6% n’égalent pas 6%

Rédigé le 13 septembre 2012 par | Mid et Small Caps Imprimer

Découvrez la sélection de notre spécialiste des minières !

Avec son service d’investissement sur l’or et les matières, elle sélectionne chaque mois les meilleures valeurs pour accroître le portefeuille de ses lecteurs. Or, métaux précieux, matières agricoles, minières : les opportunités sont nombreuses !

Avec une performance moyenne de 15,98% par investissement depuis la création de son service, notre spécialiste a fait la preuve de son expertise : donnez-vous une chance de faire aussi bien…

 

Je voudrais revenir avec vous sur la notion de rentabilité. Si vous me lisez régulièrement, vous devez remarquer que j’évoque assez souvent la rentabilité opérationnelle et que je peux être positif sur une société avec une marge de 4% et tout aussi négatif avec une marge de 15%.

Cela peut vous paraître bizarre en fait, comme si je distribuais des bons points et des mauvais points en fonction de l’humeur des dirigeants… ou que je serais pris d’un delirium tremens. Je vous rassure, je suis tout à fait sain d’esprit car justement, comme bien souvent avec les chiffres, il faut savoir les comprendre et les analyser pour les faire vraiment parler.

En fait, tout dépend du secteur dans lequel évolue la société dont on parle. Prenez par exemple le monde de la distribution.

Ce secteur a en général une très faible marge avec un BFR négatif (pour bien comprendre ce qu’est le BFR, relisez mon article de fin juin). Tenez, CASINO (FR0000125585) par exemple, a une marge opérationnelle de l’ordre de 3,7% mais avec un BRF négatif, le groupe n’a aucun problème pour financer pour ses activités. Il est payé comptant par ses clients et dispose de plusieurs semaines pour payer ses fournisseurs.

L’agroalimentaire dégage également des rentabilités assez faibles… FLEURY MICHON (FR0000074759) s’est envolé depuis le 31 août, tout simplement parce que sa marge opérationnelle a dépassé les 6%… Une excellente nouvelle dans la mesure où les entreprises du secteur doivent composer avec la hausse des prix des matières premières et avec les acteurs de la grande distribution en face qui veulent conserver leurs parts de marchés et leurs marges : c’est la lutte pour ne pas augmenter d’un centime !

A l’autre bout du spectre, on retrouve la sphère Internet où il n’est pas rare d’observer des rentabilités très supérieures, à deux chiffres. Ainsi, LE GUIDE.COM (FR0010146092) croqué récemment par LAGARDERE, dégageait une rentabilité d’exploitation de 33%. AUFEMININ.COM, le affiche de son côté une marge d’exploitation de 26% ! Rien à voir avec l’agro-alimentaire en effet !

Cette forte rentabilité des acteurs de l’Internet s’explique essentiellement par le fait qu’ils évoluent sur des niches porteuses. Et sur ce secteur précisément, on ne regarde quasiment que la rentabilité – le chiffre d’affaires étant peu intéressant en fait. Prenons cette fois un éditeur de logiciel. Supposons qu’il ait besoin de 10 ventes de licence pour atteindre l’équilibre opérationnel : la onzième vendue sera quasiment du bénéfice.

Quand vous regardez les résultats des sociétés, comparez ce qui est comparables et n’allez pas amalgamer les rentabilités de l’e-commerce avec celles de la distribution, des utilities ou des bancaires !

Voilà donc pourquoi je suis si sévère avec certaines sociétés. J’ai par exemple un avis assez négatif sur HI MEDIA (FR0000075988), une régie publicitaire sur Internet également spécialisée sur le micro-paiement, qui ne dégage qu’une rentabilité d’exploitation de l’ordre de 6% à 7%, ce qui est beaucoup trop faible pour son secteur.

Les 6% de HI MEDIA n’ont pas la même saveur que les 6% de FLEURY MICHON. Sans faire une comparaison qui n’en est pas vraiment une, on peut avoir les mêmes divergences sur les PER des sociétés cotées. Des PER élevés se rencontrent surtout dans le monde du luxe alors que vous aurez des PER plus faibles dans le monde de l’automobile.

Mots clé : - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “6% n’égalent pas 6%”

  1. Hi media, gl events, public system ont une rentabilité opérationnel du même ordre,
    Leur métier n’est pas comparable à aufeminin.
    La marge opérationnelle mesure l’avantage concurrentiel mais ne mesure pas la qualité d’une entreprise. Il faut comparer les entreprises sur une même chaine de valeur.

    Comme sur votre site, vous citez Heurtey Petrochem, ils ont une marge très basse, mais vous lui avez pourtant reconnu des qualités. Car compte tenu de leur taux de croissance, ils ont un bon positionnement sur leur chaine de valeur.

Laissez un commentaire