Saison des résultats : comment dénicher les gagnants

Rédigé le 14 janvier 2015 par | Actions, Apprendre la Bourse, Toutes les analyses Imprimer

C’est parti : après la période de Noël et la trêve des confiseurs, c’est la saison des résultats.

Lundi, Alcoa a lancé la vague d’annonces pour les sociétés cotées aux US. Chiffres d’affaires, bénéfices, prévisions : ce que les entreprises révèlent fait bouger les cours. Des chercheurs ont même trouvé un moyen de savoir, à l’avance, si les résultats seront plutôt solides ou décevants. Simplement en analysant la date à laquelle ils sont publiés.

Ce qui est bien avec les résultats des entreprises cotées, c’est leur simplicité. Tous les trois mois, les sociétés arrêtent leurs comptes et calculent leur chiffre d’affaires, bénéfice opérationnel, bénéfice net, cash flow, etc. Si les résultats sont inférieurs aux attentes, le cours subira une pression baissière ; et inversement, une surprise positive est traditionnellement « saluée par les investisseurs », selon l’expression consacrée.

L’idéal serait bien évidemment de connaître avant l’heure H dans quel sens une société surprendra le marché : en bien ou en mal. Il est aussi possible que des résultats « déçoivent en bien », pour reprendre une expression suisse romande ; c’est-à-dire lorsque des chiffres ne sont pas spécialement bons, mais finalement pas aussi mauvais qu’on pouvait le craindre.

Pour ce qui est des dates, les sociétés les annoncent plusieurs jours, souvent plusieurs semaines, voire des mois à l’avance. Ces dates sont consultables bien en amont sur leurs pages web dédiées aux investisseurs.

Après chaque trimestre, les entreprises cotées se prévoient un peu de temps pour finaliser leurs chiffres avant de les rendre publics. Le producteur d’aluminium Alcoa est particulièrement rapide, puisqu’il lui faut en général moins de deux semaines (il a dévoilé ses chiffres le 12 janvier, cette année).

L’étude* dont je vous parle aujourd’hui porte justement sur ces dates de publication. Il se trouve que les entreprises ne communiquent pas toujours aux dates prévues. C’est ce qui permet de savoir si elles apportent de bonnes nouvelles ou pas.

Cette recherche académique démontre que les entreprises qui publient leurs résultats avant la date prévue ont tendance à dévoiler de meilleurs résultats que celles qui retardent leur communication.

Cela s’explique aisément : les sociétés veulent mettre en avant leurs résultats lorsqu’ils sont bons. Pour cela, elles peuvent décider de profiter d’un jour calme juste avant leur jour J prévu. On peut parler de timing stratégique.

Dans le détail, cette étude montre que les actions de sociétés qui avancent leur publication surperforment celles qui les retardent de 260 points de base au cours du mois suivant.

Oui, vous avez bien lu : ce simple effet permet de gagner 2,6% de plus en se positionnant plutôt sur le premier que sur le deuxième groupe d’entreprises. Et on parle ici d’un résultat très significatif sur près de 19 000 sociétés cotées aux Etats-Unis entre 2006 et 2013 qui ont annoncé, au moins deux semaines à l’avance, une telle modification dans leur calendrier. (Ndlr : Sylvain Frochaux utilise justement ces études académiques pour prendre position et gérer le timing de ses interventions. Sa Stratégie d’investissement raisonnée, scientifique fait des émules car elle ne laisse aucune place au « feeling », source d’erreur continue ! Pour en savoir plus, consultez ces explications)

Plus précisément, cette différence se décompose en deux effets symétriques : les entreprises qui anticipent la date prévue surperforment le marché de 138 points de base (+1,38%), tandis que celles qui la dépassent sous-performent de 130 points de base (-1,3%), toujours au cours du mois suivant.

Ce qui me permet de conclure sur trois bonnes nouvelles.

Tout d’abord, la stratégie d’investissement qui découle de cette recherche est donc assez simple. Il suffit d’observer les décalages entre les dates d’annonces prévues et réelles.

Ensuite, cette stratégie fonctionne que les résultats soient bons ou mauvais, puisque dans les deux cas, les cours des sociétés concernées s’écartent de l’évolution du marché. On peut donc se positionner long sur celles qui avancent leur publication, et short sur celles qui la repoussent.

Enfin, le fait que cette étude existe montre bien que peu d’investisseurs connaissent cette précieuse information contenue dans le timing des résultats. Mais maintenant que vous le savez, vous, comment allez-vous réagir ? (encore une fois, la rigueur peut vous aider à améliorer vos performances boursières !)

* L’étude mentionnée dans cet article, et bien d’autres encore, peut être consultée en vous enregistrant sur notre page spéciale “Agora”. (lien : https://ra113.infusionsoft.com/go/lbdt-so-agora/Agora/)

 

Mots clé : - -

sylvainfrochaux
sylvainfrochaux
Directeur de la recherche chez Straight from The Lab

Sylvain Frochaux est le directeur de la recherche chez Straight from The Labet fondateur de Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so/Agora/). Il est surnommé par ces pairs le « Japonais blanc » de la finance, en raison de son caractère jusqu’au-boutiste et de son parcours de vie.

Après des études brillantes à HEC Lausanne (où il finit premier de sa volée, avec notamment une thèse de master en économétrie financière), il se dirige vers le Japon pour y effectuer son doctorat. De retour en Suisse, il devient responsable de l’analyse financière et de la recherche académique pour le quotidien financier L’Agefi.

En 2009, il quitte le journalisme pour créer le groupe Straight from The Lab (https://ra113.infusionsoft.com/go/sftl/Agora/) qui a pour objectif de rendre accessible, aux investisseurs privés, les dernières recherches en finance. En 2013, après trois ans de recherche, il lance avec son équipe le service Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so/Agora/), une solution d’investissement basée exclusivement sur l’analyse scientifique des marchés. Unique en son genre, cette stratégie fournit aux investisseurs un portefeuille clé en main, avec une garantie de performance (minimum 50% en cinq ans).

Toutes les études mentionnées dans les articles signés par Sylvain Frochaux peuvent être consultées en vous enregistrant sur la page commune des Publications Agora et de Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so-agora/Agora/).

Laissez un commentaire