Secteur automobile : attention à la sortie de route !

Rédigé le 22 septembre 2009 par | Autres indices Imprimer

Je n’ai pas été très étonné ces derniers jours quand j’ai vu que, contrairement au CAC40 ou aux autres indices mondiaux, le secteur automobile ne parvenait pas à faire de nouveaux plus hauts annuels, et sous-performait nettement les indices de référence. Pourquoi ?

Parce que le marché anticipe. Et que les anticipations pour 2010 ne sont pas des plus optimistes… d’autant que les subventions gouvernementales s’arrêtent en France comme en Allemagne.

◊ Une renaissance (trop) tardive

Le secteur automobile a été au centre de l’actualité ces derniers jours avec le salon de Francfort qui s’est ouvert la semaine dernière. Mais la crise est passée par là malgré les nombreuses mesures gouvernementales et autres primes à la casse en France, en Allemagne comme aux Etats-Unis.

Le nombre d’exposants au salon de Francfort a chuté de plus de 30% entre 2007 et aujourd’hui. Le secteur semble commencer à bouger et à s’adapter à la demande : tous les grands constructeurs ont ainsi présenté des modèles de voitures électriques plus ou moins performants, qui devraient être disponibles… fin 2010, ou début 2011.

Toutefois, nous ne sommes qu’en 2009 et la situation est toujours très difficile. Les constructeurs afficheront des pertes sur l’année, alors que la plupart des titres ont repris près de 75% depuis le 1er janvier.

Les constructeurs font donc des efforts pour renouveler leur modèle économique… mais les marchés n’anticipent toujours rien de bon pour le secteur…

Que faut-il en penser ? Eh bien, voyons ce que l’analyse technique nous en dit.

TF1

La première chose qui me frappe à la vue de ce graphique, c’est que la tendance reste baissière à long terme. Toutefois, le secteur automobile européen a réussi en juillet dernier à franchir une oblique baissière qui coiffait les cours depuis mai 2008. On peut même parler d’un canal baissier dont nous sommes sortis par le haut. C’est donc un signe positif à moyen terme.

Pourtant, nous nous sommes heurtés début août à la résistance horizontale des 260 points, résistance horizontale majeure puisque cette résistance était déjà en place en 2001 et 2002.

Depuis ce point haut à 260 début août, on remarque surtout que le secteur automobile n’a pas fait de nouveaux plus hauts — contrairement aux indices européens. Evidemment, c’est un signe de faiblesse majeur. Surtout que la correction du mois d’août a été beaucoup plus forte que sur les autres grands indices. Cela doit donc nous alerter en premier lieu sur le secteur comme étant l’un des plus faibles ces derniers mois.

◊ Qui dit forte chute, dit fort rebond ?

Eh bien non. Je ne crois pas au rebond immédiat du secteur.

Les indicateurs mathématiques confirment mon opinion négative. Le RSI à 14 semaines a buté récemment sous la zone de résistance horizontale des 62, et le Momentum, qui présentait une divergence baissière ces dernières semaines, a commencé à se concrétiser avec la correction du mois d’août, et reste sous une oblique baissière, signe que celle-ci peut se poursuivre.

Dès lors, tant que nous restons sous le niveau clé des 260 points, la correction du secteur devrait se poursuivre, et vous pouvez donc jouer la correction jusqu’aux 201 points, retracement de 50% de la progression depuis mars. Ensuite, vous pourrez viser les 195, support horizontal clé situé juste en dessous, voire les 188 points, niveau de retracement de 61.8% du rebond qui servirait de support non négligeable en cas de correction violente. Nous aurons le temps d’en reparler d’ici là.

Mots clé : -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire