul de près de 20% et des pertes semestrielles mais également annuelles… Le groupe a annoncé il y a quelques jours des dépréciations d’actifs de 3 millions d’euros et des frais de restructuration de 1 million d’euros provoquant ainsi une perte nette au titre de 2012… Une année à oublier pour la famille Gorgé, actionnaire de référence du groupe, qui a repris les rênes d’ECA en évinçant le P-DG.

En termes de perspectives, la situation financière restera dégradée au point que l’actionnaire principal réfléchit à son renforcement. Bref, voilà un titre à ne pas regarder pour le moment tant la déception est grande.

Ceci est la dernière e-letter de l’année… Le site Small Caps Confidentiel fait une pause, nous revenons le 3 janvier 2013. En ce qui me concerne, je vous retrouve le vendredi 4 janvier avec mes prévisions annuelles sur les small caps. D’ici là, très bonne année à tous dans la joie et la bonne humeur.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« Pour moi, cela ne fait aucun doute : pour gagner de l’argent en Bourse, il faut viser les small, et surtout les mid caps. » Eric Lewin

La plupart des informations dont Eric dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Or ces analyses essentielles pourraient vous permettre de profiter des meilleures opportunités de marché et viser des plus-values exceptionnelles !

Aujourd’hui, Eric Lewin a décidé de lancer sa propre lettre confidentielle d’investissement pour VOUS faire profiter de ses informations en exclusivité.

Pour en profiter sans attendre : c’est ici !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “Les tops et les flops de l’année 2012 (2/2)”

  1. Analyse pointue et bien détaillée.Merci

Laissez un commentaire