Shutdown, un mauvais scénario déjà connu – mais bientôt la fin d’un Euro cher ?

Rédigé le 3 octobre 2013 par | Matières Premières Imprimer

Une prise de bénéfices partiels à 200%… une vente à 73%… un portefeuille latent qui affiche une performance moyenne de 53%… et une performance moyenne sur les positions vendues de 50,56%.

Vous connaissez le potentiel des biotechs et des nouvelles technos ? Non ? eh bien vous avez tort ! Rattrapez-vous ici.

 

Le mot de la semaine : « Shutdown« .
En effet, le début de paralysie du gouvernement américain est si bien orchestré que tous les médias se sentent obligés de jouer le jeu. Pourtant ce mardi, alors que les premiers fonctionnaires restaient à la maison, les marchés américains rebondissaient pour la première fois depuis trois séances.

Et les marchés ont raison de ne pas s’affoler. Ce ne sont pas les 4% de fonctionnaires (à peine) qui vont rester à la maison quelques jours et qui seront sans doute payés rétroactivement qui vont faire chuter le PIB. Enfin pas maintenant.

Un mauvais scénario déjà connu

A titre d’informations, nous en sommes au 18ème « shutdown » en 36 ans aux Etats-Unis, c’est dire que cela fait partie de la vie politico-hollywoodienne américaine. L’avantage, c’est que cela oblige les forces en présence à décider. L’inconvénient… c’est que comme les mauvais scénarios, on connait la fin à l’avance.
La voici : malgré des postures rigides de part et d’autres, aucun parti ne va prendre la responsabilité de mettre en danger une reprise très fragile par un blocage trop long. Ainsi, une fois que chacun aura incarné son rôle avec d’un côté, les Démocrates défenseurs de l’Obamacare, et de l’autre, des Républicains en opposants acharnés à l’assistanat, ce gentil petit monde va se mettre d’accord pour repousser l’échéance.

Et pendant ce temps, l’euro continue de monter….

EURUSD : Si c’était la fin ?

Ce mardi, l’euro a tenté une incursion au-dessus de 1.3570, zone de résistance clé depuis la semaine passée alors que le blocage aux Etats-Unis était officialisé. Toutefois, la pression est rapidement retombée, tout comme l’euro qui revenait ce mercredi matin sur la zone clé à 1.35 $.

Il faut dire qu’il n’y avait pas de quoi pavoiser en zone euro avec des statistiques largement dans le rouge et un taux de chômage toujours à 12%.

stats
Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

Alors que les ventes de détails en Allemagne sont en net recul, les chiffres de l’emploi décevaient également – aucun bug des services du travail ne semblait pouvoir être mis en avant là-bas. Il n’y a donc qu’en France où les erreurs de calcul peuvent améliorer le chômage.

La situation – déjà tendue en Italie sur le plan politique avec les menaces de l’inoxydable Silvio Berlusconi – ne semble pas s’améliorer très vite non plus sur le plan économique avec des indicateurs d’activité dans le rouge. Dans ces conditions, le discours de Mario Draghi ce mercredi après-midi va être très attendu. (A l’heure où j’écris ces lignes, il n’a pas encore eu lieu).

Mais pour moi, le signal était tout autre…

COT INDEX : Accumulation activée !

L’alerte nous vient du COT index qui est entré pour la paire EURUSD (comme c’est également le cas sur EURJPY que j’ai analysé la semaine dernière) dans la zone d’accumulation. Cela signifie que les commerciaux sont massivement positionnés à la vente et les spéculateurs, à l’inverse, sont fortement acheteurs comme l’illustre ce graphique.

cot
Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Cot index EURUSD 

Il est donc temps d’envisager l’inversion de cette tendance si l’on considère que la mécanique des marchés est faite d’accumulation et de distribution. Attention tout de même : ce signal vient d’apparaitre et la patience va être de mise.

EURUSD : Proche du point haut ?

Si l’on regarde l’évolution de la paire à l’aide des ratios de Fibonacci en rythme hebdomadaire, on constate que la tendance baissière long-terme est à un point clé entre la zone de retracement majeure (50%) et la zone d’invalidation (61,8%) qui se situe dans notre cas à 1.3835 $.

Fibonacci
Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

EURUSD W1 – www.eole-trading.com

Si je privilégie le scenario de baisse à moyen-terme, il ne faut pourtant pas se précipiter. En observant les points pivots mensuel et hebdomadaires ci-dessous, nous pouvons dessiner une stratégie globale.

pivots
Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

EURUSD D1 – www.eole-trading.com

En effet, la véritable zone clé pour la baisse se situe à 1.3397 et tout reste possible à la hausse tant que nous ne la franchissons pas. Je m’attends toutefois à un premier repli depuis la cassure des 1.35 vers ce support qui, s’il tient bon, offrira un beau point d’achat pour surfer sur ce qui devrait être la dernière vague de hausse vers 1.3690/1.3750.

En cas de cassure du support plus rapidement, la vente sera à privilégier pour viser un retour sur 1.30 $ dans un premier temps.

Voici donc en image mon scénario idéal :

ideal
Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

EURUSD Daily- www.eole-trading.com

Au moins, vous ne pourrez pas dire que je ne m’engage pas !

Bonne semaine !

Le 18 octobre à Paris puis à Lyon et Bruxelles, venez trader avec Jérôme Revillier lors d’un séminaire gratuit exclusif ! Plus d’infos ici : http://www.eole-trading.com/blog/seminaire-forex-venez-trader-avec-jerome-revillier/

Mots clé : - - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Un commentaire pour “Shutdown, un mauvais scénario déjà connu – mais bientôt la fin d’un Euro cher ?”

  1. un point de vue…
    Shutdown, un mauvais scénario déjà connu – mais bientôt la fin d’un Euro cher ? http://t.co/96nIaqubz4 via @sharethis

Laissez un commentaire