Rebond oui… mais pour revendre ?

Rédigé le 24 mars 2009 par | Autres indices Imprimer

J’ai plein de choses à vous dire aujourd’hui.

Déjà, comme vous le savez sûrement, il y avait le salon de l’analyse technique vendredi et samedi derniers. Finalement, nous y étions. Non, nous n’avons pas voulu vous le cacher… c’est juste que notre présence sur ce salon s’est décidée un peu au dernier moment ; une opportunité de dernière minute, et nous n’avons pas eu le temps de vous prévenir. Promis, la prochaine fois, je n’y manquerai pas.

◊ Les professionnels jouent le rebond pour revendre le marché Que s’est-il passé sur ce salon ? Eh bien, nous avons vu des traders, débutants ou confirmés, avides de conseils, de méthode pour gérer cette crise. Nous avons vu des investisseurs étonnamment confiants, jouant le rebond, se repositionnant à l’achat et pariant sur la fin de la crise… d’autres étonnamment déboussolés, perdus, n’ayant plus confiance en leur méthode. Auprès des professionnels par contre, l’ambiance était vraiment plus noire. Aucun ne croyait vraiment à ce rebond. Enfin, si : tous parient dessus… pour pouvoir revendre le marché au plus haut ! En somme… les traders, et chartistes attendent patiemment que ça grimpe, ça grimpe… pour se positionner massivement à la baisse et revenir sur les plus bas. [Ndlr : et c’est exactement ce que vous permettent les produits dérivés. Avec des calls pour jouer les rebonds, ou des puts pour jouer la baisse… vous pouvez vous positionner dans n’importe quel sens du marché et amplifier les variations. Pour savoir comment les jouer, lisez notre rapport spécial sur les turbos]

Voici ce que rapportait Philippe Béchade dans sa Chronique d’hier :

« Certains chartistes envisagent une possibilité de rebond au cours des prochaines semaines, d’autres estiment que celui qui se dessine depuis le 9 mars n’est pas de meilleure facture que les trois précédents observés l’automne dernier. Avec une hausse de 14%, l’essentiel du potentiel de rebond serait déjà épuisé… à 2% ou 3% près — puisqu’il se dégage un large consensus autour d’un objectif de 2 870/2 880 points.

Non décidément, une dégringolade du CAC 40 vers les 2 000 points — ou 2 130 points pour Marc Dagher — ne fait pas peur aux chartistes. Cela ne ferait que conforter le suivi de la tendance inaugurée fin 2007 et confirmée avec la grosse rupture de janvier 2008. En outre, cette baisse n’exigerait aucune remise en cause de la politique des stops, c’est-à-dire des rachats ou reventes impératifs en cas de retournement de tendance… lequel peut provoquer des pertes d’argent.

(…) J’ai rencontré beaucoup de spéculateurs rassurés que je pronostique un rebond un peu plus important que la majorité des stars du chartisme (…). En effet, pour réaliser de belles performances à la baisse, il faut bien que le marché leur offre une opportunité de revente à des cours bien plus élevés, afin de maximiser leurs gains lorsque les indices casseront au cours des prochains mois leurs récents planchers de début mars. »

◊ L’analyse technique doit vous aider à mettre en place une stratégie Marc Dagher, qui intervenait ces deux jours, était finalement bien embarrassé pour expliquer aux visiteurs qu’il n’avait pas de boule de cristal… et pour tenter de répondre à la question qui courait sur toutes les lèvres « Alors monsieur Dagher, où va le CAC dans les semaines qui viennent ? ». Marc d’expliquer que si l’analyse graphique permettait de connaître les cours à l’avance… nous ne serions pas là mais sous les cocotiers. Par contre, l’AT permet d’établir des niveaux à surveiller en fonction desquels vous pourrez déterminer votre stratégie et une attitude à adopter.

Voici l’analyse qu’il faisait, vendredi dernier et sur le salon :

« Vers le haut : c’est encore le fort overlap autour des 2 850 points (toujours à portée de main) puis le gap des 2 950 points qu’il faudra dépasser pour valider l’immédiate poursuite du rebond. Par la suite, outre la dernière résistance à 3 175 points, ça reste les 3 500 points qui font office de barrière qui contient encore les pressions acheteuses. Vers le bas : les 2605 points constituent le support clé de court terme qu’il faudra enfoncer pour valider une reprise immédiate de la tendance baissière. Par la suite, c’est toujours le retour de mes fameux objectifs majeurs (2 400 puis 2 130 points). »

Une chose est sûre : ce salon fourmillait d’idées, d’analyses contradictoires, conflictuelles… mais cette confrontation d’idées était très riche. Donc, pour réitérer cela et vous permettre de rencontrer nos analystes, je vous annonce d’ores et déjà que nous donnerons une conférence dédiée à l’analyse technique en juin, avec Marc, Mathieu, Jérôme, et nos autres experts. Restez à l’écoute, je vous tiens au courant dès que nous connaissons la date et le lieu ! Et pour l’instant, notre partenaire, Romain Delacretaz, donne une conférence le 30 mars pour vous permettre de profiter de la crise. Inscrivez-vous ici, c’est gratuit.

Enfin, puisque la question vous taraude, voici l’analyse de Sébastien Duhamel sur le rebond, qui pourrait être plus important que prévu.

Mots clé : - - - - -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Laissez un commentaire