La réforme fiscale US selon Mick Mulvaney : les paradis fiscaux se frottent déjà les mains !

Rédigé le 3 octobre 2017 par | Toutes les analyses, US Imprimer

Mick MulvaneyLe directeur du budget, Mick Mulvaney, qui planche avec Gary Cohn (le conseiller pour les questions économiques de la Maison-Blanche) sur la finalisation de la réforme fiscale vient d’affirmer que si ce projet n’aboutit pas à un gonflement des déficits, l’objectif des 3% de croissance ne sera pas atteint.

« Je vais être franc : nous allons creuser les déficits avec cette réforme (son patron, Steven Mnuchin prétend au contraire que cela produira à terme un allègement de 1 000Md$ de la dette US), car si les allègements étaient calibrés pour avoir seulement un ‘impact budgétaire neutre’, alors la promesse d’une croissance de 3% ne sera pas soutenable ».

Au moins c’est clair !

Et Mick Mulvaney ne mentionne même pas l’effet de « ruissellement de la richesse ». Il doit être le premier à savoir (bien instruit de ce qui s’était produit sous Reagan et avec les allègements de G.W. Bush en faveur des très riches) que c’est une fable… non, une sinistre farce qui ne profite qu’au gonflement des encours tapis dans les paradis fiscaux.

Et devinez ce que devient cet argent offshore : il s’investit dans les bons du Trésor des pays en déficits (en premier lieu les Etats-Unis).

Plus il y a de déficits, plus la rémunération devient juteuse et… totalement nette d’impôt !

Réforme fiscale de Trump : un grand changement qui ne change rien

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire