Que vous soyez trader ou investisseur, voici comment jouer le marché

Rédigé le 18 août 2011 par | Big caps Imprimer

Vous le savez, traders et investisseurs n’ont pas du tout la même stratégie. Déjà, en temps normal, dans des marchés ennuyeux, leur vision du marché diffère. Mais alors là, dans ces conditions de marché, avec les violents retournements actuels, le trader ne sait plus s’il doit acheter ou vendre et l’investisseur hésite à se renforcer ou à entrer sur le marché car la chute n’est peut-être pas terminée.

Alors si vous êtes un peu investisseur et un peu trader… vous devez devenir carrément dingue. Pas de panique, nous allons remettre les pendules à l’heure. Que faire, quel que soit votre profil ? Déjà, faisons un point rapide sur ce qu’est un investisseur et ce qu’est un trader.

L’investisseur veut faire croître son capital
Un investisseur est un bipède qui cherche à rentabiliser son capital sur du long terme pour, par exemple, réaliser un projet financier : compléter sa retraite, payer l’éducation des enfants, finir de payer le crédit de la maison ou, au contraire, en acheter une autre, ou bien garder jalousement sa fortune sous son matelas et déshériter sa famille. Peu importe. L’idée est de faire grandir votre capital à terme, afin que dans X années, vous soyez plus riche qu’aujourd’hui. Le succès se mesure donc ici en années.

Ce qu’il faut faire pour y arriver c’est avoir des valeurs de grande qualité, bien vous diversifier, avoir une bonne allocation d’actifs et maintenir vos dépenses et impôts aussi bas que possible. C’est une philosophie complète de vie, de manière de gérer votre argent. Et dans cette optique, la semaine de krach que nous venons de subir n’a aucune importance – sinon qu’elle vous offre de superbes opportunités pour vous repositionner (j’y reviens dans quelques lignes). Et c’est ce que vous devez avoir en tête en ce moment : peu importe les marchés à court terme.

Lisez ce que Marc Mayor écrivait à ses abonnés, au plus fort de la chute des marchés :

« Pour moi, la valeur des indices est, à long terme, le reflet des fondamentaux ; à court terme, elle varie en fonction de l’humeur des investisseurs. Pour schématiser : si le coût de produire et distribuer un litre d’eau minérale est de un euro, y compris la marge bénéficiaire des producteurs et des distributeurs, alors le prix en magasin doit, à long terme, avoisiner un euro.

Il existe des périodes (plus ou moins longues) au cours desquelles il est possible de vendre une bouteille d’eau minérale beaucoup plus cher – par exemple à une personne mourant de soif dans le désert, si vous êtes l’unique vendeur.

Inversement, une guerre des prix (prolongée ou non) avec un concurrent peut pousser un producteur à vendre à perte et provoquer une chute des prix ; il n’empêche qu’à long terme, le litre d’eau minérale vaut un euro dans mon exemple imaginaire.

Ce que la Lettre de Marc Mayor tente de faire, c’est d’acheter cette eau minérale au rabais, pendant la guerre des prix, puis de la revendre plus tard à des personnes qui sont prêtes à mettre le prix pour éviter de mourir de soif ; en d’autres termes, nous spéculons à court terme en nous basant sur des fondamentaux à long terme.

Il est important de le dire avec franchise : j’ignore ce que feront les marchés demain et, pour tout vous dire, peu m’importe. L’approche de la Lettre de Marc Mayor vise à gagner quels que soient les soubresauts aléatoires à court terme. »

C’est exactement cela, qu’investir signifie. Et c’est exactement comme cela que Marc peut viser un gain potentiel de 1 000% sur une pépite canadienne dans les années qui viennent. Parce qu’il sait dénicher les meilleures valeurs, celles qui ont le plus fort potentiel à terme. Il sait être patient. Car il ne se soucie pas des variations de court terme. Il regarde loin. [Et d’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur ce potentiel de 1 000% et suivre les conseils et le sang-froid de Marc, lisez la suite ici.]

Le trader, veut être un peu riche, mais très vite et très souvent
A l’inverse, un trader est quelqu’un qui essaye de battre le marché à court terme et d’engranger des revenus à court terme. Cette approche est évidemment plus de risquée – surtout quand on regarde les marchés ces dernières semaines, qui nous ont réservé de beaux retournements et de belles surprises.

La stratégie est ici de se positionner sur des titres qui ont toutes les conditions réunies pour voir leurs cours décaler rapidement et fortement (que ce soit à la hausse ou à la baisse) dans les prochaines séances.

L’analyse technique fournit un bon outil pour essayer de détecter ces titres. Mais en plus de l’analyse technique, vous pouvez aussi vous baser sur les publications et sur le news flow : par exemple, les bonnes perspectives de WAL-MART (WMT : NYSE) ont fait grimper le titre de plus de 7% sur cinq séances. Même dans la baisse des marchés.

A l’inverse, quand VEOLIA (VIE : Euronext) a publié ses résultats, qui étaient mauvais, le titre a complètement dévissé – bien plus que le marché actions en fait puisque VEOLIA a perdu quasiment 50% en un mois. Le jour de l’annonce de ses résultats, le 29 juillet, le titre avait déjà baissé de 15% les séances précédentes.

Si vous aviez joué la baisse en vous positionnant ne serait-ce qu’après l’annonce de ces mauvaises nouvelles, vous auriez pu encore gagner 31% les séances suivantes – bien plus que le CAC 40 qui perdait 12% sur la même période. Pourquoi ? Parce qu’un titre en difficulté va perdre beaucoup, beaucoup plus que le marché dans son ensemble lors d’un sell-off.

Mais si votre stratégie est de court terme, vous devez utiliser des stops-loss ou, mieux, des stops suiveurs (trailing stops) pour protéger vos profits et limiter les pertes. Vous réajustez votre stop en fonction de vos bénéfices et, de cette manière, vous vous protégez dans les retournements de marché.

Est-ce le moment de racheter ?
Pour les investisseurs de long terme, la récente débandade sur les marchés est du vrai pain béni. C’est ce que je vous disais l’autre jour : c’est le meilleur moment pour acheter des actions depuis cinq mois.

Même en rachetant à 3 300 points – 10% au-dessus du point bas donc – ce n’était pas une erreur d’acheter. Des titres de qualité sont à des cours très bas. Vous ne le voyez peut-être pas comme cela, mais regardez les statistiques sur du long terme : vous constaterez que chaque sell-off était en réalité une véritable opportunité d’achat.

Oui, le marché peut descendre encore plus bas à court terme. Comme je vous le disais hier, il reviendra peut-être tester les 2 980 points – ou encore reviendra-t-il même peut-être sur les 2 400 !

Mais voici ce qu’écrit Alexander Green, un des Gurus de nos bureaux américains dont les conseils sont suivis par des centaines de milliers d’investisseurs. Cela m’a rassurée sur mon opinion :

« Sur les 40 dernières années, le S&P 500 a vu 25 corrections de plus de 10% pendant un marché haussier. Dans seulement 1 cas sur 3 (9 corrections pour être précis), le marché a perdu plus de 20%. Et aujourd’hui, sur les indices américains, en dépit de tous ceux qui disent le contraire, une poursuite de la baisse est loin d’être assurée.

Cependant, soyez prudent : rentrez petit à petit sur le marché et positionnez-vous sur de belles et solides valeurs. Revenez à l’achat maintenant mais ne jetez pas votre argent par les fenêtres en achetant n’importe quoi (bien que j’imagine que cela ne vous traverse pas l’esprit en ce moment).

Une des plus grandes règles d’investissement, et qui est plus que jamais vraie en ce moment, est le rapport inverse qu’il y a entre la perception du risque et le risque réel. Plus les marchés ont l’air dangereux et risqués, plus vous avez de chance d’avoir un retour sur investissement important dans les années qui suivent. »

_______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

Retenez votre 16 septembre… c’est le Jour de l’Or !

Venez rencontrer des spécialistes de l’or, des gérants de fonds et des présidents de minières au cours de cette journée exceptionnelle, entièrement consacrée à l’or.

Géologie, or physique, pièces, minières, fonds, stratégies offensives ou de couverture… rien ne sera laissé au hasard ce jour-là.

Ne manquez pas cette journée : réservez votre place dès aujourd’hui en cliquant ici…

____________________________________________________________________________________________________

Et en ce moment, vous le trouvez comment le marché ? Tranquille ou risqué ?
Bien. Donc il serait dommage de suivre votre instinct en ce moment, et de vous dire « j’achèterai quand ce sera plus calme. » Le fait que votre instinct vous dise cela est déjà le signe que vous devriez exactement faire l’inverse. Rappelez-vous simplement la fuite des investisseurs particuliers dans la chute de 2009 : c’est à ce moment-là qu’il fallait racheter ! Car acheter au calme revient à laisser passer un fort rebond, et à acheter quand les forces acheteuses sont moins fortes, moins puissantes… et commencent à fatiguer.

Les traders de court terme doivent avoir une approche différente. Ils doivent trouver un point de retournement sur un titre – ou au contraire, le moment où un cours va accélérer. Mais rien n’est sûr et tout se passe très vite. Il faut donc suivre scrupuleusement votre scénario de trading : jouer une annonce de résultat, suivre vos objectifs techniques. Et toujours placer un stop. Il n’y a pas urgence à acheter un marché sur un point bas : en trading, les opportunités sont de tous temps.

Maintenant, c’est sûr que la volatilité actuelle offre de superbes opportunités. Ne mélangez juste pas vos objectifs de long terme avec une stratégie de court terme.

En deux mots : ne paniquez pas, mais raisonnez. Dans quelques temps tout rentrera dans l’ordre – ou pas…

Mots clé : -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

2 commentaires pour “Que vous soyez trader ou investisseur, voici comment jouer le marché”

  1. […] Si vous me connaissez un peu et que vous recevez déjà la Lettre de Marc Mayor (LMM), vous savez que ce n’est absolument pas la stratégie que j’applique dans cette lettre. En effet, dans la LMM, nous investissons à long terme, sur des valeurs clairement sous-valorisées ; comme je l’expliquais à mes abonnés l’autre jour. […]

  2. […] Si vous me connaissez un peu et que vous recevez déjà la Lettre de Marc Mayor (LMM), vous savez que ce n’est absolument pas la stratégie que j’applique dans cette lettre. En effet, dans la LMM, nous investissons à long terme, sur des valeurs clairement sous-valorisées ; comme je l’expliquais à mes abonnés l’autre jour. […]

Laissez un commentaire