La plaisance au creux de la vague

Rédigé le 15 janvier 2014 par | Mid et Small Caps Imprimer

Les acteurs français de la plaisance n’ont pas le vent en poupe. Le fabricant de bateaux de luxe Rodriguez Group (FR0000062994) serait même en train de boire la tasse… Le spécialiste niçois des yachts sur mesure, coté sur l’Eurolist C, a annoncé le 7 janvier 2014 que le tribunal de commerce de Cannes a prononcé l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire à l’égard des deux sociétés du groupe. Ces dernières entrent dans une période d’observation de 6 mois renouvelables dont leur maison-mère entend se servir pour signer un nouvel accord avec ses créanciers bancaires.

Rodriguez Group se traîne en effet une ardoise de 115 millions d’euros (dont 64 millions d’euros de dette obligataire). Reste que ce passif, si important soit-il, n’explique pas à lui seul les déboires du plaisancier. Au titre de son exercice 2012-2013, celui-ci affiche une perte opérationnelle courante de 8,6 millions d’euros. Le concepteur des gammes Open, Cabin Cruiser et Customs doit également faire face à une désaffection de sa (riche) clientèle consécutive à la crise économique. Il n’est pas le seul acteur tricolore de la plaisance à prendre l’eau.

• Cap sur les Etats-Unis

En dépit de la cession de sa filiale déficitaire Harmony Yachts, Poncin Yachts (FR0010193052) n’a toujours pas atteint son objectif d’être à l’équilibre financier. La société, également cotée sur le compartiment C, peut se consoler en se disant que ses pertes opérationnelles sont passées de 1,7 million d’euros en 2011-2012 à 600 000 euros en 2012-2013, son dernier exercice clôt le 16 décembre 2013. L’ex-chantier Poncin a choisi de se recentrer exclusivement sur des catamarans de grandes tailles (supérieurs à 50 pieds). L’entreprise rochelaise a également décidé de mettre le cap sur les Etats-Unis. Car, si le marché nautique français ne cesse de sombrer, la demande de bateaux repart outre-Atlantique où le vent de la reprise économique se lève.

Bénéteau (FR0000035164) mise également beaucoup sur l’international. Le groupe vendéen coté sur le compartiment B, qui a publié le 13 janvier 2014 un chiffre d’affaires pour le premier trimestre de son exercice 2013-2014 en recul de 6,7% à 89,9 millions d’euros (mais en hausse de 0,7% sur sa seule activité de plaisance qui a généré 74,7 millions d’euros), a confirmé sa prévision de croissance du marché mondial de +3% à +5% en 2014. Si les ventes devraient rester atones en Europe cette année, elles pourraient connaître une hausse à deux chiffres en Amérique du Nord.

• Un vent de nouveautés

Une brise de nouveautés souffle également sur les acteurs hexagonaux du nautisme. Fountaine Pajot (FR0010485268)  cumule les lancements de nouveaux modèles tant en voile qu’en moteur avec l’Hélia 44, le Victoria 67 et le Cumberland 47LC. Pour l’exercice 2013-2014, le fabricant de catamarans de croisière, créé en 1976 par les navigateurs Jean-François Fountaine et Yves Pajot et aujourd’hui coté sur Alternext, prévoit d’améliorer ses performances économiques, sans dévoiler toutefois de chiffres précis.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

20 minutes par semaine… et adieu les valeurs en chute libre !

Découvrez vite les conseils de notre spécialiste du trading qui vous aideront à protéger systématiquement vos investissements des pires retournements de marché !

Grâce à lui, vous pourrez enfin viser des gains à deux chiffres l’esprit tranquille : il suffit de connaître ses astuces pour dire adieu aux pertes incontrôlables ! Pourquoi s’en passer ?

Mots clé : - - - -

bernardlabrosse
bernardlabrosse

2 commentaires pour “La plaisance au creux de la vague”

  1. SCConfidentiel : La plaisance au creux de la vague $BEN $ROD http://t.co/458orKOeNU

  2. RT @SCConfidentiel: La plaisance au creux de la vague… http://t.co/Cz7xi4Pjff

Laissez un commentaire