Quand KKR fait un diagnostic macro, cela s’impose comme référence

Rédigé le 30 juin 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Le puissant fonds d’investissement « KKR » (Kolberg Kravis Robert, spécialiste des prises de participations musclées, voire de raid boursiers à grand spectacle, avec recours massif au leverage buyout) connaît très bien le monde des entreprises depuis sa création en 1976.

Quand KKR fait un diagnostic macro, cela s’impose comme une référence

KKR sait tout des marchés des entreprises, de leurs dirigeants, de l’impact des taux et de la fiscalité, de leur potentiel. Quand KKR émet un diagnostic macroéconomique, il ne résulte pas d’une régurgitation du « consensus mou » du moment… C’est un « instantané » de l’état du monde auquel sont confrontées les multinationales.

Et KKR n’entrevoit qu’un « potentiel d’appréciation limité pour les actions en 2016, dans un contexte de plus grande volatilité ». Traduit en langage brut cela équivaut à : pile ça ne gagne pas, face ça peut coûter très.

Vu la valorisation des actions, il n’y pratiquement plus rien à gagner en jouant la hausse et plein de mauvais coups à prendre à la baisse.

A quoi bon parier sur d’hypothétiques bénéfices qui peuvent se transformer en lourdes pertes en l’espace de quelques instants, comme dans la nuit du 23 au 24 juin.

Et KKR nous rejoint encore sur les matières premières (pas le pétrole qui appartient au secteur énergie), estimant que le cycle de correction est probablement achevé.

De toutes façons, les métaux – précieux ou non – ne peuvent être vendus très longtemps en-deçà de leurs coûts de production… et de ce point de vue, l’argent demeure excessivement bon marché.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire