Simple consolidation ou début de krach ?

Rédigé le 11 octobre 2018 par | Analyses indices, Indices, sociétés et marchés, US Imprimer

Sur les indices européens, hier, les sherpas ont laissé plonger le CAC40. Le support moyen terme du CAC a été enfoncé peu après 16h30, et 30 minutes plus tard, nous avons écarté à 99% l’hypothèse d’un faux signal. L’Euro Stoxx 50 a validé simultanément la cassure du plancher des 3 300 points : au final, le rebond technique de mardi après-midi fut un « rebond de chat mort ».

L’ouverture du CAC40, ce matin, très largement sous le support de son canal haussier (Gilles revient sur le sujet dans son article) n’augure rien de bon.

Wall Street a perdu pied dès les premiers échanges, accéléré ses pertes au fil des heures, puis a littéralement implosé au cours du dernier quart d’heure, victime d’un sell-off spectaculaire. Le graphique en 5 minutes du Nasdaq montre parfaitement cette capitulation du marché… et l’accélération des ventes en toute fin de séance.

Pourquoi ? comment ? Jusqu’où ? c’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

Le Mystère du Pourquoi

Ce mouvement présentait toutes les caractéristiques techniques d’une vente panique… sauf que personne n’a paniqué : et personne n’a « physiquement » passé le moindre ordre de vente ou d’achat (enfin, surtout pas d’achat !) car les machines ont fait tout le travail ! Vive les algos.

Graphe cours du Nasdaq en Bourse

Personne n’a rien vu venir, personne ne comprend vraiment ce qui s’est passé… les opérateurs sont sous le choc. Tentant de reprendre leurs esprits, ils mentionnaient, essayant de trouver un rationnel à cette chute surprise :

Tous ces motifs de correction ont été superbement ignorés au cours des jours, des semaines, des trimestres précédents. Pourquoi sont-ils soudain pris en compte ce mercredi 10 octobre ?

Mystère !

Un constat s’impose, c’est la pire séance de correction à Wall Street depuis fin juin 2016, c’est-à-dire depuis le Brexit pour le Nasdaq.

Quelle chute !

Le Nasdaq100 chute de près de -4,5% et le future du Composite dévisse de -5%, pulvérisant au passage le support de son immense canal haussier en place depuis 2016… ainsi que sa MM200 et le support horizontal crucial des 7 630 points. Mauvaise configuration, c’est le moins que l’on puisse dire.

Graphe cours du Nasdaq en Bourse

Le S&P500 plongeait lui de -3,3% vers 2 785 points, le Dow Jones de plus de 830 points (-3,1%) sous les 25 600 points… et les contrats à terme échéance décembre ont affiché jusqu’à -1 000 points !

La jauge du risque, le VIX, a logiquement explosé de +44% à 23, et a fusé de +11% supplémentaires au cours du dernier quart d’heure… Du jamais vu depuis le volatgeddon (+300% en 48 h !) de la première semaine de février dernier.

Est-ce un incident sérieux ? la situation économique est-elle devenue soudain si alarmante ? Est-ce une consolidation ou le début du grand saut ?

Depuis le plus-bas touché en 2009 et le début du grand rebond, nous avons assisté à une vingtaine d’épisode correctifs (23 pour être précis) d’une ampleur de -5 à -20% (1 seul atteignit -21% en 2011, en pleine crise grecque). A 23 reprises, ce fut une opportunité de se renforcer sur les valeurs US et les GAFA, puis sur FANGMAN.

Pourquoi cette 24e correction serait-elle différente ?

Tout simplement parce que jamais le rendement du T-Bond à 2 ans ne s’était situé au-delà de 1% de mars 2009 à décembre 2016, et jamais il n’avait dépassé le rendement du S&P500 (environ 2%) avant fin janvier 2018.

Les conséquences pourraient être bien pires qu’un simple décrochage de marché, et les sherpas ne s’y trompent pas : il y a cette fois urgence à rassurer Wall Street et la Plunge Protection Team sort déjà les extincteurs.

La Plunge Protection Team reprend du service, c’est bon signe !

C’est un signe qui ne trompe pas : les membres de la Fed (comme Richard Fisher) n’ont pas lâché leur smartphone, prêts à répondre au premier appel de CNBC, CNN, ABC, etc. pour délivrer la bonne parole, rappeler que la croissance est à 4%, le chômage à 3,7%, et que de ce point de vue, le niveau actuel des taux demeure « très accommodant » et le sera encore à 3,00% (consensus de neutralité des taux) mi-2019.

La Maison-Blanche s’empressait également de minimiser l’événement, expliquant qu’il s’agit d’une simple correction de bull market, et que c’est à la limite très sain.

« L’économie US demeure très forte et ce trou d’air sera passager »… Il ne manquait plus que le « tout est sous contrôle » de l’été 2008 pour parfaire de nous rassurer.

Heure de vérité pour l’Europe : l’écart de taux BTP/Bund flirte avec les 315 points de base !

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé : - - - -

Un commentaire pour “Simple consolidation ou début de krach ?”

  1. Merci Philippe pour nous tenir à l’écoute de tout ce monde rigolo et attentifs aux fondamentaux.

    Pour moi c’est parti vendredi avec quelques jours de retard par rapport aux 4 sorcières de septembre. Ça couve depuis des mois avec des indices parfaitement insolents (vous m’avez permis de me rassurer à ce sujet).

    En fondamentaux je vois les points 2, 3 et 5 de votre liste mais aussi une faiblesse structurelle de certaines grandes banques à la fois en Europe et particulièrement en Allemagne/Italie, et à la fois en Chine. Je n’oublie pas le tableau Turque et ses implications avec l’Europe (encore une fois l’Allemagne et l’Italie en premiers plans).
    Déclencheurs, et qui fait que je suis short (en principal sur NQ100 que je trouve très cher) : Powell et 5 étoiles.
    ça va être compliqué, très compliqué pour les acheteurs… Et si je vois clair, pour beaucoup de monde.

    Cette 24e, je lui donne ses lettres de noblesse.

    Merci à nouveau.
    Raphaël

Laissez un commentaire