Risque de récession pour les uns, de hausse des taux à 5% pour les autres... | La Bourse au Quotidien


Risque de récession pour les uns, de hausse des taux à 5% (ou plus) pour les autres…

Rédigé le 6 août 2018 par | Bitcoin & cryptomonnaies, Fed, Taux & Devises Imprimer

Jamie Dimon, l’emblématique patron de JPMorgan, a prévenu ce week-end les (très riches) participants au gala de l’institut Aspen :

« Vous feriez mieux de vous préparer à des taux de 5% ou plus – la probabilité est plus élevée que ce que la plupart des gens pensent. »

Il évoque naturellement la « référence », c’est-à-dire le rendement du 10 ans, lequel tutoie les 3% depuis 3 mois, sans parvenir pour l’instant à percer en direction de 3,5%.

Pendant que le 10 ans plafonne, le rendement du 2 ans se rapproche des 2,7%, ce qui a inspiré ce week-end un des membres de la FED de Saint-Louis : James Bullard a ainsi déclaré qu’une inversion de la courbe (indicateur avancé d’une potentielle récession) « l’inquiétait ».

Les taux américains, à 2 et 10 ans, semblent plafonner

Cliquer sur le graphique pour l’afficher en grand

FED : vers un resserrement monétaire ?

Jamie Dimon et James Bulllard sont donc aux antipodes. Alors, qui aura raison ?

Beaucoup donneront tort à Jamie Dimon au moins sur un point : le patron de « JPM » estime que des taux passant de 3% à 5% ne feront pas dérailler les marchés (« qui ont encore deux ou trois ans de potentiel de hausse), mais qu’au-delà de 5%, les affaires se corsent.

S’est-il suffisamment interrogé sur le poids des intérêts de la dette pour les entreprises et le budget fédéral si le rendement du 10 ans atteint seulement 3,5% ?

Et quid du coût de portage de encours de positions à terme à effet de levier sur les actions, les produits de taux, le Forex ?

Les cryptomonnaies, une arnaque pour le PDG de JPMorgan

Jamie Dimon a profité de son auditoire trié sur le volet pour leur rappeler que les cryptos, c’est de « l’arnaque », et qu’il n’avait « aucun intérêt » dans le bitcoin… et il semble appeler de ses vœux une fermeture pure et simple de ces marchés par les gouvernements, du fait de leur incapacité à les contrôler.

Et c’est justement le pari des crypto-fans et la raison du succès des « altcoins »: les gouvernement peuvent toujours succomber à la tentation d’interdire ce qu’ils ne contrôlent pas (comme d’habitude), mais ils ne peuvent tout simplement pas « fermer » ces marchés-là, c’est concrètement impossible.

JPMorgan ouvre le bal des résultats trimestriels… sur un air connu

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire