Qui va payer les creux ?

Rédigé le 4 juillet 2017 par | Toutes les analyses Imprimer

Philippe Béchade - vidéoAu moment où j’écris ces quelques lignes, tout se déroule comme je le décrivais dans ma vidéo de vendredi et tel que Gilles Leclerc l’anticipait partant d’une approche complètement différente mais ô combien pertinente et complémentaire : après l’épisode de faiblesse de la semaine passée (de mardi à vendredi), un pull-back haussier s’est matérialisé hier.

Son amplitude en préouverture lundi matin dépassait les 0,8%, et avec une clôture à +1,42%, plus de la moitié du terrain perdu la semaine passée a été regagnée.

Mais revenons sur le trou d’air de la semaine dernière.

Il y a fort longtemps qu’un repli hebdo supérieur à 2,5% ne s’était pas matérialisé (depuis près de 8 mois en fait). Nous n’avions eu aucune correction de plus de 100 points (-2%) depuis le début de l’année.

On ne pouvait même plus invoquer le dicton : « quand les banques centrales arrosent, payez tous les creux »… car il ne s’est produit aucun creux depuis le Brexit, les banques centrales ayant décidé de profiter de l’occasion pour désintégrer les derniers vendeurs (short sellers) à coup d’injections de type POMO aussi discrètes que massives. Les POMO ? Oui, ce sont des prêts très court terme au profit des initiés, lesquels arrachent les cours à la hausse et défoncent ceux qui se mettent en face d’eux (comme un bluffeur qui fait tapis au poker)… Ces avances ne sont évidemment pas prises en compte dans le bilan mensuel des banques centrales puisque c’est du très court terme. Ni vu ni connu dans les comptes, mais pour ceux qui croient encore aux « fondamentaux », c’est un cauchemar !

Parce que le seul fondamental devant être pris en compte, c’est que c’est la banque centrale qui fixe le prix des actifs – pas cette abstraction dénuée de toute substance que les opérateurs appellent encore « le marché ».

Comme la plupart des opérateurs l’ont bien compris et que le parallèle entre l’argent imprimé et la courbe des indices boursiers évoluent parfaitement à l’unisson, plus personne ne vend de papier, sauf dans le cadre d’une rotation sectorielle qui ne modifie pas le pourcentage des actions dans les portefeuilles, mais seulement le profil le risque.

Fed et SP500 Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Donc, depuis 8 mois, il ne se produit plus aucun épisode de correction, seulement des consolidations à l’horizontal… sauf la semaine dernière du point de vue d’un gérant basé à Paris ou Francfort. Car pour un gérant américain, si le CAC40 a perdu 2,75%, l’euro en a pris symétriquement +2,2%… donc la perte ressort à un très modeste -0,5%.

Qui va payer un tel creux ?

En revanche, pour un gérant luxembourgeois, le Nasdaq a perdu -2% la semaine dernière (ce qui a réduit le gain trimestriel à +3,5%, après +11% pour les trois premiers mois de l’année. Et alors que le dollar a perdu 2% dans le même temps, les GAFA et les technos sous-performent à -5% pour un investisseur qui a acheté en euro !

Si Wall Street entame le troisième trimestre sur un cocktail d’achats techniques et de rachats à bon compte, il serait étonnant que le CAC40 ou l’EuroStoxx50 n’en profitent pas pour rebondir (voir les analyses de Gilles ici et ici pour savoir sur quels niveaux acheter… ou pas)

Même si les opérateurs les plus prudents s’alarment d’une remontée de 20 points du rendement des Bunds et des OAT, de 25 points des BTP italiens, qui pourra s’abstenir de monter dans le train de la hausse si la BCE et la Fed décident d’arroser à tout-va les marchés ?

Vivez de votre tradingVivre du trading ? C’est possible ! Formez-vous grâce à notre expert.

Gilles Leclerc a passé les 20 dernières années à trader.

Aujourd’hui il a décidé de dévoiler sa formation et ses connaissances. Dans cette formation unique de 6 vidéos.

il dévoile enfin sa méthode secrète pour prévoir l’évolution des cours.

Découvrez-la ici

 

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire