Quand et comment arbitrer entre minières, OR physique ou autres actifs ?

Rédigé le 24 mai 2012 par | Matières Premières Imprimer

WEBINAIRE GRATUIT : ma stratégie de trading pour gagner avec les CFD

Les CFD vous intriguent mais vous n’avez jamais osé franchir le pas ?

Mathieu Lebrun vous explique le 5 JUIN à 19H quelle est sa stratégie gagnante, et surtout comment il protège son portefeuille grâce à un money management rigoureux.

Bien utilisés, les CFD permettent de dégager des performances exceptionnelles dans un délai de détention extrêmement court. Les gains à deux ou trois chiffres en quelques jours sont habituels dans le service. Il vous dira ainsi comment il a réalisé près de 1 000% de performance cumulée entre juillet 2010 et avril 2011.

Il partagera avec vous sa stratégie d’investissement sur indices et actions : le principe de propagation de l’onde de choc, qui a fait ses preuves depuis de nombreux mois, ne cesse d’accroître le capital de ses abonnés. Alors pourquoi pas le vôtre ?

Il vous parlera aussi de sa stratégie Flash Trade, très réactive et très performante, notamment sur les matières premières.

Inscrivez vous au webinaire GRATUIT de Mathieu et rendez-vous le 5 juin à 19h00 pour tout savoir des CFD.

Hier, nous avons pu faire une comparaison des performances des indices minières avec l’or physique. Aujourd’hui, nous allons un peu plus loin en voyant quand et comment arbitrer entre trois classes d’actifs : or physique, minières mais aussi actions classiques.

Minières ou actions traditionnelles ?

En premier lieu, les minières retrouvent le sourire lorsque le métal jaune reprend le chemin de la hausse.

Cette situation est généralement le résultat de la proximité d’une récession, ce qui se traduit par des taux d’intérêt à long terme stables ou en baisse. Si ces taux dépassent le niveau mesuré d’inflation des prix à la consommation, alors les investisseurs font face à des taux d’intérêt réels négatifs.

Retenez donc que les minières performent bien quand les taux d’intérêt réels sont négatifs.

Le graphique suivant va nous permettre d’arbitrer entre les indices miniers et les indices « traditionnels ».

Graphique: Performances comparées BGMI et Indices S&P 500 depuis le 1er janvier 1950
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Si les minières affichent des performances très inférieures sur le long terme par rapport à un indice actions traditionnel tel le S&P 500, elles prennent leur revanche en période de récession.

Donc, récession et/ou taux d’intérêt réels négatifs = explosion des minières.

Le ratio du BGMI rapporté au S&P 500 (en mauve) devrait vous en convaincre. Ce ratio a littéralement explosé dans les deux périodes des années 1970-1980 pendant lesquelles les taux d’intérêt réels sont devenus fortement négatifs. La situation déprimée de ce ratio aujourd’hui vous laisse imaginer la marge de performance disponible des minières par rapport aux actions traditionnelles.

Minières ou Or ?

Le deuxième arbitrage possible est à faire vis-à-vis du métal lui-même. Pour le comprendre je vous propose un dernier graphique.

Graphique: Ratio OR sur Indice BGMI et prix de l'once d'or
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Il s’agit du ratio entre l’or et l’indice BGMI. Historiquement, depuis 1968, ce ratio évolue entre les deux bornes d’un canal légèrement croissant. Lorsque le ratio se situe sur la borne basse, cela veut dire que le BGMI est relativement fort par rapport au prix de l’or. A l’inverse, s’il est sur la borne haute, le BGMI sera plutôt faible par rapport au prix du métal.

Aujourd’hui ce ratio se situe à un niveau très élevé attestant d’une faiblesse extrême – voire anormale – des minières par rapport au prix de l’or ou, autre possibilité, d’une exagération du prix de l’or. Cette borne haute a déjà été atteinte trois fois :

  • en 1980 : lorsque l’or a brutalement bondi pour finaliser sa hausse ;
  • en 2000 : lorsque l’indice minier a suivi le mouvement général de baisse des indices traditionnels et terminant cinq années de baisse alors que les autres indices attaquaient la plus forte hausse de leur histoire ;
  • en 2008 : lorsque les minières, suivant le mouvement général des actions, ont décroché brutalement. L’or, à l’époque, avait aussi profondément consolidé mais proportionnellement beaucoup moins que les minières.

En résumé, sauf si vous pensez que l’or a fini sa hausse – ce que les fondamentaux de la zone euro, des Etats-Unis ou bien de la Chine ne corroborent absolument pas à cette heure –, vous pouvez arbitrer vos positions en faveur des minières à chaque fois que le ratio se situe sur la borne supérieure et en faveur du métal jaune si le ratio est proche de la borne inférieure.

Mots clé : - - - -

Yannick Colleu
Yannick Colleu
Ingénieur

Yannick Colleu, de formation Ingénieur et IAE de Paris, est l’auteur d’un guide reconnu sur l’investissement aurifère : Guide d’investissement sur le marché de l’or (éditions Gualino – 2008). Il a également signé l’ouvrage Investir dans les métaux précieux- Le guide complet  aux éditions Eyrolles (2014).
En phase avec les grandes idées d’investissement des Publications Agora, il intervient régulièrement dans nos chroniques et lors de nos conférences. Spécialiste des métaux précieux, Yannick Colleu est notamment rédacteur de la rubrique « Le coin du physique » de Crise, Or & Opportunités

Laissez un commentaire