Que faire de l’offre de rachat d’actions d’ETAM ?

Rédigé le 5 septembre 2013 par | IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

En fin de semaine dernière, les actionnaires de contrôle d’ETAM DEVELOPEMENT (FR0000035743) ont annoncé un vaste programme de rachat d’actions. La prime proposée est conséquente et s’établit à +28,5% par rapport au dernier cours coté.

En effet, face au manque de liquidité du titre, les familles Milchior et Tarica ont décidé de lancer une offre portant sur 17,74% du capital d’ETAM au prix de 23 euros par action. Les sociétés Linto et Inteco, actionnaires à hauteur de 14,37% du capital, n’apporteront pas leurs titres. Dans un deuxième temps, ETAM procèdera à une nouvelle offre de rachat d’actions portant sur 10% de son capital, auquel participeront les familles fondatrices… La société restera cotée.

Mais que devez-vous faire, vous, actionnaires minoritaires ? Intéressons-nous tout d’abord aux fondamentaux du groupe. Le premier semestre a été plutôt mitigé et s’est achevé sur une hausse de 0,7% du chiffre d’affaires à 596,8 millions d’euros. Le résultat opérationnel courant, pour sa part, accuse une baisse de 3,5% à 18,4 millions d’euros – dont 18,1 millions d’euros émanant de l’Europe et 0,3 millions de Chine qui pèse 35% du CA. La marge opérationnelle du groupe ressort ainsi en baisse de 0,1 point à 3,1%, ce qui reste assez faible pour le secteur.

• De grosses difficultés en Chine

Paradoxalement, la Chine constitue le point noir du groupe. ETAM fait les frais d’un problème de positionnement dans l’empire du Milieu. En fait, la société est trop présente dans les grands magasins, confrontés à une baisse de fréquentation, et peu présente dans les centres commerciaux avec moins de 100 points de vente. Or, dans le pays, les nouveaux modes de consommation passent par ces mêmes centres commerciaux… D’où de sérieux problèmes d’offre et de rentabilité.

D’un point de vu plus général, ETAM a fait l’erreur de trop adapter ses produits à la mode chinoise alors que les consommateurs sont de plus en plus occidentalisés. Et le réassort des collections n’était pas le fort de la société, contrairement à Zara par exemple. Là aussi, il faut réfléchir à un nouveau positionnement. Sauf que cette stratégie peut prendre du temps à se mettre en place. Le management estimait récemment que cela pourrait prendre jusqu’à 3 ans.

Cela veut dire également qu’il ne faut pas espérer d’amélioration spectaculaire de la rentabilité du groupe au cours des prochaines années. Elle sera sans doute de l’ordre de 3 à 3,5% cette année avant, peut-être, de rejoindre les 4% en 2014.

• Que penser de l’offre alors ?

Dans ces conditions, l’offre à 23 euros paraît assez attractive. Elle valorise la société sur un PER de 10 et sur une VE/ROC de 9. Ce ne sont pas des ratios démentiels mais, compte tenu, du contexte conjoncturel (baisse de la consommation) et du contexte structurel (problèmes en Chine) cela semble intéressant d’apporter ses titres.

N’oubliez pas également que le secteur du textile n’a souvent rien à voir en matière de ratios avec d’autres secteurs comme par exemple l’Internet.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Vous disposez d’un PEA ? C’est très bien ! Mais prenez une minute pour vérifier qu’il ne contienne pas l’une de ces 5 valeurs à risque : suivez notre guide…

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire