Résultats semestriels 2012 : NEOVACS réduit ses pertes

Rédigé le 28 septembre 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

NEOVACS (FR0004032746), biotechnologique française spécialisée dans le traitement des maladies auto-immunes et inflammatoires, a rendu public ce jeudi ses résultats au titre du premier semestre 2012. Dans les grandes lignes, on note que la politique engagée pour réduire les dépenses administratives porte ses fruits. En effet, les résultats font état d’une certaine amélioration : les charges d’exploitation reculent de -17%, la perte opérationnelle de -13% et la perte nette de -16%.

Petit bémol toutefois, la trésorerie disponible au 30 juin 2012 marque une forte contraction. Elle s’établit à 6,6 millions d’euros contre 15,3 à la même époque l’année dernière. Mais la société précise que « ce montant n’intègre pas les 1,6 millions d’euros de CIR pour les dépenses de R&D engagées sur l’année 2011, reçus en septembre 2012 après la clôture des comptes du semestre. »

NEOVACS (FR0004032746)

Quelles perspectives pour le second semestre 2012 ?

Guy-Charles Fanneau de la Horie, DG de NEOVACS, maintient sa confiance quant au potentiel de sa biotech déclarant que « nous attendons très prochainement des résultats importants dans la maladie de Crohn. En parallèle, nous continuons d’avoir des discussions avec des partenaires potentiels très intéressés par les perspective de développement considérable de nos produits ».  En effet, les résultats finaux du TNF-Kinoïde, l’un des deux produits développés par la société, doivent être publiés au cours du second semestre 2012.

Seul vaccin ciblant le TNF (facteur de nécrose tumorale, tumor necrosis factor en anglais) en développement actuellement, le TNF-Kinoïde affiche déjà des résultats encourageants. En janvier 2012, par exemple, l’étude de Phase II du TNF-Kinoïde dans la polyarthrite rhumatoïde a démontré l’efficacité et la bonne tolérance du produit sur les patients. Pour la maladie de Crohn, les résultats intermédiaires de l’essai clinique de Phase II présentés en juin dernier sont un peu plus mitigés – d’où la sévère dégringolade boursière du 5 juin dernier.

Reste que la technologie du TNF-Kinoïde est prometteuse et s’inscrit dans un marché porteur, celui des maladies auto-immunes et inflammatoires. Comme l’explique Elias Roth dans son rapport spécial biotechs, celles-ci « bien que très différentes dans leur appellation (psoriasis, polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, spondylarthrite ankylosante), reposent toutes sur le même mécanisme inflammatoire. Elles sont de plus très fréquentes : rien que pour la polyarthrite rhumatoïde, la prévalence de la maladie est de 0,3 à 1% dans la population mondiale. Sur les 7 milliards d’êtres humains, 50 millions environ sont touchés ».

Voilà ce qui devrait motiver certaines Big Pharmas à nouer quelque partenariats… et, visiblement, attendez-vous à une annonce de ce type à moyen terme. En effet, si en décembre 2011 NEOVACS annonçait être « en recherche active et avancée de partenaire », aujourd’hui des pourparlers sont actuellement en cours…

Et la Bourse ?

L’annonce des résultats semestriels ne semble pas avoir impacté les cours. Le titre a ouvert à 1,74 et s’est montré relativement stable, à la mi-séance il était à 1,75 prenant un petit 0,57%. Rien de bien étonnant puisque nous sommes sur une biotechnologique… vous le savez maintenant les résultats des essais cliniques et les annonces de partenariats on davantage d’impact sur les cours des biotechs que les publications de résultats.

Laissez un commentaire