Qu’est-ce qui va tirer Wall Street si la Tax Reform est adoptée ?

Rédigé le 30 novembre 2017 par | A la une, Toutes les analyses Imprimer

Tax ReformWall Street n’est pas difficile : comme un gamin toujours heureux qu’on lui propose de lâcher ses devoirs pour s’octroyer une heure de jeux vidéo, la simple évocation de l’adoption imminente de la Tax Reform crée un climat d’euphorie. Wall Street a donc applaudi l’adoption mardi soir du projet de réforme fiscale de Trump par une commission sénatoriale, ce qui ouvre la voie à un vote favorable de la Chambre des représentants ce jeudi.

Heureusement que la Tax Reform n’a pas été adoptée pendant les 100 premiers jours du mandat de Donald Trump car on se demande bien quelle marotte aurait peu tenir les indices US en lévitation depuis le printemps dernier !

Jerome Powell a réussi lui aussi sa première audition en tant que presque nouveau patron de la Fed : outre le discours colombe auquel Wall Street s’attendait, il a su trouver le petit sujet qui a mis du baume au coeur des investisseurs US.

Même si la supervision de Wall Street est du ressort du patron de la Fed de New York (Bill Dudley, mais qui vient d’annoncer sa démission et ne prendra plus guère d’initiatives d’ici avril prochain), Jerome Powell estime qu’il faudrait lever le pied sur des réglementations trop contraignantes qui brident le secteur bancaire. Résultat, les banques gagnent en moyenne +5% en deux séances – un vrai bouchon de champagne !

Et comme si elle avait simultanément retrouvé sa liberté de parole, Janet Yellen se déclarait mercredi « très inquiète » de la trajectoire de la dette américaine, avant même d’avoir chiffré précisément l’ampleur des déficits causés par la perte de recettes fiscales (on estime le manque à gagner à environ -1000 Mds$ par an d’ici 2020).

Quelques nuages sur les GAFA

Mais le ciel ne fut pas uniformément bleu à Wall Street : le Nasdaq a en effet décroché de -1,3% et il ne s’agit pas d’une correction anecdotique puisque les GAFA ont subi leur plus lourd revers depuis le 17 août dernier : Facebook a perdu 4%, Amazon -2,7%, Alphabet -2,5% et Apple -2,1%. Toutes les locomotives ont déraillé en même temps car on compte aussi les chutes de Tesla (-3,1%), Netflix (-5,5%), Paypal (-5,9%), Nvidia (-6,8%) fabricant de cartes graphiques très prisées pour « miner » le Bitcoin. (D’ailleurs, si vous préférez acheter les pelles et les pioches du minage de crypto-monnaies plutôt que ces devises virtuelles elles-mêmes, nous vous conseillons de lire ce dossier spécial pour savoir exactement quelles entreprises acheter). La correction a pris l’allure d’un sauve qui peut sur Micron -8,7% et surtout Autodesk -15%.

Cela dit, ce coup de tabac sur les géants de la cote reste pour l’instant sans conséquence sur la tendance haussière moyen terme… mais il ne faudrait pas que survienne une seconde séance du même acabit parce qu’une fois la Tax Reform sera adoptée, la grosse ficelle qui tire Wall Street risque de manquer !

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire