Seb, victime des effets de change ?

Rédigé le 24 février 2015 par | Big caps, Toutes les analyses Imprimer

SEB (FR0000121709), le numéro un mondial du petit électroménager publie jeudi matin, avant l’ouverture des marchés, ses résultats annuels. À cette occasion, les opérateurs scruteront les perspectives données par la direction pour 2015. Que faut-il en attendre ?

Revenons tout d’abord sur la dernière publication, celle du 21 janvier dernier, où SEB avait communiqué sur ses ventes de l’année 2014. Ressorties à 4,25 Mds€, elles s’étaient avérées globalement conformes aux attentes des analystes. Malgré cela, le jour de l’annonce, les investisseurs avaient fait chuter le titre sur des plus-bas annuels (cf. la zone cerclée en rose dans le graphique ci-dessous). Pourquoi une telle baisse alors que les ventes de l’entreprise étaient conformes au consensus ? La réponse tient en quatre mots : les effets de change.

SK2101Tout au long de 2014, ils ont en effet pesé sur la rentabilité du groupe. Car si l’effet dollar a été favorable, à l’inverse, SEB est aussi très présent dans des pays où les dévaluations, crises et décisions politiques ont conduit à des plongeons assez marqués sur le Forex. On pense ici à l’Europe de l’Est (Russie/Ukraine), au Brésil, à la Turquie ou encore au Japon. Conclusion : malgré une croissance, à périmètre constant, de 4,6% de l’activité de SEB en 2014, l’effet défavorable des taux de change a ramené la croissance à seulement +2,2%.

150224_sebXL

Mais pour autant, tout n’est pas si défavorable. Au contraire. Comme le soulignaient certains analystes, « l’organique » reste fort avec une bonne dynamique commerciale notamment sur la fin 2014. Pour preuve, sur le seul dernier trimestre 2014, le chiffre d’affaires était ressorti en progression de 5,3% à données publiées et de 4,9% à taux de change et périmètre constant. Or ces +4,9% étaient ressortis assez nettement au-dessus du consensus (+4,2% en organique). Bref, nous avons des motifs d’espoir sur cette belle valeur.

D’ailleurs, d’un point de vue technique, l’optimisme prédomine une nouvelle fois.

 

 

Mots clé : -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire