Second krach boursier en 4 séances en Chine. Pékin en perd la boule !

Rédigé le 7 janvier 2016 par | Analyses indices, Autres indices Imprimer

L’ambiance devient apocalyptique sur places asiatiques. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un essai nucléaire nord-coréen (dont on ne sait plus s’il faut le mettre en catégorie « A » ou en catégorie « H ») mais de quelque choses de tout aussi dévastateur.

Les bourses chinoises de Shanghai a subi un nouveau flash krach, avec une suspension des cotations au bout de 20 minutes (le repli atteignant -5%), puis un nouvel arrêt après une brève reprise de 3 minutes, le CSI300 affichant la limite maximum de -7% et Shenzhen plongeant de -8,3%.

L’annonce officielle d’une clôture définitive des marchés a été rendue publique à 3H du matin (c’est à dire une heure après l’ouverture).

Dans les heures qui ont suivi, les autorités de Pékin ont immédiatement accusé les spéculateurs. Sauf que quand les cours s’envolent de +100% en quelques mois sur injonction du gouvernement alors que les profits des entreprises baissent, comme au printemps dernier, il ne s’agit naturellement pas de spéculation  !

Et bien évidemment, Pekin a annoncé que de nouvelles mesures allaient être prises pour interdire les ventes à découvert.

Cela peut sembler idiot… car qui voudrait travailler sur un marché où on ne peut pas vendre ce qu’on a acheté ?

Mais que font la FED, la BoJ et la BCE depuis 2013/2013 sinon d’empêcher (cela vaut mieux qu’interdire) que les marchés entament jamais la moindre correction ? De combien la valeur des actions est-elle déconnectée de la réalité conjoncturelle en occident ? De 30%, de 50%, de 60%… ou davantage ?

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire