Le rally de fin d’année aura-t-il lieu ?

Rédigé le 15 décembre 2009 par | Analyses indices, Autres indices, US Imprimer

Alors que les fêtes approchent et avant de vous donner rendez-vous l’année prochaine — que j’espère meilleure pour chacun — mon dernier billet 2009 se pose la traditionnelle question du rally de fin d’année.

Il faut être objectif : cette année a été très difficile économiquement et socialement, avec une récession sans précédent depuis les années 1930 et une montée du chômage de plus de 25%. Pourtant, paradoxalement, les marchés financiers, après un début d’année très difficile, ont repris des couleurs et terminent l’année en hausse de plus de 17% à l’heure où j’écris ces lignes. Les marchés financiers anticipent, en bien ou en mal, cette année en a été la parfaite illustration, et en mars comme maintenant, ils ne sont peut-être pas le reflet de l’économie réelle malheureusement. Quoi qu’il en soit, le travail de l’analyste est de décrypter ces situations grâce notamment à l’analyse technique, pour vous aider à prendre les meilleures décisions pour vos investissements, en anticipant au mieux ces mouvements de marchés sans les juger.

Nous aurons l’occasion de reparler des perspectives pour l’année prochaine dans MoneyWeek, mais venons-en au sujet de notre article : le fameux rally de fin d’année.

Depuis la création du célèbre indice Dow Jones en 1896, indice sur lequel nous possédons donc le meilleur historique, le rendement moyen des actions sur le mois de décembre est de 1,4%, contre 0,5% pour les autres mois. Le rally de fin d’année est donc bien une réalité, et il ne faut pas sous-estimer l’effet de saisonnalité dans la psychologie de l’investisseur lambda.

Toutefois, si on regarde les statistiques mensuelles de plus près sur l’indice américain, les mois de juin et de juillet font encore mieux, et décembre n’arrive qu’en troisième position ce qui relativise un peu les choses…

Plus près de nous maintenant, quelles sont les statistiques sur ce cher CAC40 ?

Sur les 21 dernières années, 13 ont terminé en progression, 3 stables, et 5 en baisse. Et sur les 13 années qui ont terminé en progression, nous avons eu un mois de décembre positif dans 9 cas sur 13. Le rally de fin d’année est donc là aussi une réalité dans la majorité des cas.

Plus intéressant, en allant dans le détail, on se rend donc compte que ces 9 rallyes se sont déroulés dans des années haussières. Si on va un peu plus loin, et que l’on ne prend que la deuxième quinzaine du mois de décembre, dans laquelle nous entrons cette semaine, les chiffres sont encore plus probants. Dans ce cas, nous avons eu un rally sur 16 des 21 années depuis la création du CAC, et dans la totalité des 13 années haussières.

C’est d’autant plus intéressant lorsque l’on sait que le rally de fin d’année n’a pas eu lieu l’année dernière, année fortement baissière sur le CAC40.

Les statistiques nous confirment donc que le rally se produit beaucoup plus fréquemment en année haussière, venant ainsi confirmer la tendance de l’année. En outre, cette hausse est plus marquée dans la deuxième quinzaine de décembre.

Il est donc très probable que l’on ait une accélération haussière de fin d’année jusqu’à début janvier après cette année de hausse.

La situation technique du CAC reste en effet positive, comme le montre le graphique journalier ci-dessous.

Graphique du CAC40

Alors que le Dow Jones revenait prendre appui sur son support à 10 200 points la semaine dernière, le CAC résistait relativement bien, et rebondissait sur les 3 730 points, juste au-dessus de son oblique ascendante depuis mars.

Toutefois, depuis septembre, les cours hésitent sous la zone de résistance des 3 913/4 000, dans une zone de fluctuation de moins de 10% très difficile à trader, sans réelle tendance, avec comme borne basse cette oblique ascendante de soutien.

Les indicateurs mathématiques, en particulier le RSI à 14 jours, confirment que la tendance reste positive, au-dessus du support horizontal majeur des 37, mais celui-ci incite également à la prudence, ne parvenant pas à dépasser une oblique baissière au niveau des 55.

Il s’en approche actuellement et si les statistiques sur le rally de fin d’année se vérifient, il pourrait la dépasser dans les prochains jours, ce qui donnerait lieu à une accélération haussière des cours pour aller tester les 3 913, et peut-être, finir cette année difficile et paradoxale au plus haut !

Quant à l’année 2010, et les perspectives de notre cher indice national, j’y reviendrai dans le MoneyWeek du 24 décembre prochain en guise de cadeau de Nöel.

Mots clé : - - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire