Le prochain krach semble assuré

Rédigé le 18 octobre 2010 par | Autres indices Imprimer

Marc Mayor est expert en investissements éliminant le risque de marché. Il vient de lancer La Lettre de Marc Mayor portant sur ses plus grandes idées d’investissement : des idées contrariennes qui font son succès grâce à sa connaissance des mouvements des insiders de marché.

Ben Bernanke sait faire plaisir à ses amis de la finance. Fin août, le président de la Réserve fédérale a décrété une nouvelle vague d’assouplissements quantitatifs. Tout le monde sait maintenant à qui profite le crime… Depuis cette annonce, la valeur de l’ensemble des actions cotées sur les marchés américains a progressé de 10%, soit près de 1,3 milliard de dollars.

Dans le même temps, l’or a bondi, touchant un nouveau record à 1 380 dollars l’once. Ce qui prouve que des gens ont compris que le « QE 2.0 » (le « quantitative easing », saison 2), n’est qu’un pet dans l’eau, source d’inflation et de destruction de valeur.

L’emploi américain se dégrade
Pour l’instant, il n’est pas possible de dire que les programmes de stimulus fiscaux, les milliards jetés sur les banques et la création de monnaie pour que la Fed achète les titres de dettes américaines (c’est ça, le « QE ») ont soutenu l’emploi. Ils ont porté les actions et l’or, oui, mais pas le travail.

Les derniers chiffres de l’emploi US montrent en effet une destruction nette de 95 000 jobs en septembre, alors que les analystes s’attendaient à une stabilisation, voire un recul modéré — encore à côté de la plaque, les prévisions de Wall Street ! [Ndlr : Où partent ces emplois ? bien souvent dans les pays émergents. Les délocalisations sont des sources d’économies pour les entreprises, et Marc Mayor a très justement trouvé une société qui en profite en ce moment mêmemais encore plus d’ici les mois prochains ! Il vous explique tout cela dans sa Lettre]

Ce chiffre a donné lieu au traditionnel affrontement entre les troupes du verre à moitié plein, qui s’enflamment des 64 000 emplois privés créés, et les rangs du verre à moitié vide, inquiets de la destruction de 82 000 emplois dans le secteur public, qui reste à ce jour le premier employeur des Etats-Unis.

De 9,6% dans sa version officielle, le taux de chômage atteint 17,1% lorsque l’on ajoute les employés à temps partiel et ceux qui ont quitté la population active. Un chiffre qui continue à progresser, et qui s’élève à 22,5% si l’on ajoute les ex-salariés hors du marché du travail depuis plus d’un an.

La logique du Saint-Esprit ne profitera pas à Wall Street
Les milliards déversés sur l’économie américaine et les milliards de milliards de monnaie créée par Ben Bernanke n’ont donc profité qu’aux actifs financiers, alimentant une progression de 10% de l’indice Wilshire 5000, qui représente l’ensemble des marchés américains.

Logique : que faire de tout cet argent dans le climat d’incertitude actuel ? Certainement pas l’utiliser pour investir. Non, direction la Bourse, il fera bien des petits. Il a effectivement donné naissance à 1,3 milliard de vent supplémentaire, comme créée par le Saint-Esprit.

Graphique: marché actions US ramené à la valeur de l'or

Mais cette création de valeur n’est qu’artificielle, comme le montre le graphique ci-dessus. Car elle est exprimée en dollars, une monnaie qui ne cesse de perdre de la valeur. Si vous prenez en compte l’évolution de l’or — que les banques centrales ne peuvent pas émettre indéfiniment comme la Fed imprime du dollar via le QE –, vous vous apercevez que les actions n’ont pas progressé depuis 10 ans en termes réels. Elles ont retrouvé leur niveau du début des années 1990, après une forte baisse depuis 2002. Un recul parallèle à la progression du métal jaune, bien entendu.

Pas de chance : la vraie valeur ne se calcule pas en termes nominaux, mais en termes réels. C’est aussi dans le monde réel que nous vivons, pas dans le monde nominal ! Sur le graphique ci-dessus, vous remarquez également que la ligne rouge et la ligne noire finissent toujours par se croiser à nouveau : demain ou dans cinq ans, le prochain krach semble assuré.

Mots clé : -

Marc Mayor
Marc Mayor

Marc Mayor est le fondateur et président d’Inside ALPHA, une entreprise helvétique spécialiste des approches financières éliminant le risque de marché (investissements dits « ‘neutres au marché »). Depuis plus de 10 ans, Marc analyse avec humour et sagacité le comportement des initiés de la Bourse, notamment dans les colonnes de sa rubrique hebdomadaire « Le Coin des Insiders », qui paraît chaque vendredi dans le quotidien financier L’Agefi (Suisse).

Auteur à succès, il préside aussi un cycle régulier de conférences réunissant des investisseurs, tant professionnels que privés, notamment sur le thème des métaux (de base ou précieux) et de l’énergie (fossile, nucléaire ou renouvelable).

Laissez un commentaire