Siemens et Alstom… le mariage forcé ?

Rédigé le 28 avril 2014 par | Big caps Imprimer

Je suis convaincu que Siemens a été contraint de déclarer de l’intérêt uniquement dans le but de contraindre GE à faire une surenchère (Kron préfèrerait se coucher sur la rails de la ligne TGV Paris/Francfort un jour de grands départs que de marier son groupe avec l’allemand).

Siemens (DE0007236101) et Alstom (FR0010220475) ont trop d’activités en commun et en concurrence frontale (à commencer par le ferroviaire) pour qu’un mariage ne se solde pas par un bain de sang au niveau des emplois.

Comme je vous le disais, General Electric va déjà avoir du mal à rendre rentable la division « énergie » (les activités turbines et alternateurs) alors que l’éolien est un foyer de pertes sans fin, je vois mal comment Siemens pourrait gagner de l’argent sans orchestrer un 2 +2 = 2,4 dans tous les secteurs !!!

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Les commentaires sont fermés !