La santé animale : un vaccin contre la crise

Rédigé le 12 septembre 2012 par | Mid et Small Caps Imprimer

Par Pierre Havez

Vous aimez les chiens et les chats ? Vous n’êtes pas seul ! Les Français figurent sur le podium du plus grand nombre de propriétaires d’animaux de compagnie, qui sont près de 60 millions dans tout l’Hexagone – presque autant que de gens !

Or, derrière le rôle social et affectif des animaux familiers se cache un marché très porteur. Et si cet engouement profite aux fabricants de médicaments vétérinaires cotés en Bourse, alors le secteur devient un bon choix d’investissement. Vous me suivez ?

Rentrons un peu dans les détails : en France, vous avez deux laboratoires vétérinaires sur le marché des Small & Mid Caps : VIRBAC (FR0000031577), le leader, et son concurrent de taille moitié inférieure VETOQUINOL (FR0004186856). Voyons ce que l’on peut dire de ces deux sociétés.

VIRBAC est un laboratoire pharmaceutique indépendant dédié exclusivement à la santé animale qui existe depuis 1968. Rassurez-vous, il n’a pas pris une ride et se porte encore très bien aujourd’hui. Au premier semestre 2012, il a ainsi annoncé une hausse de 11,1% de son chiffre d’affaires à 349,4 millions d’euros. En ce qui concerne sa rentabilité, pas d’inquiétude non plus, puisque le résultat opérationnel du groupe est ressorti en hausse de 12,3% à 55,8 millions d’euros au cours de la même période et le bénéfice net de 16,4% à 37,9 millions d’euros.

Et cette bonne santé devrait se confirmer tout au long de l’année : pour l’exercice 2012, VIRBAC a confirmé son objectif de croissance organique compris entre 7 et 9% et son niveau de marge opérationnelle de 13,8%. Preuve de sa confiance dans l’avenir, la direction a même procédé à l’acquisition d’un laboratoire en Nouvelle-Zélande qui commercialise une gamme de produits destinés aux marchés des vaches laitières et de l’élevage ovin. Mais ce n’est pas un investissement moutonnier !

Et côté Bourse, bonne nouvelle également : depuis le début de l’année, le titre affiche un gain de près de 20%. Sur trois ans, l’action reflète cette dynamique avec un bond de 127% ! Elle cote désormais sur ses plus hauts.

Faut-il vendre une position quand on perd 50% ? Faut-il conserver, pour essayer de se refaire ? Quand faut-il réaménager son portefeuille ? Que garder ? Que vendre ? Où se positionner ?

Après des mois d’analyses et de travail, Mathieu Lebrun a élaboré une stratégie simple pour répondre à ces questions difficiles. Son but ? Apprendre à dominer son portefeuille ! Gestion du risque optimisée, pertes strictement maîtrisées pour un portefeuille cohérent et stable… et tout cela en y consacrant seulement 20 minutes par semaine.

Tous les détails pour en profiter au plus vite vous attendent ici !

Graphique du cours de VIBRAC

Le plus petit des deux laboratoires est aussi le plus ancien. VETOQUINOL produit et commercialise des médicaments vétérinaires depuis 1933. Mais moins connu, il présente des symptômes un peu plus inquiétants que son concurrent. Au terme des six premiers mois de l’année 2012, le laboratoire de santé animale a publié un résultat opérationnel courant en baisse de 17,2% à 14,4 millions d’euros malgré une croissance de 5,1% de son activité à 146,8 millions d’euros. Les mêmes effets secondaires se ressentent sur le résultat net qui ressort à 11,2 millions d’euros en retrait de 7,4% au premier semestre 2012.

Sans surprise, la faiblesse (relative) de la rentabilité du groupe se ressent sur le cours de bourse qui ne gagne que 1,70% entre le 1er janvier 2012 et ce jour. Toutefois, le titre est très volatil : il a gagné 25% au premier trimestre avant de revenir à son niveau de début d’année. Sur le long terme, le titre affiche encore une performance mitigée par rapport à la fin 2009… mais il a pris 80% par rapport à ses 12 euros de début 2009 ! Une forte volatilité comparée à VIRBAC donc, mais qui a déjà affiché des sommets.

Alors, y aurait-il un rattrapage à jouer ? Il est certain que le marché est porteur et les nouveaux produits commercialisés par VETOQUINOL montent en puissance progressivement. Compte tenu de sa faible valorisation, je pense donc que le titre réserve de bonnes perspectives de rétablissement.

Graphique du cours de VETOQUINOL

Surtout que très simplement, d’un point de vue graphique, le support autour de 20,50 euros est proche, et que les cours sont très probablement sur le point d’accélérer à la hausse pour rejoindre les 25 euros.

Maintenant, la liquidité du titre reste très faible.

Laissez un commentaire