Correction pour le secteur automobile

Rédigé le 22 novembre 2010 par | Big caps Imprimer

Responsable analyste de Levier7, un service de trading ultra-réactif sur les produits dérivés

La prime à la casse a déjà diminué… et elle ne sera plus en vigueur d’ici quelques jours, comme nous le rappelle l’actuel matraquage publicitaire histoire de vendre quelques véhicules de plus avec l’aide de l’argent public…

La tendance s’est déjà inversée depuis quelques mois avec l’arrêt progressif de cette prime en France — comme en Allemagne d’ailleurs. Les chiffres du mois d’octobre sont sortis il y a peu, et ils font état d’un recul de 18,7% des ventes de voitures neuves en octobre, pour le sixième mois consécutif…

Pourtant, sur les marchés, le secteur s’est distingué ces dernières semaines en s’inscrivant dans les plus fortes hausses indiciaires. Ce décalage s’explique par les bons chiffres constatés dans les marchés émergents et, en particulier en Chine. D’où la bonne performance du secteur qui se permet de faire mieux que le marché. Mais cela signifie aussi que le moindre ralentissement de la croissance chinoise affecterait vivement ce secteur très volatil.

On peut se demander si, avec les mauvais chiffres qui sortent depuis quelques mois en Europe, la hausse récente est raisonnable — le marché les occulte totalement d’ailleurs. Alors que nous sommes proches de niveaux majeurs, cette situation peut elle durer ? C’est ce que nous allons voir avec le graphique suivant représentant le secteur automobile européen en données hebdomadaires.

Attention à l’excès de vitesse !

Graphique: Secteur européen de l'automobileCliquez sur l’image pour l’agrandir.

Alors que le secteur européen de l’automobile avait fait moins bien que la plupart de ses homologues et que les indices européens jusqu’en janvier dernier, il a commencé à surperformer en mars jusqu’à ces derniers jours. Fin août, il a ainsi nettement progressé à la hausse et a dépassé ses plus hauts du début d’année, accélérant vivement en dépassant les 260 points, comme on le voit ci-dessus.

Mais désormais, les premiers signes de faiblesse sont manifestes, et nous incitent à la plus grande prudence sur le secteur. Celui-ci vient en effet de buter contre les 323 points — résistance majeure correspondant à ses anciens plus hauts de mai 2008. Juste au-dessus se trouve également la résistance des 340 points, ancien plus bas d’août 2007.

Comme on le remarque très nettement sur notre graphique, la hausse de ces dernières semaines s’est faite sans la moindre consolidation et semble d’ores et déjà insoutenable. C’est d’ailleurs ce que nous disent les indicateurs mathématiques, qui présentent des divergences baissières en journalier. Dès lors, la zone des 323/340 points pourrait bien constituer un mur difficile à franchir pour le secteur dans les prochains mois, au moins dans un premier temps.

Cette situation est excessive à court terme, et elle devrait donc être logiquement corrigée dans les mois à venir avec un retour sur les 260 points — niveau de l’oblique ascendante depuis mars 2009 et niveau horizontal qui constitue désormais un solide support.

Il correspondra également d’ici quelques semaines à la moyenne mobile à 50 semaines (en vert sur le graphique) actuellement à un peu plus de 250 points. Si cette consolidation se produit, la réaction sur ce support serait ensuite le juge de paix pour l’avenir du secteur sur le marché, mais nous aurons le temps d’en reparler d’ici là…

Mots clé : -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire