Que penser des augmentations de capital de CGG, ATARI ou GL EVENTS ?

Rédigé le 4 octobre 2012 par | Apprendre la Bourse Imprimer

CGG VERITAS (FR0000120164), ATARI (FR0010478248), GL EVENTS (FR0000066672)… On ne compte plus les sociétés qui ont décidé de lancer des augmentations de capital – des levées de fonds, si vous préférez – ces dernières semaines. Logique, d’une certaine manière : la forte hausse estivale a rendu les opérations plus attrayantes grâce à des valorisations plus élevées. Mais au risque de faire une lapalissade, toutes les opérations ne se ressemblent pas, du moins dans leur utilité.

__________________Pour vous aider dans vos trades__________________

Découvrez la sélection de notre spécialiste des minières !

Avec son service d’investissement sur l’or et les matières, elle sélectionne chaque mois les meilleures valeurs pour accroître le portefeuille de ses lecteurs. Or, métaux précieux, matières agricoles, minières – les opportunités sont nombreuses !

Avec une performance moyenne de 15,98% par trade depuis la création de son service, notre spécialiste a fait la preuve de son expertise : donnez-vous une chance de faire aussi bien…

__________________

Je vous l’ai déjà expliqué dans un précédent article : d’une manière générale, je suis positif sur les levées de fonds porteuses d’avenir et donc créatrices de richesse pour l’actionnaire – même si parfois elles me semblent un peu périlleuses comme ce fut le cas pour PONCIN YACHT (FR0010193052). Je déteste les AK privées, complètement dilutives pour l’actionnaire existant… et je suis assez négatif sur les levées de fonds qui ont pour but de rembourser une créance ou d’améliorer le fonds de roulement… Vous savez que des sociétés comme par exemple ARCHOS (FR0000182479) ont levé des fonds dans le but de financer leur achat de stocks.

Hier, j’ai été quelque peu surpris par la levée de fonds d’ATARI. Voilà une société qui lève 20 millions d’euros, soit une opération méga-dilutive par rapport à une capitalisation de 34 millions d’euros (avant la chute du titre hier). Cette levée de fonds sert pour moitié à rembourser l’un des actionnaires du groupe.

Explications… L’un des actionnaires – le fonds BlueBay, créancier et actionnaire de la société – a décidé de s’asseoir sur ses créances en échange de 10 millions d’euros en cash… Comme ATARI n’est toujours pas rentable, elle est obligée de passer par le marché pour lever des capitaux et pouvoir rendre de l’argent à l’un de ses actionnaires. On déshabille Paul pour habiller Pierre. Sauf que… pensez-vous que ce soit une bonne nouvelle et qu’il est rassurant d’avoir un de vos principaux actionnaire et créancier qui souhaite se désengager ?! Je déteste ce genre d’opérations… surtout, ne souscrivez pas.

Je suis par contre beaucoup plus positif sur l’opération d’une société comme GL EVENTS, l’un des grands spécialistes mondiaux de l’événementiel. GL EVENTS a par exemple équipé plus de quatre-vingt sites lors des derniers Jeux Olympiques de Londres et sera également présent pour la Coupe du Monde au Brésil en 2014 et sur les Jeux Olympiques de Rio en 2016. Le Brésil est d’ailleurs un fort relais de croissance pour le groupe qui a décidé d’acheter sous conditions suspensives une société d’aménagements temporaires.

Le fort développement du groupe dans ce pays (quasiment 65 millions d’euros, soit 8% du chiffre d’affaires) et un développement accéléré dans les pays émergents (Russie, Chine, Turquie notamment) ont mené le groupe à lancer cette augmentation de capital de 72 millions d’euros. Cela représente certes une dilution supérieure à 25%… Et cette opération a été mal perçue par les investisseurs dans un premier temps. Mais croyez-moi : même si on ne connaît pas encore toutes les conditions de cette levée de fonds, elle est créatrice de richesses à terme ! Rien à voir avec celle d’ATARI, vous le comprenez aisément.

On peut dire que cette levée de fonds est même stratégique, puisque la croissance du secteur se fera essentiellement dans les émergents au cours des prochaines années, le marché européen de l’événementiel devant progresser lentement dans les trois années à venir.

Et, à mon avis, il en est de même pour la récente levée de fonds de CGG VERITAS. Voilà en effet le spécialiste des prestations de services géophysiques qui va lever 414 millions d’euros, soit environ 11% de sa capitalisation boursière actuelle, afin d’acquérir la division Géoscience du groupe FUGRO (NL0000352565)… Cette acquisition lui donne la possibilité d’acquérir de nouveaux bateaux très performants et surtout de ne pas se laisser distancer sur le marché de la sismique qui est en plein boom. Une telle opération est bien sûr créatrice de valeur, et assez rapidement je pense. Je souscrirais avec plaisir si j’étais actionnaire de CGG VERITAS !

Un mot sur les marchés pour conclure : comme je l’avais pressenti il y a 15 jours, on a fortement consolidé ; le CAC 40 est revenu s’appuyer sur les 3 350 points avant de rebondir vivement vendredi… Cela fait plus de 230 points de baisse par rapport au plus haut. Est-ce que la baisse a été suffisante ? J’ai un doute.

Tout dépendra des statistiques économiques américaines publiées cette semaine avec, en filigrane, le chiffre du chômage de vendredi. Pour être tout à fait franc et ne pas faire de langue de bois, il y a encore un risque de baisse de 3% avant d’entamer un vrai rebond… Sachez que d’une manière générale, je ne crois pas du tout à une fin d’année horrible ou à des marchés s’effondrant littéralement. Un peu d’optimisme !

PS : ça y est ! Ma lettre d’investissement Mes Valeurs de Croissance est fin prête ; vous en saurez plus dans quelques jours, alors surveillez vous e-mails.

Première parution dans le Small Caps Confidentiel du 02/10/2012.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire