C’est quitte ou double sur les marchés

Rédigé le 14 mai 2012 par | Autres indices, Cac 40, Mid et Small Caps Imprimer

Lorsque vous faites de la finance à l’université, on vous enseigne de nombreuses notions, dont celles de la volatilité. Sans entrer trop dans le détail, cette notion mesure l’ampleur des variations du cours d’un actif financier. Plus la volatilité est élevée, plus l’espérance de gain est importante  – mais les risques de pertes également…

Aujourd’hui, l’indice VIX de la volatilité du S&P 500 dont je vous avais parlé début avril est encore sous les 20 points. Cela veut dire que le marché ne s’inquiète pas outre mesure et n’est pas entré dans une phase de panique vendeuse.

De toute évidence, je m’étais trompé début avril en vous recommandant de passer à l’achat pour la raison que le VIX était si bas. J’avais sous-estimé la décorrélation des marchés américains et européens. Car si le VIX reste bas, c’est parce que le S&P 500 reste parfaitement stable et reste sur des plus-hauts depuis la mi-2009. Les marchés US ne s’inquiètent donc pas encore…

Mais sur nos marchés européens et français, il en va tout autrement, vous l’aurez remarqué. La volatilité intraday est impressionnante… C’est même pour moi le facteur le plus important de la période actuelle.

Pour vous aider dans vos investissements______________________

La volatilité sert la spéculation !

Encore +43% pour la stratégie de Mathieu Lebrun.

Après la pluie de gains des derniers jours, les particuliers qui suivent les conseils de Mathieu ont eu la possibilité d’engranger un gain de 43% en trois jours seulement !

+44%, +62%, +64% et maintenant 43% ont déjà été réalisés : allez-vous passer à côté des prochains ?

Toutes les explications sont ici…

______________________

Regardez la séance de vendredi dernier : l’indice CAC 40 a ouvert à 3 107 points pour faire un plus-bas en début d’après-midi à 3 077 points pour, finalement, remonter en flèche et finir tout près de l’équilibre à 3 129,77 points. Et je ne vous parle pas du fameux lundi 7 mai avec un plus-bas à 3 104 points et un plus-haut à 3 219 points. Plus de 100 points de spread en une seule journée. Sur les cinq dernières séances, la moyenne quotidienne de l’écart entre le plus-bas et le plus-haut a été de 75 points, soit plus de 2%, ce qui est énorme et qui reflète l’angoisse croissante des investisseurs.

Mais un investisseur qui aurait éteint ses ordinateurs à la veille de l’élection présidentielle pour les rallumer simplement vendredi dernier aurait pu constater qu’en une semaine, le CAC 40 n’a perdu que 1%… « Tout ça pour ça ! ». La planète finance est séparée en deux camps, comme l’a été la France avant les présidentielles. Les avis sont tranchés…

D’un côté, vous avez les Cassandre pessimistes qui estiment qu’après les déboires de la Grèce qui mérite la faillite pour son laisser-faire de ces dix dernières années, l’Espagne sera attaquée, puis l’Italie et, bien sûr, la France avec des taux longs qui pourraient passer dans l’hexagone autour de 4% (contre 2,80% actuellement). Ceux-là estiment que la vieille Europe a vécu et que les risques d’implosion de la zone sont de plus en plus importants. Ils ajoutent que les indices américains sont quasiment à leurs plus-hauts et qu’une consolidation est inéluctable… Comment les démentir complètement ? La réalité est là ; implacable.

De l’autre côté, les Cassandre optimistes considèrent que la Grèce restera dans la zone euro car ni elle ni l’Europe n’a intérêt à ce qu’un pays soit exclu (volontairement ou pas) de la zone… Je rappelais il y a quelques jours sur BFM Business que la forte dévaluation du peso argentin, liée au dollar américain via le célèbre peg il a dix ans, avait provoqué une baisse de plus de 10% du PIB l’année d’après, et que 57% de la population argentine était passée en dessous du seuil de pauvreté ; il y eu des morts liées à des émeutes de la faim… La devise argentine passait de 1 peso pour 1 dollar à quasiment 4 pesos dans les mois qui suivirent. Certes, le pays a fini par se redresser mais à quel prix !

Est-ce ce vers quoi la Grèce se dirige ? Ce serait une vraie catastrophe et je pense que les politiciens feront tout pour éviter cette situation, une fois de plus. Le spectre des colonels – la célèbre dictature d’une junte d’officiers qui terrorisa le pays entre 1967 et 1974 – plane sur la Grèce. Donc, pour les optimistes, la Grèce va être sauvée au prix d’un allègement de l’austérité budgétaire et peut-être d’un espèce de plan Marshall pour la croissance européenne…

Ces mêmes optimistes pensent que la croissance américaine restera autour des 2,5% et n’empêchera pas les marchés de bien se comporter cette année.

Nous entrons donc dans l’ère du quitte ou double car le schéma est relativement clair :

Excusez-moi aujourd’hui de ne pas avoir parlé de nos small caps, mais le sujet traité me paraissait beaucoup brûlant…

Dès demain, nous reviendrons sur le sujet qui nous préoccupe car je vous rappelle que les small caps font encore mieux que les grosses capitalisations depuis le 1er janvier. Mais vous l’avez compris : l’heure n’est pas à l’achat tant que la situation européenne n’est pas plus lisible.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire