Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Revue trimestrielle des indices européens, partie 1 : l’Euro Stoxx 50

Rédigé le 11 juillet 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Cac 40, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Après avoir fait le point trimestriel sur les indices américains, voici le volet européen dans lequel je m’intéresse à son indice directeur, l’Euro Stoxx 50 (SX5E).

J’avais d’abord prévu de parler de l’Euro Stoxx, du DAX et du CAC dans un même article. Pour tout vous dire, j’en ai abonné l’idée. D’une part, cela aurait été trop long ; d’autre part, ce que j’ai à dire sur l’Euro Stoxx mérite un peu d’exclusivité ! Nous reparlerons du DAX et du CAC dans les prochains jours. Notez dès à présent que ce qui est valable pour l’Euro Stoxx est aussi valable pour ces indices.

L’objectif de ces analyses trimestrielles est de dégager un point de vue global et long terme. Ne perdons pas de vu que les conclusions, en toile de fond de ces analyses, doivent orienter des décisions de trading au cours du trimestre prochain. Nous commençons ainsi par l’indice européen phare : l’Euro Stoxx 50.

Je vous résume succinctement les principales conclusions de la précédente analyse trimestrielle :

Trois mois plus tard, les prix ont effectivement peu varié et les conclusions pourraient être identiques à première vue. Sauf que non. Pas du tout. Je pense au contraire qu’il existe maintenant une PROBABILITÉ non négligeable pour que le mouvement accélère au cours des mois à venir.

Je vous propose alors deux vues de l’Euro Stoxx 50. La première vue étant conventionnelle et la deuxième… hummm… un peu moins ! Je vous laisse juger par vous-même.

La première façon de voir est basée sur le graphe ci-dessous.

160711_SX5E_mensuel

La zone des 3 000 points était un support majeur depuis 2013. A chaque fois que celui-ci a été en danger, il a été préservé. Des mèches de bougies ont pu passer dessous, mais les banques centrales ont toujours sorti l’artillerie lourde : les prix ont toujours réussi à la préserver. Parfait.

Sauf que ce n’est plus le cas. Les deux dernières bougies mensuelles ont clôturé en dessous. Pas de beaucoup. Mais en dessous.

Clairement, l’ancien support des 3 000 points (rectangle vert horizontal) se transforme maintenant en résistance (rectangle rouge et « R »).

Et ce n’est pas anodin ! Au niveau trading, cela veut simplement dire :

  1. au-dessous de cette résistance, on ne joue plus haussier ;
  2. inversement, attention à tout signal baissier intervenant sous cette résistance, surtout si les prix déclenchent ce genre de signal alors qu’ils effectuent un pull back sur la zone des 3 000 points.

Au niveau technique, l’indicateur de momentum (le Stochastique Momentum Index) se trouve maintenant en zone de survente (pastille jaune).

Faut-il donc espérer un signal haussier qui vienne sauver les marchés et invalider les hypothèses précédentes ?

En investissement, vous le savez bien… on évite soigneusement d’espérer quoi que ce soit ou de se faire des plans sur la comète. Au contraire, on fait en sorte de valider ses prises de position par une lecture aussi factuelle que possible du message délivré par les prix (analyse graphique) et de prendre position sur des niveaux clés – si et seulement si – ceux-ci sont validés par un signal technique.

Et la validation du signal technique, sérieusement, il y a intérêt à ne pas l’anticiper. Jamais ! Savez-vous pourquoi ?

Eh bien, prenez un instant pour jouer au jeu des sept erreurs avec ces deux graphes :

160711_SX5E_1000

A priori, deux figures de renversement en « Epaule/Tête/Epaule », relativement identiques. A priori, même configuration technique au niveau du SMI. Il est en survente (mais vous pouvez prendre n’importe quel autre indicateur borné, ce sera la même chose).

Maintenant, vous vous placez sur le graphe de gauche. Au moment où le SMI arrive en zone de survente, donc quand débute la grande barre verticale jaune qui relie les prix et l’indicateur.

Eh bien, si un investisseur était resté confiant dans le fondamental et avait fait un peu d’analyse technique tout en anticipant « légèrement » un retournement du SMI, c’est dommage. Il aurait perdu plus de 50% de sa mise le temps que le signal ne se valide.

Eh oui, à gauche nous sommes en 2008 et à droite… c’est maintenant. Les configurations sont tout simplement identiques.

Vous comprenez maintenant pourquoi, en introduction, je prenais le risque de dire : « Je pense qu’il existe maintenant une PROBABILITÉ non négligeable pour que le mouvement accélère au cours des mois à venir ».

Je ferai donc attention, extrêmement attention à la suite des évènements. Continuons un peu les analogies avec 2008 : rappelez-vous que le problème est parti des bancaires. Avant que Lehmann chute et entraîne les indices par le fond, les médias mainstream de l’époque répétaient à tue-tête que tout allait bien, jusqu’au moment où ça n’allait soudainement plus bien du tout et que Lehmann a fait faillite !

J’ajoute, et désolé de sortir de mon rôle d’analyste technique, qu’en ce moment, la pression monte sur les bancaires. Notamment sur Deutsche Bank et sur les banques Italiennes. Lisez à ce sujet les articles de Philippe Bechade, notamment celui-ci sur la DB et cet autre sur les banques italiennes.

Conclusion

Pour conclure, je réitère la très simple position actuelle sur l’Euro Stoxx :

Gilles

Mots clé :

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire