Question sur le Brent : si c’est haussier en journalier, pourquoi ne pas acheter ?

Rédigé le 24 mars 2015 par | Apprendre la Bourse, Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Suite à mon analyse d’hier sur le Brent, l’un d’entre vous, Frédéric C., que je salue, m’a posé une question que je vais résumer à « oui, mais c’est haussier en journalier : pourquoi donc ne pas prendre position maintenant ? »

Je commençais à lui répondre rapidement quand je me dis que la réponse pourrait bien vous intéresser et me permettre, en plus, de développer ma réponse sous un angle plus pédagogique.

Voici donc pourquoi, bien que le signal soit haussier en daily, je n’achèterais pas de Brent maintenant.

1 – Je pratique l’analyse dynamique 

En deux mots, j’essaye de repérer de gros supports ou de grosses résistances sur des Unités de Temps « lourdes » : l’hebdomadaire, ou même parfois, le mensuel. Puis quand les prix viennent frapper ces zones cibles, je passe donc sur l’Unité de Temps inférieure, que j’appelle l’Unité de Temps de contrôle : c’est celle grâce à laquelle je prends position. Dans le cas présent, le journalier par exemple. (Je vais vite mais si vous voulez avoir l’explication en détail de la manière dont je travaille les unités de temps, ainsi que ma méthode et ma stratégie en intégralité, je vous renvoie à mes 6 webinaires que vous pouvez télécharger ici)

Le journalier doit me donner un signal (technique) de rebond ou de retournement pour que je puisse prendre position avec un stop loss serré afin de limiter le risque de trading. En opérant ainsi, vous optimisez vos points d’entrée sur les marchés et vous diminuez votre risque de trading de façon drastique.

Bon, il s’agit d’un résumé tout à fait incomplet de ma méthode. Encore une fois, j’ai consacré 6 webinaires, de presque 2 heures chacun, à expliquer la manière dont je travaille : difficile de la synthétiser ici en deux mots.

2 – Money management 

Pour le Brent, nous sommes actuellement en plein milieu d’un range (rectangle vertical noir + flèches grises). Imaginons les stratégies de trading suivantes :

jc decaux

Stratégie A : acheter maintenant ?

Si je passe maintenant à l’achat, l’objectif étant le retour sur le haut du range (vers 69 $), le potentiel du trade est d’environ 25%.

Si je dois placer un stop sous les derniers plus-bas marqués par les prix (45 $), je prends alors un risque d’environ 20% : gloups.

25% de potentiel et 20% de risque. Le ratio rendement / risque est donc d’environ 1. Avec un tel ratio, vous devez avoir raison plus de 80% du temps pour arriver à gagner en bourse ! Ce qui est impossible. Une telle stratégie est le meilleur moyen de vous ruiner.

Je me rappelle que j’avais fait un article justement pour vous expliquer en quoi un bon money management est absolument vital pour votre argent. Il date un peu, mais est toujours valable d’un point de vue théorique (et il reste dispo ici).

Stratégie B : j’attends un retour sur la zone des 42 $

Cette zone constitue mon support hebdomadaire et je ne prends position QUE SI l’U.T journalière me donne un signal de retournement.

L’objectif est toujours le même (un retour vers les 69 $) mais le potentiel du trade passe à presque 70%

Et comme j’attends la confirmation d’un signal sur le journalier, je peux placer un stop calculé à partir de la volatilité DU JOURNALIER (et non plus de l’hebdomadaire, ce qui est TRES différent). Selon les conditions de marché, le stop ressortirait alors à environ 8% du point d’entrée.

jc decaux

Et là, BINGO !

70% de potentiel pour 8% de risque. Ratio rendement / risque= 8,75 ! 

Avec un tel ratio, vous pouvez perdre plus de 8 trades sur 10 (ce qui est quand même, avouons-le, un mauvais système de trading) et gagner de l’argent au final.

Et si vous avez un système de trading médiocre (qui vous donne raison que la moitié du temps) alors là, vous allez commencer à gagner sérieusement de l’argent !

Voilà donc pourquoi je n’achèterais pas le Brent maintenant : la rigueur de mon money management me l’interdit, et c’est, à mon humble avis, la clé du succès en trading.

Bonne journée,

Gilles,

Mots clé : -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire