Configuration scabreuse pour l’Eurostoxx 50

Rédigé le 17 janvier 2011 par | Autres indices Imprimer

Responsable analyste de Levier7, un service de trading sur les produits dérivés

L’année commence à peine et déjà les dettes souveraines des pays de la Zone euro font de nouveau parler d’elles. C’était le cas du Portugal ou encore de la Belgique lundi dernier.

Les investisseurs craignent que ces pays soient contraints à demander de l’aide afin de résoudre leurs problèmes de financement sur le marché. Un nouveau plan de sauvetage européen pourrait donc être nécessaire afin d’éviter, particulièrement pour le Portugal, la contagion au voisin espagnol autrement plus préoccupant.

L’année 2011 devrait donc être encore très volatile sur les marchés européens. C’est l’occasion pour nous de continuer notre tour d’horizon des indices mondiaux. Cette semaine, vous l’aurez compris, nous nous intéressons donc à l’indice de référence de la Zone euro pour les gérants internationaux : l’Eurostoxx 50.

Il regroupe les 50 principales capitalisations de la Zone euro et permet aux investisseurs de suivre le Vieux Continent. Il compte des actions allemandes, françaises mais aussi italiennes, espagnoles ou encore irlandaises. Il reflète donc mieux la situation de la Zone euro que le Dax 30 ou le CAC 40.

Echec sur la zone de résistance des 2 880/2 900 points
Pour commencer, examinons donc ensemble la configuration graphique, à moyen terme, de cet indice majeur. Ci-dessous en données journalières.

Graphique: Eurostoxx 50 (données journalières)Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Après un double-top à 3 045 points en janvier et en avril 2010, de même que le CAC 40 et de nombreux indices européens, l’Eurostoxx 50 a subi une violente correction jusqu’en juin de l’année dernière. Il a ensuite rebondi ces derniers mois, de manière de plus en plus poussive faisant nettement moins bien que les indices américains.

Ce phénomène pourrait donc perdurer cette année alors que les incertitudes planent toujours sur la Zone euro. Cela sans parler de nos dirigeants qui ne font malheureusement que colmater les brèches au lieu de faire preuve d’une réelle solidarité entre Etats pour adopter un plan crédible et sérieux qui donnerait un message clair et fort au marché.

Les indicateurs mathématiques confirment la faiblesse de l’indice, et le RSI à 14 jours est désormais sous une oblique baissière depuis novembre dernier illustrant l’échec à dépasser la zone de résistance à court terme des 2 880/2 900 points.

Vendez dans les rebonds
Tant que nous sommes sous les 3 045 points, on profitera donc d’un rebond à court terme proche des 2 880 points pour vendre l’indice et viser le support des 2 635 points — plus bas de 30 novembre dernier. Ce niveau sera crucial à moyen terme, et pourrait donner lieu à un regain d’intérêt de la part des acheteurs pour aller retester les résistances.

Mais, si les 2 635 points venaient à céder, la tendance baissière s’accélèrerait ensuite vers les plus bas de juillet 2010 à 2 500 points.

La configuration technique et les niveaux à surveiller sur l’indice européen sont donc très clairs, mais, comme l’année dernière, la volatilité devrait rester forte — avec probablement des oscillations à court terme entre ces niveaux.

Mots clé : -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire