Les États-Unis s’autorisent à nouveau à exporter du pétrole… à perte et dans un marché saturé

Rédigé le 18 décembre 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

Moody’s exclut un rebond des matières premières en 2016 et abaisse la notation, pêle-mêle, des grands consortiums miniers et des sociétés productrices de pétrole partout dans le monde, en particulier aux États-Unis.

En cause : le fait que le Congrès US vient de mettre fin mardi à l’interdiction d’exporter du pétrole extrait sur le sol américain qui avait été instaurée en 1973 suite à la première grande crise pétrolière de l’Histoire.

Mais quel pétrole les USA vont-ils bien pouvoir exporter : du shale oil à 35$, quand son coût d’extraction moyen est de 70$ (et de 50$ pour les plus chanceux) ?

En réalité, le but de l’opération serait de pouvoir procéder à des swaps (échange baril pour baril) de qualité, notamment avec le Mexique, en lui livrant du « brut léger » que son voisin à les moyens de raffiner en l’échange d’une « huile » plus visqueuse que les raffineries du Texas et de Louisiane peuvent traiter (il s’agit souvent de pétrole « lourd » importé du Proche Orient »).

Aussi, ce n’est pas demain que les États-Unis vont inonder la planète de leur pétrole (l’Iran aura fait son grand retour avant)… en revanche, les producteurs de gaz de schistes US (les mêmes qui sortent par la même occasion un pétrole non-rentable) rêvent d’exporter du gaz liquéfié (c’est légal) à destination de l’Europe et surtout de l’Ukraine (ah si seulement Kiev pouvait dénoncer ses accords de livraison avec la Russie et se tourner vers l’Amérique !).

Mots clé :

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire