Que pouvons-nous attendre des small caps en 2013?

Rédigé le 4 janvier 2013 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

A l’aube de cette nouvelle année, laissez-moi tout d’abord vous présenter mes meilleurs voeux pour 2013. Que cette année vous apporte santé, bonheur et prospérité. Concernant nos petites et moyennes valeurs, je leur souhaite de faire mieux qu’en 2012…

Je n’ai malheureusement pas de boule de cristal mais tentons toutefois d’émettre quelques prévisions pour cette année. N’attendez pas que je vous donne des niveaux sur fin 2013, je suis bien trop hostile aux prévisions à douze mois. Si j’ai toujours critiqué le principe des guidances, ce n’est pas pour m’employer aujourd’hui à ce genre de prévisions qui, selon moi, se veulent intelligentes mais ne reposent sur rien… Keynes disait : « A long terme, nous sommes tous morts ». Plus modestement, je pense qu’il est absolument impossible de prévoir un quelconque niveau à douze mois sauf si on aime les effets d’annonce, ce qui n’est pas mon cas…

Décevante année 2012

Les marchés semblent être actuellement dans une bonne dynamique, un accord a été trouvé aux Etats-Unis et la zone euro ne semble finalement pas encore prête à imploser. Comme s’en félicite le président de la Commission européenne, « l’année 2012 a terminé sur une note positive pour l’Union européenne. Je pense qu’il est légitime de dire que la perception de risque dans la zone euro a disparu ».

Mais, pour moi qui suis les small caps de près, 2012 a été décevante dans la mesure où notre indice de référence n’a pas été capable de faire mieux que le CAC 40… Je parle bien sûr du CAC Small qui affiche une progression de 9,7% alors que, dans l’intervalle, le CAC 40 a pris plus de 15%. Tout au long de l’année, je vous ai indiqué les raisons de cette sous-performance qu’il s’agisse de la présence encore trop européenne des small caps cotées ou encore des gérants préférant monter en gamme vers les mid caps pour s’épargner les affres de la liquidité.

Pour la seconde fois, l’année boursière des petites capitalisations est moins bonne que pour les blue chip. De fait, nombreux sont les chefs d’entreprise qui se demandent si le maintien d’une cotation est encore nécessaire… Bien souvent complètement déboussolés par leur cours de Bourse, ils n’hésitent pas, parfois, à évoquer en petit comité une sortie de la cote…

Des OPA à prévoir en 2013

Dans ces conditions, je pense que les opérations financières vont se multiplier cette année avec des OPA en tout genre… Regardez d’ailleurs comme l’année commence : EUROFINS SCIENTIFIC (FR0000038259) va acquérir d’ici la mi-janvier Cerep, le spécialiste de la pharmacologie, suite à une OPA annoncée fin décembre à un cours de 2 euros par action, soit une prime de 85% par rapport au dernier cours coté. Pensez-vous vraiment qu’on peut avoir ce type de prime sur les grosses capitalisations ? Pas vraiment et c’est pour cela que je pense qu’avec de la patience, il est permis de garder espoir pour ce compartiment.

J’ai même envie de vous dire que, plus que jamais, ce compartiment est à surveiller de près… Vous voulez des noms de sociétés OPAbles ? Les voici : DMS, ESI GROUP (FR0004110310), MAUNA KEA (FR0010609263), STENTYS (FR0010949404), et bien sûr bon nombre de sociétés informatiques qui, comme l’ensemble du secteur, sont sous-évaluées et pourraient bien envisager de sortir de la cote.

Vers plus d’indépendance et de dynamisme ?

D’un point de vue plus global, les small caps pourraient également être favorisées par les dispositifs fiscaux que pourraient instaurer la Gauche pour dynamiser le secteur des PME… Par ailleurs, il est à noter que ce compartiment semble s’affranchir de plus en plus de la tutelle bancaire en n’hésitant pas à venir chercher de la dette sur les marchés de capitaux. Cela représente seulement 30% de leur financement contre 70% aux Etats-Unis, mais leur permet de disposer de plusieurs sources d’argent frais…

Rappelez-vous l’an dernier l’émission obligataire réussie de CAPELLI (FR0010127530) ou encore le fonds Micado créé par Portzamparc dont je vous ai abondamment parlé l’an dernier. Cette tendance va continuer en 2013 et s’amplifier.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Que diriez-vous de payer votre panier de courses trois à quatre fois moins cher ? De ne plus payer d’ISF ? De réduire de moitié vos impôts sur le revenu ? De partir à la retraite sereinement ?

Ce paradis est à votre portée. Mieux encore, il coûte sans doute bien moins cher que vous le pensez.

Pour découvrir comment vivre en diminuant de 25% à 75% le coût de la vie : continuez votre lecture… Cela pourrait littéralement changer votre vie !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire