L’agroéquipement en pleine croissance

Rédigé le 6 mars 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

Par Pierre Havez

Le 50e salon de l’agriculture s’est achevé dimanche dernier, quelques jours après la 75e édition du Sima, le salon mondial dédié aux fournisseurs de l’agriculture et de l’élevage. L’affluence de ces deux événements a permis de démontrer le dynamisme du secteur de l’équipement agricole français. A tel point que le marché français devrait atteindre un niveau record de 5,4 milliards d’euros en 2012 à comparer aux 4,6 milliards de 2011 et aux 3,5 milliards de 2010 – selon les chiffres de la fédération des industriels de l’agroéquipement.

Qu’est-ce qui explique un tel optimisme alors que d’autres secteurs industriels – comme l’automobile notamment – peinent à séduire les investisseurs ? Commençons tout d’abord par observer les sociétés du secteur qui se démarquent actuellement. Quelles sont les valeurs qui apparaissent les mieux placées pour profiter de ce contexte favorable ? Trois acteurs français se distinguent.

Gardez EXEL INDUSTRIES à l’oeil

Tout d’abord, EXEL INDUSTRIES (FR0004527638) qui conçoit, fabrique et commercialise des pulvérisateurs pour la protection des végétaux, vendus sous 7 marques différentes. Le pôle agriculture du groupe est ainsi le numéro un mondial avec une part de marché estimée à 10% pour un marché global évalué à 1,5 milliard d »euro. Les résultats annuels 2011-2012 publiés en décembre dernier sont en nette amélioration. Ainsi, par exemple, le chiffre d’affaires progresse de 22% à 525,3 millions d’euros. Le résultat opérationnel courant, quant à lui, s’établit à 33,1 millions d’euros en hausse de 64%.

Ces bons chiffres couplés à un carnet de commandes bien rempli ont d’ailleurs poussé le courtier Gilbert Dupont à relever son opinion de « accumuler »‘ à « acheter » en janvier dernier. Sur 3 ans, la valeur engrange 67,62%. Elle gagne par ailleurs 15,29% depuis le début de l’année, à 43,58 euros à la clôture du 5 mars 2013.

Diversifiez-vous grâce aux équipementiers industriels

Plus indirectement, deux équipementiers industriels présents dans les secteurs de la construction et de la manutention sont également susceptibles de profiter de l’embellie du secteur de l’agroéquipement.

Tiré par la vente d’engins, le chiffre d’affaire total de HAULOTTE GROUP (FR0000066755) – spécialisé dans les nacelles auto-élévatrices de personnes, les chariots télescopiques, les grues et autres chargeuses-pelleteuses – a progressé de 16% entre 2011 et 2012 pour atteindre 355,7 millions d’euros. Les ventes du groupe ont notamment explosé dans les marchés émergents comme l’Amérique latine (+77%) ou l’Asie-Pacifique (+21%) mais également aux Etats-Unis (+27%). De quoi attirer la convoitise des investisseurs puisque, depuis le 1er janvier, le titre bondit de 30,09% à 7,09 euros (à la clôture du 5 mars 2013) alors qu’il stagnait depuis un an (+0,14%).

De son côté, son concurrent Manitou BF (FR0000038606), conçoit et fabrique des chariots télescopiques tout-terrain, plus particulièrement destinés au domaine de la manutention. Fortement implanté en Europe (87% de son chiffre d’affaires) et en particulier en France (32%), le groupe commercialise ses produits dans le monde entier par l’intermédiaire d’un réseau de plus de 500 importateurs et concessionnaires partenaires. Son chiffre d’affaires a progressé de 11,8% en 2012 à 1,26 milliard d’euros. Attention cependant, la direction a émis un profit warning lié à des problèmes de qualité au T4 qui pourraient contraindre le groupe à procéder à une campagne de rappel… Les investisseurs restent donc prudents et la valeur s’apprécie peu depuis le début de l’année – +5,38% à la clôture du 5 mars 2013 – mais progresse de 16,10% sur les trois derniers mois.

• Un secteur bien orienté

Pour répondre à la question posée en introduction, les bonnes perspectives du secteur agricole au sens large et à l’agroéquipement en particulier sont tout d’abord dues à l’accroissement de la population mondiale et à l’essor d’une classe moyenne émergente avide d’une alimentation toujours plus diversifiée.Plus conjoncturellement, les prix élevés des matières premières apportent aux agriculteurs, en particulier aux céréaliers, la visibilité suffisante pour investir dans de nouveaux équipements. Cette tendance devrait donc se poursuivre. « Le niveau de commandes actuel laisse présager une poursuite de la croissance au moins sur les 6 prochains mois », a récemment indiqué Elodie Dessart, responsable du pôle économique chez Axema, la fédération des industriels de l’agroéquipement au quotidien Les Echos. Enfin, même si un retournement brutal ne peut pas être écarté, les craintes liées aux changements de la Politique agricole commune (PAC) ont été globalement écartées.

Tout semble donc réuni pour que la récolte 2013 soit bonne !

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Sur le marché des changes, il y a toujours des occasions de profits… … il suffit de savoir les détecter !

C’est probablement bien plus simple que vous le pensez et ça ne prend que 10 minutes par jour, comme vous le constaterez en continuant votre lecture…

Laissez un commentaire