Rien ne va plus pour Sequana

Rédigé le 9 octobre 2018 par | Actions, Mid et Small Caps Imprimer

L’action perd plus de 4% à 0,32 euro, touchant ainsi son nouveau plus bas historique. Le spécialiste du papier ne vaut plus que 21 millions d’euros en Bourse, ce qui n’est pas vraiment une surprise dans la mesure ou le newsflow est vraiment catastrophique pour ne pas dire plus… Perte nette de 71 millions d’euros sur le premier semestre, de multiples dépréciations d’actifs, un litige avec BAT dont les résultats sont attendus d’ici la fin du mois… Il faut vraiment être très prudent sur le dossier même si en cas de réponse favorable eu égard au litige avec BAT l’action peut fortement rebondir.

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias, conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management, responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance, consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “Rien ne va plus pour Sequana”

  1. Bonjour,

    Votre analyse est pertinente mais mérite un commentaire.

    Les résultats de Sequana, directement liés à ceux présentés par Antalis – désormais principal actif de la holding – sont trompeurs dans la mesure où ils proviennent, côté Antalis, d’un résultat net négatif dû à des charges non récurrentes – hors ce charges, le résultat net est positif – et, côté Sequana, d’une dépréciation d’actif en relation avec la baisse du cours d’Antalis.

    Or, à mon sens, la baisse des cours d’Antalis n’est que très partiellement imputable à une variation des fondamentaux qui sont relativement équivalents à ceux présentés lors de l’introduction en Bourse.
    La baisse des cours d’Antalis relève plutôt des modalités des conventions de prêts conclues entre Bpifrance Participations et Sequana, lesquelles modalités comprennent une faculté d’exercice des nantissements en actions Antalis au gré du prêteur.
    Ces modalités, combinées à l’incertitude quant à l’issue du litige entre Sequana et BAT, a créé une tendance baissière continue des cours d’Antalis depuis son introduction, le marché considérant que Sequana devra perdre le contrôle de sa filiale si l’issue du litige lui est défavorable.

    Compte tenu du niveau de cours d’Antalis, la valorisation nette de dettes instantanée de Sequana avoisine 20 M€.

    Ceci sous-entend que, sachant qu’on ne peut « tondre un mouton qui n’a plus de laine sur le dos », l’issue du litige, si elle devait être trop défavorable, serait une « victoire à la Pyrrhus » pour BAT.

    En conclusion, je considère que, si Sequana est effectivement un dossier à risque, Antalis, en revanche, constitue une opportunité d’achat exceptionnelle à ce niveau de cours inférieur quasiment des 2/3 à celui de l’introduction.
    Quels que soient les modes d’analyses – VE/EBITDA, VE/EBIT ou VE/CA – la valorisation en termes de comparables est a minima le double de celle actuelle.

Laissez un commentaire