Recommandations des analystes : comment dire tout et son contraire

Rédigé le 6 novembre 2013 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui nous laisserons de côté l’univers des small et mid caps pour nous intéresser à la manière dont travaillent les analystes qui émettent opinions, recommandations et autres consensus sur les valeurs cotées. Loin de moi l’idée de critiquer leur méthode d’évaluation des entreprises mais plutôt de pointer certaines incohérences dans leurs recommandations.

Je m’explique. Et, pour ce faire, prenons un exemple très clair. Mardi matin, on apprenait que Goldman Sachs (GS) est passé de « acheter » à « neutre » sur Havas (FR0000121881)… tout en augmentant son objectif de cours de 7 à 7,25 euros. A l’heure où j’écris ces lignes, le titre s’échange autour des 6 euros. A ce stade, permettez-moi de vous poser cette question, cher lecteur : que signifie la dégradation du conseil quand vous augmentez votre objectif de cours ?

Cet exemple n’est pas anecdotique, en voici d’autres. Le 18 octobre, UBS a dégradé sa recommandation sur Total (FR0000120271) tout en relevant son objectif de cours de 44 à 46 euros. Le 25 octobre, arguant que le potentiel de hausse est trop limité pour bénéficier d’une recommandation d’achat, la Deutsche Bank abaisse sa recommandation sur BNP Paribas à « conserver » mais, en parallèle, relève là aussi son objectif de cours de 53 à 56 euros. Le 25 octobre, l’action BNP Paribas valait 53 euros.

Pour ceux qui sont abonnés à Mes Valeurs de Croissance, trouveriez-vous logique que j’émette des réserves sur un titre tout en augmentant mon objectif de cours de 20% ? Non, bien évidemment. Là c’est pareil et je dois vous avouer que j’ai du mal à comprendre les commentaires des brokers… Très franchement, j’ai tellement d’exemples de ce type que j’en arrive à ne plus regarder les recommandations émises ainsi que les objectifs de cours. Je me contente simplement des notes.

Je ne comprends pas la logique qui pousse les analystes à publier ce genre de contradictions… et pourtant, je connais bien le milieu – j’irai d’ailleurs leur demander. Ce que j’en conclus, c’est que de cette manière, ils ne prennent aucun risque : le titre baisse ? Pas de souci, ils avaient abaissé leur recommandation ; le titre montre ? Pas de souci, ils ont relevé leurs objectifs et ont eu raison… Comment dire tout et son contraire.

Il en va de même pour les grands brokers qui, tout en étant négatifs sur un dossier, aseptisent leurs discours car… »on ne sait jamais ». Il ne faut surtout pas se mettre à dos une blue chip du CAC 40, ne serait-ce que parce qu’il ne faut pas se priver de business futur. D’ailleurs, vous ne verrez que très rarement un broker abaisser violemment son objectif de cours sur une société du CAC 40 en conseillant de la vendre… Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil pour paraphraser le célèbre film de Jean Yanne. Il ne faudrait surtout pas taper trop fort.

Regardez Technip (FR0000131708)… Fin octobre, le groupe de services pétroliers a été sanctionné après avoir émis un gros avertissement sur ses objectifs 2013 mais UBS n’a dégradé que légèrement sa position à « neutre » tandis que Goldman Sachs est passé de « neutre » à « vendre » avec un objectif de cours passant de 88 à 86 euros. Il y a pire comme recommandation assassine d’autant que ce jour-là Technip valait 86 euros !

Bref comptez sur moi au cours des prochains mois pour continuer à vous faire part de ses aberrations. Je ne saurais que trop vous conseiller d’appréhender les consensus et recommandations des institutionnels avec un large esprit critique.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

VENEZ NOUS RENDRE VISITE SUR LE SALON ACTIONARIA !

Nous serons présents sur les 22 & 23 novembre, au Palais des Congrès, Porte Maillot, stand E05, espace Mid&Small Caps.

Venez discuter avec nos rédacteurs, écouter leurs analyses et profiter des offres exceptionnelles que nous vous réservons pour ces deux jours ! Voici d’ailleurs les horaires pour rencontrer nos rédacteurs :           

  • Eric Lewin : vendredi et samedi entre 14h et 16h30
  • Isabelle Mouilleseaux : vendredi entre 11h30 et 15h
  • Philippe Béchade : vendredi et samedi entre 11h et 13h30
  • Mathieu Lebrun : le vendredi entre 15h et 17h et le samedi entre 10h30 et 12h30
  • Simone Wapler : vendredi et samedi entre 16h et 18h

Et bien sûr, toute l’équipe sera là pour vous renseigner, répondre à vos questions et échanger avec vous !

Inscrivez-vous dès maintenant pour entrer gratuitement !

A très vite,

Nathalie Boneil

Mots clé : - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

3 commentaires pour “Recommandations des analystes : comment dire tout et son contraire”

  1. SCConfidentiel : Recommandations des analystes : comment dire tout et son contraire $BNP $FP $HAV $TEC http://t.co/TymScbJdnv

  2. RT @SCConfidentiel: Recommandations des analystes : comment dire tout et son contraire… http://t.co/2eUQzyyCoI

  3. RT @SCConfidentiel: Recommandations des analystes : comment dire tout et son contraire… http://t.co/2eUQzyyCoI

Laissez un commentaire