Risque à court terme sur le secteur de l’Assurance après Sandy

Rédigé le 5 novembre 2012 par | Big caps Imprimer

L’événement de ces derniers jours, c’est bien sûr la tempête Sandy qui a fait des ravages sur New York et l’ensemble de la côte est américaine. Des quartiers ont été inondés, l’eau a atteint jusqu’à 4 mètres, il y a malheureusement eu des drames, des millions de personnes sont encore privés d’électricité à l’heure où je termine cet article. Après deux jours de fermeture, la Bourse de New York a réouvert mercredi dernier.

Un impact économique, en particulier sur le secteur de l’Assurance

D’après les premières estimations des économistes, les coûts liés à cette tempête devraient avoisiner les 30 à 50 milliards de dollars en agrégeant les pertes économiques, et coûter aux Américains 0,1 à 0,2 point de PIB sur ce dernier trimestre.

Par définition, le secteur de l’Assurance est exposé aux risques : à la fois financier, immobilier et à ce genre de catastrophes climatiques. Forcément donc, on imagine que Sandy aura un impact, au moins immédiat, sur le secteur qui avait pourtant bien rebondi ces derniers mois avec la baisse de tension au niveau des risques financiers.

Regardez ce graphique journalier du STOXX 600 INSURANCE ($SXIP) :

STOXX 600 INSURANCE ($SXIP)
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Ce secteur est, depuis quelques jours à l’approche de résistances – raison pour laquelle nous nous sommes d’ailleurs positionnés via un turbo put sur une valeur du secteur dans Levier7.

Sur le STOXX 600 INSURANCE donc, nous avons eu un net rebond depuis les plus-bas de l’année dernière. Or ce rebond commence à s’essouffler sur le moyen terme à l’approche d’une résistance majeure autour des 183 points, les plus-hauts de 2011. Avant même l’ouragan, la situation du secteur attirait mon attention, puisque il a buté par deux fois contre la résistance des 170 points. Les conséquences de Sandy devraient donc simplement peser un peu plus encore sur le secteur qui présentait déjà techniquement des signes de faiblesse.

Sur les indicateurs mathématiques, le RSI à 14 jours se situe sous une oblique baissière et le récent plus-haut d’octobre sur l’indice s’est fait en divergence baissière avec l’indicateur. Cela présage donc d’une correction à court terme.

En Elliott, nous avons eu une première correction sous les 170 points jusqu’au 159 points, noté A ci-dessus, puis un rebond en B jusqu’aux 170 points à nouveau, mais cette fois-ci avec la divergence baissière sur le RSI. Désormais, une nouvelle phase de correction à court terme, notée C, me paraît donc probable. Elle pourrait nous ramener sur les 159/154 points, plus-bas respectifs d’octobre et août derniers.

Certes, cela ne fait qu’une baisse de l’ordre de 5 à 8%. Mais si par exemple vous le jouez avec un levier grâce à des CFD ou des turbos (vous savez que pour ma part, je préfère les turbos, beaucoup plus simples, vous utilisez votre compte-titres), vous pouvez largement maximiser ce potentiel. Avec un levier de 7 par exemple, que j’utilise en général, cela fait un potentiel de gain de 35 à 54% sur le trade qui ne devrait durer que quelques jours. Vous pouvez évidemment utiliser de votre côté des leviers bien plus importants. Cependant, si vous vous lancez seul, je vous recommande de faire TRES attentions à la barrière désactivante et à votre niveau de stop. Et surtout, d’avoir un trading plan bien établi et de vous y tenir.

[Ndlr : si vous préféré être accompagné et guidé avec des recommandations précises de la part de Sébastien, un scénario clair, des alertes d’achat et de vente en temps réel, rejoignez son service : Levier7.]

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire