Le secteur du tourisme souffle le chaud et le froid

Rédigé le 21 novembre 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Par Pierre Havez

En tant que vacancier, je suis sûr que vous en avez déjà fait l’amère expérience : le tourisme, par définition, demeure un secteur hautement cyclique et soumis aux aléas climatiques. Sachez-le, cette maxime reste valable pour les investisseurs.

Selon un bilan provisoire du cabinet Protourisme, le tourisme français a ainsi souffert l’été dernier. En cause, à la fois la diminution du pouvoir d’achat des Français et le mauvais temps : le nombre de nuitées à la mi-août a perdu 5% contre une augmentation de 2% l’an passé à la même période. Ce constat assez sombre doit cependant être nuancé par des résultats variables en fonction des territoires et des formules d’hébergements choisies. Alors que la fin d’année et les vacances de Noël approchent, le temps est donc venu de s’interroger sur les acteurs de ce secteur qui parviennent à tirer leur épingle du jeu – ou pas.

Avalanche de gains pour la stratégie de Mathieu Lebrun !

Impressionnant : des plus-values de +306%…+165% et +300% sans oublier les plus-values exceptionnelles de 210%, et 253% réalisées grâce à la botte secrète de Mathieu.

Mieux encore, la performance nette réelle du portefeuille de cette stratégie avoisine aujourd’hui les +65% – en incluant les frais et les pertes !

Plus de deux cents particuliers utilisent déjà cette stratégie, alors découvrez-là vite et ne tardez pas à les rejoindre pour profiter des prochains gains!

CLUB MEDITERRANEE : se maintient sous le soleil

CLUB MEDITERRANEE (FR0000121568)Penchons-nous d’abord sur le CLUB MEDITERRANEE (FR0000121568), le spécialiste des villages de vacances que vous connaissez. Le groupe est présent dans plus d’une trentaine de pays. Au troisième trimestre 2012, Club Med a réalisé un chiffre d’affaires de 332 millions d’euros, en croissance de 2,7%. Sur les neuf premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires du groupe atteint 1, 115 millions d’euros, en hausse de 3,5%. En outre, depuis le début de l’année, les réservations s’affichent elles aussi en hausse globale de 1,1%, dont 1,5% en Europe et en Afrique et 6,4% sur le marché américain. A priori donc, le groupe arrive à se maintenir dans ce contexte économique difficile – le mauvais temps en France et en Europe ayant sans doute drivé une partie du tourisme vers des régions plus lointaines, profitant alors aux sites du Club Med.

En plus de cette activité stable, remarquable dans le contexte actuel morose, le groupe a entamé une nouvelle stratégie qui a vu à la fois progresser son résultat et diminuer sa dette. En conséquence, la valeur me semble clairement sous-évaluée aujourd’hui, ce qui devrait conduire à une amélioration future de son cours.

Ne vous fiez donc pas à la baisse de 13,53% sur les trois dernières années ou de 11,13% depuis le début de l’année – ce qui reste finalement très limité. L’avenir du CLUB MEDITERRANEE devrait s’éclaircir prochainement. Après la pluie vient le beau temps.

A l’opposé, l’action du leader européen de la location de résidences de tourisme PIERRE ET VACANCES (FR0000073041) plonge de plus de 48% depuis le 1er janvier. Une tendance malheureusement inscrite sur du long terme puisque le titre dégringole de 77,13% et 84,109% sur trois et cinq ans. Au quatrième trimestre de l’exercice 2011-2012, le groupe a connu une baisse de près de 11% de son activité, à 450 millions d’euros. Sur l’année complète, les ventes s’élèvent à 1,419 millions d’euros, soit un recul de 5,1% par rapport à l’an passé à données comparables. Le résultat opérationnel courant du groupe est ainsi passé dans le rouge sur l’ensemble de l’année à -5 millions d’euros.

Et les mauvaises nouvelles s’enchaînent pour l’exploitant de parc touristique qui a dû annoncer un plan social de 2,6% de ses effectifs et dont le directeur général, Sven Boinet, a quitté ses fonctions au 1er août… Il semble que son positionnement inverse à celui de Club Med ne soit donc pas payant par ces temps sombres. Toutefois, l’analyse technique nous laisse entrevoir un possible rebond à court terme, comme le suggérait dernièrement Sébastien Duhamel.

Le camping résiste

Du côté du tourisme de plein air, l’évolution est globalement positive pour les acteurs de taille intermédiaire.

Le titre du groupe HOMAIR VACANCES (FR0010307322), qui commercialise des séjours touristiques en mobil-home et exploite des campings, grignote 0,59% depuis le début de l’année, maintenu par des nouvelles rassurantes.

La direction s’attend ainsi sur l’exercice complet à une progression de son activité supérieure à 10%. Son concurrent PROMEO s’adjuge lui 8,82% sur le mois écoulé, en net rebond par rapport à sa contre-performance depuis le début de l’année (-24,48%). Ce sursaut résulte notamment de la signature de son partenariat avec 21 Centrale Partners qui prévoit la création d’une filiale commune. Cette opération permet en effet à Promeo de dégager un excédent de trésorerie de l’ordre de 68 millions d’euros.

Enfin, le fournisseur d’équipements de loisir et spécialiste des camping-cars TRIGANO (FR0005691656), que nous suivons très régulièrement sur le site, connaît un léger trou d’air au niveau de son activité en 2012, à 740 millions d’euros, en recul de 1,2% par rapport à l’exercice précédent. Du coup, le groupe a décidé de ne pas distribuer de dividende… Cette décroissance s’explique principalement par l’impact des quatre acquisitions réalisées par la société en 2012, mais pourrait se poursuivre car le nombre de prises de commandes a baissé lors des salons d’automne.

Laissez un commentaire