Grèce : un accord trouvé avant « le référendum qui n’a jamais existé » ?

Rédigé le 1 juillet 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

La Grèce a fait connaître ce matin qu’elle acceptait pratiquement toutes les exigences des créanciers en l’échange d’une nouvelle aide financière permettant de couvrir ses besoins financiers pour les 2 prochaines années, soit environ 30 Mds€ (2 années de visibilité pour les marchés, cela semble alléchant… en principe, mais le diable se niche dans les détails).

Mais Wolfgang Schaüble refuse de négocier quoi que ce soit avant le scrutin de dimanche… tout en ajoutant « Que ce soit pour rejeter ou pour accepter (le plan proposé par les créanciers, NDLR), l’objet de ce scrutin n’existe plus, il n’a jamais existé. Et s’il avait jamais existé, il n’existe plus ».

S’agit-il d’une fin de non recevoir destinée à acculer Tsipras à une radicalisation (on ne peut décidément rien négocier avec l’Allemagne ou le clan des « durs » parmi les créancier, autant quitter la zone Euro), ou s’agit-il d’une déclaration à usage interne ?

Pour l’heure, par le biais d’un gain de +3%, les marchés européens veulent croire qu’un compromis pourrait être trouvé avant le weekend, rendant le référendum de dimanche caduc.

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire