Les tops et les flops de l’année 2012 (1/2)

Rédigé le 20 décembre 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

La fin de l’année approche, c’est le temps des bilans…

En ce qui me concerne, tout logiquement j’ai décidé de revenir sur les tops et les flops des small caps. Il ne s’agit pas de relever exclusivement les plus fortes et les plus faibles variations depuis le début l’année – d’autres paramètres rentrent bien évidemment en ligne de compte – mais plutôt de revenir sur les valeurs qui, à mes yeux, ont marqué 2012.

Aujourd’hui, place aux tops 2012. Nous reviendrons demain sur les gadins.

ESI GROUP: +99% depuis le 1er janvier

ESI GROUP (FR0004110310) est en pleine forme et cela s’est ressenti tout au long de l’année dans son parcours boursier. Le titre prend plus de 99% depuis le 1er janvier et cet éditeur de progiciels destinés à la réalisation d’essais virtuels se paye même le luxe de terminer à un plus-haut de cinq ans !

Il faut dire que la croissance ne faiblit pas avec notamment une progression de 23% sur les neuf premiers mois de l’année ; due à une présence forte aussi bien en Europe qu’en Asie en passant par l’Amérique du Nord.

Je vous le disais déjà en juin dernier, ESI GROUP est une vraie pépite. Six mois plus tard, je n’en démords toujours pas. Cela d’autant que son dirigeant n’est plus très jeune et pourrait un jour céder sa place… Je vous avoue que les gérants et les actionnaires de la société ne vendent actuellement aucun titre et prédisent une progression du titre d’au moins 25% l’an prochain.

MONTUPET: +85% depuis le 1er janvier

J’ai choisi cet équipementier automobile pour vous réaffirmer une fois de plus que « small peut rester beautiful ». Le spécialiste des produits moulés en alliages d’aluminium a parfaitement résisté à la crise européenne de l’automobile en voyant son chiffre d’affaires progresser de 1% sur les neuf premiers mois de l’année, grâce en grande partie au dynamisme enregistré en Bulgarie et au Mexique.

La technologie du groupe attire les constructeurs allemands, ce qui lui permet de monter en gamme, d’où une meilleure rentabilité. D’ailleurs, au premier semestre, MONTUPET (FR0000037046) a réussi à faire progresser son résultat opérationnel de 33%, ce qui représente une marge opérationnelle de 10%… C’est énorme pour le secteur.

L’action reste encore assez attractive avec un PER de 5, au point que quelques gérants qui la suivent ont un objectif de progression de l’ordre de 20%. Il suffirait que l’automobile européenne redémarre pour que la hausse soit même supérieure.

HOLOGRAM INDUSTRIES: +60% depuis le 1er janvier

Prix de l’Audace Créatrice remis par le président de la République, rentabilité opérationnelle au-dessus des 22%, croissance organique de 11% sur les neuf premiers mois de l’année… tout va pour le mieux pour HOLOGRAM INDUSTRIES (FR0000062168).

Et le groupe va continuer sur cette lancée. Le spécialiste des composants holographiques destinés à l’authentification et à la sécurisation des documents d’identité et à la protection des produits de marques va par exemple équiper le nouveau passeport électronique chinois.

Tout serait exceptionnel si le titre n’était pas si cher au cours actuel avec un PER de l’ordre de 18… C’est relativement cher, même si la qualité à un prix. Du côté des gérants, on est donc plutôt à la consolidation et pas pressé de rentrer à nouveau sur le dossier…

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Des plus-values de 75,23%, 54,10%, 30,92%, 42,73%, 43,90%, 51,31%, 54,10%…
… et bien d’autres encore !

Grâce à cet outil, vous pourriez multiplier par 7 le moindre mouvement de cours – et accéder ainsi à un spectaculaire gisement de gains potentiels.

Comment faire ? Tout est expliqué ici…

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “Les tops et les flops de l’année 2012 (1/2)”

  1. @SCConfidentiel le PER de $MON est inférieur à 3… 27M€ de RN2012 attendu…

Laissez un commentaire